Press "Enter" to skip to content

Le Soi spirituel : définition

5/5 (2)

Le Soi spirituel : définition. Que sont le moi, le Soi et le non-soi en spiritualité ? Comment découvrir notre être véritable ?

En spiritualité, le “Soi” (“vrai Soi”, ou “Soi spirituel”…) est une notion centrale qui se distingue du “moi” :

  • le moi est l’expression de notre personnalité, individualité ou ego. Le moi est limité, partiel : il est ce que nous pensons savoir de nous-mêmes et du monde. Or l’état de nos savoirs est par définition imparfait,
  • au contraire, le Soi est ce que nous sommes vraiment, au-delà des apparences et des illusions dues à notre ego. Le Soi est illimité et absolu, il touche au divin.

Par conséquent, la spiritualité consiste à aller du “moi” vers le “Soi”. Il s’agit d’un cheminement qui consiste à abandonner toute certitude, tout préjugé, tout attachement, toute ambition.

La plupart des courants religieux et spirituels évoquent, certes de manière différente, ce chemin de dépouillement personnel :

  • le judaïsme appelle à cultiver la foi et l’humilité dans la perspective de l’alliance avec le Dieu unique,
  • le christianisme appelle à renoncer à soi-même pour rencontrer Dieu par l’intermédiaire de Jésus,
  • l’Islam appelle au djihad intérieur afin de combattre ses passions en vue de se soumettre à Dieu,
  • le soufisme développe le concept de fana’, c’est-à-dire “l’extinction de soi en Dieu”,
  • l’alchimie spirituelle décrit une transmutation de l’être qui passe par trois étapes :
    • une séparation de l’âme subtile par rapport au corps et à l’ego (Oeuvre au noir),
    • l’émergence du Soi lumineux (Oeuvre au blanc),
    • l’émergence de “l’Etre complet” réconcilié à la fois avec la matière, l’ego et Dieu (Oeuvre au rouge),
  • le bouddhisme parle quant à lui de non-soi : nous n’avons pas d’existence propre, puisque tout est interdépendant et impermanent. La personnalité est une illusion, et il n’y a pas de penseur derrière la pensée ; il n’y donc ni moi, ni Soi,
  • l’hindouisme parle au contraire de vrai Soi (atman) : ce Soi épuré de l’ego présente les mêmes caractéristiques que le Brahman (Dieu suprême),
  • le taoïsme évoque la véritable origine et la vraie nature de l’être humain, à savoir le tao : le vide (au sens de vacuité) duquel émerge toute chose et son contraire.

Difficile donc, de savoir ce qu’est vraiment ce Soi spirituel, chaque tradition avançant sa propre définition.

Tentons d’y voir plus clair.

Le Soi spirituel : définition.

Nous l’avons vu, aller du “moi” vers le “Soi” semble être le chemin de l’éveil.

Pourtant, le concept même de “Soi” peut poser problème à celui qui tente de s’élever.

En effet, le “Soi” est dualisant : celui qui affirme l’existence du “vrai Soi” crée le faux moi, de la même manière que celui qui loue la Lumière crée les ténèbres.

Autrement dit, la préférence pour un certain état d’être (qui serait meilleur ou supérieur aux autres) suppose l’existence d’un autre état d’être à combattre, ce qui génère une tension intérieure permanente, incompatible avec la finalité même de la spiritualité, à savoir l’harmonie et la sagesse.

A ce titre, l’approche bouddhique, fondée sur le non-soi, permet d’éviter cet écueil : le non-soi favorise le détachement, l’observation et l’ouverture de la conscience. Cependant, il ne permet pas de réintégrer l’ego comme un phénomène naturel et légitime.

Quant au taoïsme, il se base sur les ténèbres, le vide, le négatif, pour accueillir et comprendre tout élément qui en surgit. Cette approche consiste à réintégrer la dualité dans l’unité ; ainsi, Soi, moi et non-soi sont réunis au-delà de tout jugement, ce qui semble être la voie d’une véritable démarche de sagesse, en l’occurrence une démarche fondée sur la réconciliation intérieure. Dans cette perspective, l’être éveillé est celui qui se satisfait d’être simplement et pleinement lui-même (cf. Tao Te King 8, Tao Te King 21).

L’alchimie spirituelle s’inscrit dans la même logique, en ce sens qu’après la séparation artificielle de l’ego (Oeuvre au noir) et la naissance du Soi (Oeuvre au blanc), une dernière étape vient couronner la démarche : c’est la réconciliation totale avec le corps-matière autant qu’avec le Principe supérieur (l’Oeuvre au rouge).

Ce qui semble dire que la connaissance véritable ne consiste pas à rejeter, à discriminer, mais au contraire à reconnaître et accueillir, même l’ego, même l’illusion, même le mal, même la souffrance, même nos représentations erronées, même les ténèbres. Nous tenons peut-être là le chemin de la Vie véritable, car en réalité, tout est Vrai : tout doit être réintégré.

Nous tenterons donc cette définition du Soi spirituel : Le Soi spirituel est un état de conscience fondé sur l’acceptation lucide de toute perception, phénomène ou action venant de soi ou des autres.

En conclusion, le chemin de l’éveil est celui de la connaissance de Soi, qui est aussi celui de la connaissance du “moi”. Ainsi, l’ego ne doit pas être rejeté mais aimé et réintégré sous le regard clair de la conscience qui s’ouvre.

Modif. le 21 mars 2021

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :