Press "Enter" to skip to content

Le Yoga : définition, origine, principes

5/5 (1)

Le Yoga : définition, origine et principes fondamentaux. Quel est le but du Yoga ? Quelles sont les différentes formes de Yoga ?

Le Yoga est l’une des six écoles de la philosophie indienne védique qui constituent la source de l’hindouisme, les cinq autres étant la Mimamsa, le Nyaya, le Samkhya, le Vaisesika et le Vedanta.

Le mot Yoga vient d’une très ancienne racine sanscrite “yug” qui signifie relier, joindre ou unir.

Il s’agit d’une discipline dont le but est d’aider l’individu à traverser la souffrance et à trouver l’unité et la joie dans le corps et dans l’âme. Au final, le yoga vise la libération de l’homme.

Soulignons l’importance de l’union : le Yoga est une discipline qui unit le corps et l’esprit, l’homme et l’univers, ou toutes les choses qui peuvent être jointes, afin de procurer un état de bonheur et de plénitude. Le Yoga rend complémentaire ce qui semble opposé : le jour et la nuit, la lune et le soleil, la femme et l’homme, le corps et l’âme, etc.

Le Yoga est l’une des pratiques les plus anciennes de l’humanité. Mais ce n’est qu’au Vème siècle de notre ère que ses enseignements ont été synthétisés et codifiés, notamment à travers les Yoga sutras de Patanjali (cliquez pour lire).

Ce texte constitue un traité à la fois philosophique, psychologique et éthique qui comporte 4 parties et 195 aphorismes.

On distingue cinq formes de yoga :

  • Le karma yoga ou yoga de l’action désintéressée : il accompagne l’être humain dans sa vie quotidienne en l’aidant à poser les principes de l’acte juste,
  • Le bhakti yoga ou yoga de la dévotion : on le rencontre associé à divers courants religieux et spirituels ; il permet de s’approcher du Créateur divin,
  • Le jnana yoga ou yoga de la connaissance : il affine l’intelligence la plus subtile, celle des réalités considérées comme étant au-delà du naturel,
  • Le hatha yoga : c’est la forme la plus connue et la plus pratiquée en occident. Elle s’intéresse en particulier au corps, aux postures, au souffle et aux énergies,
  • Le raja yoga ou yoga de la voie royale : il regroupe les quatre formes précédentes, permettant la réunion et l’exploration de toutes les possibilités de l’être humain.

Tentons de donner une définition plus précise du yoga.

Le yoga : définition simple.

La meilleure définition du yoga est celle qui est donnée au tout début des Yoga sutras de Patanjali :

1.2. Le Yoga est l’arrêt de l’activité automatique du mental.
1.3. Alors se révèle notre Centre, établi en lui-même.
1.4. Dans le cas contraire, il y a identification de notre Centre avec l’agitation du mental.

(…)
1.12. L’arrêt des pensées automatiques s’obtient par une pratique intense dans un esprit de lâcher-prise.
1.13. Dans ce cas, cette pratique intense est un effort énergique pour s’établir en soi-même.

Le yoga vise donc à l’arrêt de l’activité du mental. En effet, nous voyons à chaque instant émerger en nous une foule de pensées subies, principalement basées sur la peur, les regrets, les jugements et les mécanismes psychologiques de défense.

Cette agitation mentale est un obstacle à la perception de la réalité. Il s’agira donc de l’éteindre afin de parvenir à une vision pure, un “discernement” permettant d’accéder à son Soi véritable, c’est-à-dire à la conscience profonde et sans limites, non basée sur la différenciation.

Le Yoga décrit huit moyens de développer cette faculté de discernement (cf. Yoga sutras 2.29) :

  • les règles de vie envers les autres (yamas),
  • les règles de vie envers soi-même (niyamas),
  • les postures physiques (asana) : elles sont pratiquées en particulier dans le hatha yoga et dans la forme occidentale du yoga,
  • la respiration (pranayama),
  • l’écoute sensorielle intérieure (pratyara) : c’est le “retrait des sens”,
  • la concentration (dharana),
  • la méditation (dhyana) : c’est absorption ou la dissolution de la pensée,
  • l’état d’unité (samadhi). L’objectif final, c’est samadhi : un état libre de tout conditionnement, de tout automatisme de la pensée. Il en découle un état de bonheur et de liberté dans lequel la dualité est ramenée à l’unité.

Le Yoga véritable consiste à pratiquer tous ces moyens d’éveil. Il en résulte un éloignement des désirs et une disparition de la souffrance, de l’anxiété et de la colère.

Le Yoga en occident.

En occident, le Yoga enseigné est une adaptation du hatha yoga.

L’accent est mis sur la dimension physique du yoga par les asanas (postures, exercices) et sur les techniques de respiration (pranayama).

Malheureusement, les dimensions ésotérique et philosophique sont peu enseignées. La performance physique a tendance à supplanter l’approche holistique de la personne.

Or le Yoga a pour principe de faire descendre l’individu en lui-même afin qu’il découvre les dimensions cachées de sa vie intérieure. Il s’agit d’une quête quasi initiatique visant à un perfectionnement spirituel et moral.

Le Yoga : voie initiatique ?

Comme dans la plupart des traditions ésotériques (alchimie spirituelle, franc-maçonnerie, soufisme, Kabbale, etc), le Yoga propose des outils pour aider le cherchant dans sa recherche d’harmonie avec lui-même et avec le cosmos, dans une perspective de conciliation des contraires et de pratique d’une morale universelle.

Le Yoga dans sa forme structurée a été pensé comme un moyen offert à l’homme pour se transformer. Il s’agit d’aller vers un Soi nouveau, d’élever sa conscience et de libérer le potentiel de connaissance que nous avons en nous.

Une telle transformation est par essence totale et sans retour. Il n’est pas possible de comprendre ce que l’homme nouveau n’est pas encore. Ainsi, le Yoga peut être défini comme la voie des mystères.

Le Yoga se transmet d’individu à individu, d’initié à maître, de ceux qui ont fait l’expérience des mystères à ceux qui sont prêts à leur tour à vivre cette expérience.

Voilà donc la dimension initiatique du Yoga, qui n’a cependant pas de vocation élitiste.

La maîtrise des énergies.

Le Yoga, par son action d’alignement des énergies, rend possible l’activation des centres vitaux de l’être : les chakras. C’est là que réside une puissance qui ne demande qu’à être éveillée.

Réalisée par le Yoga, cette puissance (aussi appelée kundalini ou “serpent de feu”) s’active par la pensée durant les différents exercices de respiration ou de méditation. Elle montera progressivement de chakra en chakra jusqu’au sommet du corps subtil où elle s’unira à l’âme.

Cette union provoque une transformation de l’individu : une véritable transmutation alchimique.

Yoga : définition au sens “alchimique”.

Tout comme l’alchimie spirituelle, le Yoga vise à la transformation de l’individu. Il s’agit d’extraire de la matière amalgamée (le plomb, le corps, l’inconscient) l’or alchimique (la conscience supérieure), afin de réaliser le Grand Oeuvre : l’union avec Dieu.

  • Ce processus de transformation commence par l’abandon des pensées subies, ce qui pourrait correspondre à l’Oeuvre au noir alchimique.
  • Cette séparation annonce la naissance d’un être nouveau, capable de discernement : c’est l’Oeuvre au blanc.
  • Il s’agira enfin de réconcilier définitivement le corps et l’âme, la matière et l’esprit : c’est l’Oeuvre au rouge et le dépassement de la dualité.

Le but est donc de retrouver notre vraie nature (notre vrai Soi, universel, immortel, illimité) et d’accéder au divin en soi. En effet, la pratique du Yoga est basée sur la croyance que l’homme et le Créateur ne font qu’un. Elle enseigne à rechercher en soi-même le Principe supérieur : c’est la réconciliation de l’immanence et de la transcendance.

Le Yoga encourage ses pratiquants à rechercher les réponses aux problèmes de leur vie au sein de leur propre esprit et de leur propre conscience, plutôt que de tenter de trouver des solutions dans le monde extérieur. C’est donc une démarche qui ne peut être que personnelle.

Quelques citations tirées des Yoga sutras de Patanjali.

Le non-attachement est induit par un état de conscience totale qui libère du désir face au monde qui nous entoure. 1.15

Les fluctuations du mental étant apaisées, comme un cristal reflète le support sur lequel il est posé, le mental est en état de réceptivité parfaite, vis-à-vis du connaissant, du connu, et du moyen de connaissance. 1.41

En atteignant la nature subtile des choses, le Samâdhi participe de l’indifférencié. 1.45

Les causes de souffrance sont l’aveuglement, le sentiment de l’ego, le désir de prendre, le refus d’accepter, l’attachement à la vie. 2.3

L’ignorance de la réalité, c’est prendre l’impermanent, l’impur, le malheur, ce qui n’est pas le Soi, pour le permanent, le pur, le bonheur, le Soi. 2.5

Le sentiment de l’ego vient de ce que l’on identifie le pouvoir de voir et ce qui est vu. 2.6

Se contenter de ce que l’on a constitue le plus haut degré de bonheur. 2.42

Un homme parfait a la beauté, le charme, la vigueur et l’invulnérabilité du diamant. 3.47

Deux choses étant semblables, c’est à cause des différents états de conscience qu’on les perçoit différemment. 4.15

Le mental coloré par le Soi devient conscience totale. 4.23

Pour aller plus loin sur le Yoga et sa définition :

  • Yoga-Sûtra, de Patanjali. Les textes-matrices du yoga, incontournables, avec commentaires et explications.

Modif. le 15 novembre 2020

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :