Press "Enter" to skip to content

La loi d’amour : définition et preuves métaphysiques

5/5 (1)

Qu’est-ce que la loi d’amour ? L’amour est-il la loi universelle ? Quelles sont les preuves que l’amour régit le monde ?

La religion chrétienne est celle qui proclame le plus clairement la loi d’amour.

Elle s’oppose en cela au judaïsme qui évoque la loi du talion à plusieurs reprises, et à l’Islam, qui l’évoque aussi. Toutefois, ces deux dernières religions accordent une place importante au pardon et à la miséricorde, en particulier l’Islam : “La loi du talion vous est prescrite en matière de meurtre : homme libre pour homme libre, esclave pour esclave, femme pour femme. Si l’ayant droit consent une remise de cette peine au meurtrier, ce dernier sera poursuivi modérément et il devra s’acquitter du prix du sang avec empressement. C’est là une mesure d’allègement et de miséricorde pour vous de la part de votre Seigneur.” (Sourate 2, 178)

Le christianisme, à travers le discours de Jésus, s’écarte clairement de la loi du talion :

Matthieu 5, 38-45 :

38 / Vous avez appris qu’il a été dit : œil pour œil, et dent pour dent.
39 / Mais moi, je vous dis de ne pas résister au méchant. Si quelqu’un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l’autre.
40 / Si quelqu’un veut plaider contre toi, et prendre ta tunique, laisse-lui encore ton manteau.
41 / Si quelqu’un te force à faire un mille, fais-en deux avec lui.
42 / Donne à celui qui te demande, et ne te détourne pas de celui qui veut emprunter de toi.
43 / Vous avez appris qu’il a été dit : Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi.
44 / Mais moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent,
45 / afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes.
46 / Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous ? Les publicains aussi n’agissent-ils pas de même ?
47 / Et si vous saluez seulement vos frères, que faites-vous d’extraordinaire ? Les païens aussi n’agissent-ils pas de même ?
48 / Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait.

Voyons comment comprendre cette loi d’Amour et pourquoi nous devrions l’adopter.

L’amour : le centre de l’univers.

Si l’on considère qu’il y a une cause à toutes les choses, alors on peut considérer que tout est issu de la même racine, de la même source, que certains appelleront “big bang”, “Dieu”, “cosmos” (en tant qu’ordre unitaire universel) ou “Grand architecte de l’univers”.

Si le monde manifesté a une seule et même origine, alors nous sommes tous issus du même être, de la même volonté, de la même matière. Nous sommes donc une part du même être.

Il en découle une loi fondamentale : l’unité, qui fait que je suis l’autre. Je suis l’humanité tout entière, je suis les arbres, je suis la nature, je suis l’univers, je suis Dieu, ou du moins une part de Dieu. Je n’ai pas d’ennemi, car aucun autre monde n’a été créé qui puisse concurrencer le mien.

La loi d’amour mène donc naturellement à Dieu. Et Dieu est nécessairement amour car il est unique et englobe la totalité de la manifestation.

On comprend donc que la loi d’amour est intimement liée à la loi de causalité.

La loi d’amour : une définition de Dieu.

L’amour est une définition de Dieu.

Première Épître de Jean, 4, 7-16 :

7 / Bien-aimés, aimons nous les uns les autres ; car l’amour est de Dieu, et quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu.
8 / Celui qui n’aime pas n’a pas connu Dieu, car Dieu est amour.
9 / L’amour de Dieu a été manifesté envers nous en ce que Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous vivions par lui.
10 / Et cet amour consiste, non point en ce que nous avons aimé Dieu, mais en ce qu’il nous a aimés et a envoyé son Fils comme victime expiatoire pour nos péchés.
11 / Bien-aimés, si Dieu nous a ainsi aimés, nous devons aussi nous aimer les uns les autres.
12 / Personne n’a jamais vu Dieu ; si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et son amour est parfait en nous.
13 / Nous connaissons que nous demeurons en lui, et qu’il demeure en nous, en ce qu’il nous a donné de son Esprit.
14 / Et nous, nous avons vu et nous attestons que le Père a envoyé le Fils comme Sauveur du monde.
15 / Celui qui confessera que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui, et lui en Dieu.
16 / Et nous, nous avons connu l’amour que Dieu a pour nous, et nous y avons cru. Dieu est amour ; et celui qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui.

Première Épître de Jean, 3, 14 : Nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie, parce que nous aimons les frères. Celui qui n’aime pas demeure dans la mort.

La loi d’amour appliquée à différents niveaux : tentative de définition.

Voici quelques tentatives de définition à propos de la loi d’amour.

La loi d’amour appliquée à l’Univers physique. 

L’Univers est une matière en expansion, donc en refroidissement permanent : c’est l’entropie. Dans ce cadre, on pourrait penser qu’il n’y a pas d’amour, car pas de chaleur, pas de rapprochement. En réalité, la loi d’amour est simplement le souvenir inscrit dans la matière de sa propre origine, de sa nature unitaire et de sa cohésion.

La loi d’amour appliquée au règne vivant.

Appliquée au règne vivant, la loi d’amour n’est pas évidente : les animaux s’entre-dévorent, les bactéries et les virus s’attaquent aux organismes, la souffrance et la lutte sont partout. Pourtant, une approche plus globale pourrait contredire cette interprétation. Les luttes intestines au sein du vivant permettent aux espèces d’apprendre à résister, de s’améliorer, d’acquérir de nouveaux savoirs qui seront ensuite transmis par l’ADN. Le règne vivant s’est divisé en différentes branches et espèces pour mieux assurer son avenir, au service de la vie, dans l’équilibre et l’harmonie, dans l’unité globale. Voir aussi notre article sur l’homéostasie.

Ainsi nous apparaît la loi d’amour au sein du règne vivant : c’est l’intelligence (même non consciente), la prudence, la transmission de la connaissance, la solidarité, le sacrifice de chacun au service de tous et de la vie.

La loi d’amour appliquée à l’Homme.

L’Homme est un animal particulier en ce sens qu’il a un niveau de conscience “supérieur” : il a conscience de lui-même, de sa propre souffrance, de sa puissance, mais aussi de la souffrance des autres et de leur propre pouvoir.

Cette conscience peut conduire au meilleur (compréhension du monde, transmission de l’expérience acquise, empathie, éducation…) comme au pire (peur, désir de possession, orgueil, manipulation, haine…).

Ainsi l’homme bien intentionné se fixe des règles et des lois qui limitent les souffrances inutiles et privilégient l’égalité, la réciprocité, le respect, la tolérance, la coopération et la solidarité, au service de l’humanité tout entière.

La loi d’amour apparaît chez l’Homme dès lors qu’il prend conscience que son destin est lié à celui des autres. C’est en aimant les autres que l’humanité pourra s’épanouir et progresser, et nous-aussi.

La loi d’amour appliquée au Tout.

Appliquée au Tout (univers + règne vivant + homme), la loi d’Amour serait la reconnaissance de la présence du Créateur en toute chose : la conscience d’une intention primitive, d’un ordre universel éternel, unitaire et infaillible. C’est une communion intime avec l’univers.

Le risque du décentrage.

Du fait qu’il a une conscience réflexive développée, l’Homme prend conscience de lui-même et de son pouvoir. Le risque est paradoxalement qu’il s’éloigne de la loi d’amour. C’est un décentrage par rapport à la Loi universelle :

  • l’individu se met au centre, en rival de Dieu : il agit dans son intérêt personnel, contre les autres, oubliant que tout est lié et qu’il fait partie du Tout,
  • l’individu s’approprie les notions de bien et de mal : par conséquent il devient intolérant (voir notre article sur l’arbre de la connaissance du bien et du mal et le fruit défendu),
  • le rejet, la haine et l’orgueil deviennent ses moteurs,
  • la violence apparaît et se développe,
  • l’amour de soi et de la matière possédée remplace l’amour des autres et du monde.

Ainsi lorgueil fait reculer l’amour. Ce risque de “décentrage” est le propre de l’Homme. Les végétaux et les animaux n’agissent jamais par orgueil : ils se placent naturellement dans l’ordre des choses, sans de mettre en avant, sans se poser de question.

Tout est ordre. Tout est amour.

Le fait que certains individus utilisent leur intelligence pour se mettre au centre au détriment des autres ne doit pas nous amener à dire qu’ils incarnent le mal. Car si l’on rejette ces individus, si on les voit comme des monstres, c’est que l’on n’a pas compris la loi d’Amour.

En effet, l’amour n’est pas ce qui oppose, mais ce qui englobe. L’amour englobe aussi les personnes qui ont un ego plus développé, ou un niveau de conscience moins élevé que les autres. L’amour accepte tout et accueille la haine, la violence, l’incompréhension, autant de choses qui finiront par être dissoutes par l’amour lui-même.

Ainsi, la violence dans le monde, les guerres, les crimes et les comportements déviants ne doivent pas nous inquiéter. Loin d’être un désordre, ils font partie du destin de l’humanité : une étape vers un monde plus apaisé et harmonieux.

Car tout est ordre ici-bas. L’inquiétude et la culpabilisation ne se manifestent précisément que parce que nous ne nous sommes pas totalement libérés de notre orgueil. Le désordre ne peut être que mental.

Au final, l’amour consiste, non pas à juger, mais à accepter (soi-même, son destin, les autres, le monde…), à compatir, à aider et à assister.

La loi d’amour fait-elle disparaître tout violence ?

Nous l’avons vu, la loi d’amour ne fait pas forcément disparaître toute violence. La prédation existe dans la nature. Les hommes se font concurrence sur le marché du travail. Les parents grondent leurs enfants. Les lionceaux se mettent des coups de patte. Certains individus développent des déviances.

Mais la violence n’est pas forcément le “mal absolu”. D’autre part, la violence est parfois stimulante, elle est un moyen pour la vie de progresser, d’aller plus loin.

On peut cependant pointer une violence non légitime :

  • la violence gratuite,
  • la vengeance,
  • la domination politique ou économique,
  • les privilèges octroyés à quelques-uns au détriment des autres,
  • le rejet des différences ou le racisme,
  • la guerre (qui est un échec diplomatique),
  • etc.

On peut imaginer que le progrès humain tendra à faire reculer cette violence, par la tolérance, la discussion, la négociation, la compréhension, la recherche des causes et la solidarité.

Voir notre article : Faut-il tolérer l’intolérance ?

La loi d’amour : comment la traduire au quotidien ?

Jésus dit : Si quelqu’un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l’autre joue. Cette position peut sembler une faiblesse. C’est en réalité faire preuve de tolérance :

  • je ne dois pas juger l’autre, car son action est issue d’une série de causes que je connais mal (éducation, origines, fréquentations, rencontres, vécu, expériences, prédispositions…),
  • je suis peut-être moi-même la cause du comportement de celui qui m’agresse : j’ai ma part de responsabilité,
  • répondre à la violence par la violence serait justifier le comportement de celui qui m’agresse, c’est-à-dire lui donner le sentiment qu’il a eu raison de m’agresser : c’est le cercle vicieux de la violence.

Ainsi, la loi d’amour amène précisément à aimer ceux qui nous font du mal. C’est le pardon. Nous devons pardonner à ceux qui n’ont pas compris la loi d’amour, et par ce geste, nous leur montrons le chemin.

Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font.  Luc 23, 34

Dieu lui-même est miséricordieux : il pardonne tous les péchés, délivrant notre esprit de nos mauvaises pensées. Dans l’Islam, Dieu est “le plus Miséricordieux des miséricordieux.”

Voir notre article : Faut-il combattre le mal par le mal, ou par le bien ?

Au quotidien, la loi d’Amour peut s’appliquer ainsi :

  • être souriant, attentif, attentionné et rassurant en toutes circonstances,
  • ne pas répondre aux agressions,
  • aider les autres, se montrer charitable,
  • se montrer juste, respecter les lois,
  • faire preuve de prudence et de tempérance,
  • être fort et persévérant,
  • recevoir tous les événements de notre vie comme des occasions de nous améliorer,
  • ne pas se culpabiliser,
  • chercher à mieux se connaître,
  • favoriser tout ce qui peut élever l’Homme,
  • protéger la Nature,
  • croire au progrès.

On comprend que l’amour inconditionnel des autres et du monde mène à l’acceptation et au bonheur.

Citation sur la loi d’amour.

La loi d’amour est la seule loi de vie ; la loi qui fait que chacun sent en soi l’immense unité humaine, et devient fort autant que tous ensemble. Châteaubriant

J’accorde bien que l’amour est la vraie richesse vitale ; c’est un merveilleux mouvement pour sortir de soi, pour se jeter dans l’action, et s’y dépenser, et s’y perdre, sans petits calculs. Alain

L’ordinaire de la vie est un furieux amour de n’importe quoi ; chez les bêtes aussi. Car le cheval galope pour galoper ; et le moment où il va partir, le beau moment où il sent en lui-même la pression de la vie, c’est l’amour, créateur de tout. Alain

Ma propre expérience m’enseigna à considérer l’amour comme une manière de correspondance universelle entre la matière et l’esprit, et comme une expression sensible de leur identité par-devant l’être unique. O.-V. Milosz

Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. C’est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes. Matthieu 22, 35-40.

Vous pouvez noter cet article !

Mission News Theme by Compete Themes.
%d blogueurs aiment cette page :