Press "Enter" to skip to content

Tao Te King 5 : se tenir au centre

5/5 (1)

Tao Te King 5, verset sur l’importance de se tenir au centre. Voici le chapitre 5 du Livre de la Voie et de la Vertu, avec une tentative d’analyse et d’interprétation.

Le Tao Te King, ouvrage par lequel Lao Tseu a fondé le taoïsme, invite à comprendre ce qu’est le tao.

Ce 5ème verset approfondit les versets 1 et 4 ; il évoque la dualité, le bien et le mal, et projette l’individu dans une nouvelle forme d’éthique, révolutionnaire.

Rappelons que le tao est avant tout un mystère : il ne peut être nommé ni caractérisé. Le tao fonde la dualité et rassemble toutes les choses : il est à la fois au-dedans et au-delà du bien et du mal.

Voici le texte du Tao Te King 5 ainsi qu’une analyse.

Tao Te King 5 : le texte.

En vert : traduction alternative.

Le Tao ne prend pas parti ;
il donne naissance au mal comme au bien.
Le Maître ne prend pas parti ;
il accueille les pêcheurs comme les saints.

Le Tao* est comme un soufflet :     *L’être qui est entre le ciel et la terre
il est vide mais infiniment capable.
Plus tu l’utilises, plus il est fécond ;
plus tu en parles, moins tu le comprends.

Reste ancré au centre.    Observe la voie du milieu.

Tao Te King 5 : signification.

Ce 5ème verset du Tao Te King comporte une forte dimension éthique.

En affirmant que le tao donne naissance autant au bien qu’au mal, ce chapitre bouscule les idées reçues et l’image que l’on peut avoir de l’Etre suprême notamment dans la culture occidentale, à savoir un Dieu qui serait nécessairement bon, par opposition au Diable qui serait obligatoirement mauvais.

Le tao n’a pas d’intention particulière en bien ou en mal ; d’ailleurs, il ne peut être assimilé à “Dieu” tel que nous l’entendons. Le bien et le mal sont des notions de niveau humain : le tao les englobe et les rassemble.

Ceci introduit la véritable nature du tao : une force qui embrasse la totalité des êtres et des choses ; nous parlons là de l’Amour. Un Amour qui évoque aussi l’interdépendance de toute chose : tout est lié, tout est légitime à exister, le noir comme le blanc, le positif comme le négatif, la Lumière comme les ténèbres, le bien comme le mal.

“Le tao accueille les pêcheurs comme les saints” : cette vision rappelle le discours de Jésus, avec six siècles d’avance.

Le tao est neutre dans la puissance de son Amour : il ne juge pas, il accueille toute chose car chaque chose est utile et justifiée. Là est la nature du Bien véritable, cette fois avec un B majuscule.

Là est aussi la véritable nature de la dualité, qu’il ne faut pas confondre avec le dualisme qui oppose irrémédiablement les choses.

Ainsi, le bien et le mal n’existent que dans notre esprit.

Le Tao Te King 5 parle aussi de la fécondité du tao : le tao donne naissance à toutes les choses, ainsi qu’à une infinité de situations et d’opportunités. Il est liberté, créativité, beauté, intelligence. Reconnaître cela, c’est vivre pleinement : la Voie du bonheur et de la sérénité.

Etre heureux, c’est boire à la Source du tao : c’est accepter et admirer toute chose, même ce que nous avons tendance à juger a priori en mal. Renoncer à nos désirs, à nos peurs et à nos préjugés nous permettra de reconnaître partout l’ordre cosmique : le Bien universel.

C’est cela, rester ancré au centre.

Suite du Tao Te King : 

Les 3 textes majeurs du taoïsme :

Modif. le 3 septembre 2020

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :