Press "Enter" to skip to content

Entropie : définition philosophique

4.5/5 (20)

Qu’est-ce que l’entropie ou “loi de l’entropie” ? Qu’est-ce que l’entropie nous apprend sur notre monde, sur la vie et la mort ?

Notre monde est marqué par la tendance à l’entropie.

En thermodynamique, on peut observer la tendance qu’a l’énergie à se disperser sans cesse, c’est l’entropie : le chaud et le froid ont tendance à s’équilibrer par transfert. La chaleur s’écoule toujours du corps le plus chaud vers le corps le plus froid, jamais l’inverse. C’est une transformation irréversible. Les molécules ont tendance à se mélanger : l’ordre initial devient désordre.

Définition : L’entropie est la tendance à l’indifférenciation, la tendance au chaos. C’est une perte d’ordre, une perte de concentration et une transformation d’énergie disponible en énergie non-disponible.

Pour un être humain ou une civilisation, l’entropie c’est la mort.

Le Temps qui passe est l’allié de l’entropie. Il oeuvre pour elle.

L’entropie, la vie et la mort.

Le phénomène de la vie qui est apparu peut être défini comme une lutte de tous les instants contre l’entropie. La vie organise, reconfigure sans cesse les énergies, transfère l’énergie vers de nouveaux pôles. Elle réchauffe, fait grandir, elle crée et trouve son chemin malgré les contraintes. Face aux désordres, la vie rétablit l’ordre sans cesse, son ordre. Elle trouve son chemin au milieu du désordre.

L’entropie peut ainsi être opposée à l’homéostasie, qui est la faculté des êtres vivants de maintenir leur corps à une température constante. Voir notre article sur l’homéostasie.

Pourtant, tout être vivant finit par mourir : est-ce pour autant le triomphe de l’entropie ? Non, car en se reproduisant, les êtres vivants transmettent à leurs descendants la connaissance (ADN) sous une forme meilleure. Ainsi la mort n’est pas l’ennemi de la vie, mais l’opportunité pour la vie d’aller plus loin.

Faut-il opposer la matière et la vie ?

Point paradoxal, la vie tire aussi profit de la matière. La vie n’est-elle pas fondée sur la matière ? A titre d’exemple, notre corps est composé de matière inerte (hydrogène, oxygène, carbone, minéraux…) et pourtant il est bien vivant. Par cycles successifs, la vie sait décomposer et recomposer la matière à son avantage.

La vie et la concurrence en son sein.

La vie lutte contre l’entropie à chaque instant. Pourtant elle est aussi en lutte contre elle-même : les bactéries et les virus s’attaquent à notre corps, les animaux se dévorent entre eux, les êtres humains se font concurrence sur le marché du travail. La vie doit faire sa place et lutte contre les phénomènes naturels et contre elle-même.

Ce système de lutte intrinsèque permet cependant à la vie de triompher : elle s’adapte, change de forme, se dote de nouvelles armes. Sur le plan global, la vie se renforce grâce à ces luttes intestines, qui ne sont qu’apparentes. Le règne vivant doit être vu dans son unité.

L’entropie en sociologie.

On trouve aussi la notion d’entropie en sociologie : ce serait la tendance des sociétés et des civilisations à se désorganiser et finalement à disparaître. Les exemples sont nombreux.

Mais la fin d’une organisation humaine n’annonce-t-elle pas la naissance d’une nouvelle civilisation ? Là encore, la vie s’impose face à la tendance au chaos : un ordre nouveau finit par naître, plus adapté que l’ancien. L’humanité essaie sans cesse de s’adapter aux nouvelles conditions de son environnement, de corriger ses erreurs. Et là encore, les évolutions se font par cycles.

En psychologie.

En psychologie, l’entropie peut aussi être vue comme la tendance au désordre, en particulier au désordre mental.

La néguentropie.

Définition : La néguentropie est l’entropie négative, ou tendance à l’ordre. La vie (par l’homéostasie) est un exemple de néguentropie.

Vous pouvez noter cet article !

Mission News Theme by Compete Themes.