Press "Enter" to skip to content

L’atman : définition dans l’hindouisme (le vrai Soi)

5/5 (2)

L’atman : définition dans l’hindouisme. Que désigne l’atman ? Qu’est-ce que le vrai Soi ? Quelle différence avec l’ego ?

L’atman est une notion centrale de la philosophie hindoue, qui peut se traduire par « souffle vital », « âme universelle », « essence véritable » ou « vrai Soi ».

L’atman est donc le vrai Soi, ce qui implique que l’individu ait pu accéder à la réalité de son être : il s’est éveillé, il s’est détaché des apparences et dépouillé de ses illusions.

L’atman peut être vu comme l’âme qui s’élargit au point de se confondre avec l’âme universelle et divine, retrouvant ainsi sa véritable nature. L’individu retrouve son essence originelle. Ici, l’individuel se mêle à l’universel, ce qui fait toute la force du concept d’atman.

Rencontrer son vrai Soi nécessite un effort particulier, aussi bien sur le plan intellectuel que sur celui de la pratique spirituelle. Il faudra dépasser tout ce que nous croyions savoir, tout ce qui nous paraissait évident.

A noter que le bouddhisme rejette la notion d’atman, lui préférant celle d’anatman ou non-Soi. Nous verrons que ces deux visions sont en réalité très proches.

Entrons dans l’atman et sa définition dans l’hindouisme.

L’atman : définition dans l’hindouisme.

Définition : L’atman est l’âme individuelle qui, une fois épurée, peut s’unir à la grande âme universelle.

Autrement dit, l’atman est la conscience pure d’être : c’est un « je suis » pris non pas dans un sens égoïste (séparé du monde), mais au contraire dans un sens universel, absolu, infini, omniprésent, éternel.

Ce « je suis » est donc très différent d’un « moi, je » marqué par l’ego. L’atman nécessite de dépasser cet ego qui n’est que partiel, limité et éphémère.

Ici, l’ego peut être vu comme un voile qui masque la réalité de notre être. Ce qui fait dire que l’atman nécessite un effort mental pour pouvoir percer la carapace de notre individualité. Un cheminement qui devra se doubler d’un certain lâcher-prise.

Atman et brahman : définition et points communs.

Dans l’hindouisme, le brahman est le principe métaphysique suprême et invisible, autrement dit Dieu.

Or la nature de l’atman est identique à celle du brahman à savoir :

  • ultime,
  • éternelle,
  • absolue,
  • universelle,
  • omnisciente.

On peut donc affirmer, comme les philosophes hindous, que atman = brahman. La formule consacrée est « Je suis Cela » dans le sens de « Je suis Dieu ».

Ainsi, l’atman comporte une signification à la fois personnelle et cosmique. C’est la rencontre de l’immanence et de la transcendance, autrement dit l’union de l’âme individuelle avec l’âme du monde.

Cependant, « Je suis Cela » est une formule qui nécessite d’être correctement interprétée, sous peine de retomber dans les travers de l’ego. Elle doit être lue comme « Je ne suis rien en tant qu’ego » ou « Je me laisse traverser par la présence divine », et non pas « Je suis l’égal de Dieu ».

Reste aussi à savoir si cette correspondance entre l’âme individuelle et l’âme cosmique peut être complète ou seulement partielle…

Vrai Soi ou non-Soi ?

Les bouddhistes s’opposent au concept d’atman, lui préférant son opposé anatman qui signifie « non-Soi ».

Pour les bouddhistes, il ne peut exister ni ego ni Soi véritable puisque tout est interdépendant et impermanent : tout est vide d’existence et d’essence propre (principe de vacuité). Ainsi, le « je », le « moi » ou le « soi » sont des illusions.

Entre vrai-Soi et non-Soi, la frontière est en réalité très mince : dans les deux cas, l’individu perd toute forme de personnalité et d’ego. Il n’est plus qu’un point dans le cosmos ; or ce point est invisible, sans épaisseur : il n’existe pas réellement.

Mais, pour pouvoir témoigner de ce point, il faut un témoin : c’est là que l’atman-brahman de l’hindouisme prend tout son sens, l’atman étant l’âme subtile et universelle par laquelle le point se confond avec le Tout.

L’atman est donc un point de conscience, à la limite de l’inexistence, prêt à se fondre dans le Tout.

Reste à savoir si ce point de conscience peut réellement présenter les mêmes caractéristiques que le Dieu brahman. En particulier, il semble impensable qu’un être, même totalement éveillé, puisse accéder à l’omniscience.

Comment reconnaître et cultiver l’atman ?

Trouver l’atman, notre être véritable, nécessite un long processus de purification.

Il s’agit d’accéder à la connaissance suprême (vedanta), ce qui passe par un effort intellectuel d’une part, et d’autre part par la pratique spirituelle.

Parvenir à l’éveil nécessite d’abord de vaincre l’illusion de l’ego. L’ego se voit comme extérieur au monde et aux autres, il se croit maître de nos pensées et de nos actes, oubliant que nous sommes des êtres déterminés, influencés. L’ego défend ses propres intérêts, oubliant le reste du monde, oubliant que tout est lié.

L’atman passe donc par l’abandon de l’ego : il s’agit de renoncer à ses désirs, envies, attentes, projections, regrets, insatisfactions. Il s’agit de vivre l’instant présent, loin de la culpabilité du passé et de la peur de l’avenir.

Dans la tradition hindoue, le nirvana (plus souvent appelé moksha) est la réunion de l’individu avec le brahman : c’est l’illumination, l’état extatique où l’on atteint l’atman. Selon la croyance, l’âme peut parvenir à cet état après avoir vécu plusieurs vies dans lesquelles elle progresse à travers le varna (système de castes).

Enfin, certaines pratiques traditionnelles favorisent l’éveil spirituel et la réalisation du Soi : c’est la cas du Yoga, qui est un chemin d’ouverture, de compréhension et de lâcher-prise fondé sur des postures, des techniques de respiration, de méditation ou encore la récitation de mantras.

Lire aussi nos articles :

Modif. le 2 mai 2021

Vous pouvez noter cet article !

Cookie Consent with Real Cookie Banner
%d blogueurs aiment cette page :