Press "Enter" to skip to content

Les franc-maçons croient-ils en Dieu ? La foi maçonnique

5/5 (4)

Les franc-maçons croient-ils en Dieu ? Peut-on être croyant et intégrer une loge maçonnique ? Peut-on à la fois être catholique, protestant, musulman ET franc-maçon ?

Les fondements même de la franc-maçonnerie et des grandes religions sont différents :

  • les Eglises se fondent sur un dogme, une doctrine, des principes et des préceptes intangibles, acceptés et mis en application par leurs membres. Les religions proclament une vérité révélée, et les Eglises se positionnent comme les gardiennes et les dispensatrices de cette vérité.
  • la franc-maçonnerie se place elle-aussi sur le terrain de la spiritualité, mais se veut adogmatique. Elle n’apporte aucune réponse définitive au mystère de Dieu, mais propose une méthode de recherche, consistant en des rituels, des symboles et diverses traditions, afin que chacun puisse trouver son chemin dans sa relation avec lui-même, les autres, et un éventuel “dieu”.

Ainsi la religion et la franc-maçonnerie proposent toutes deux une forme d’universalisme, mais de nature très différente :

  • absolu et révélé pour les religions,
  • relevant de la conscience personnelle et de la libre pensée pour les franc-maçons.

En réalité, le rapport à Dieu est différent au sein même de la franc-maçonnerie.

Dieu dans les différentes obédiences maçonniques.

Les franc-maçons croient-ils en Dieu ? Au-delà de la réponse intime et individuelle, la spiritualité est abordée de manière différente au sein des différentes obédiences maçonniques françaises.

On peut distinguer trois approches, de la moins déiste à la plus déiste :

  • Le Grand Orient de France, première obédience française, insiste sur la laïcité et la liberté de conscience, c’est-à-dire l’accueil de frères et sœurs de différentes religions, athées ou agnostiques, dans le respect de leurs différences. Dieu n’est pas un sujet de discussion, mais ça n’est pas pour autant que la spiritualité est totalement absente, car il est possible d’avoir une vie spirituelle même en étant athée. Plusieurs autres obédiences françaises sont sur la même ligne.
  • La Grande Loge de France, deuxième obédience française, reconnaît l’existence d’un principe supérieur sous le nom de “Grand Architecte de l’Univers”, que chaque frère est libre d’interpréter comme il veut : Dieu, la Nature, les lois naturelles, l’ordre des choses… Le Grand Architecte de l’Univers est un concept, un point d’appui qui aide chacun dans la recherche de sa propre vérité.
  • D’autres obédiences telles la Grande Loge Nationale Française sont purement déistes voire théistes : l’existence de Dieu et sa volonté organisatrice sont affirmées. Il s’agit du Dieu des trois religions monothéistes, ou encore d’un Dieu de la raison, un “Etre Suprême” au sens où l’entendaient les philosophes des Lumières.

On distingue de ce fait :

  • Les obédiences libérales au premier rang desquelles le Grand Orient,
  • Les obédiences traditionnelles qui se réfèrent à Dieu ou au Grand Architecte de l’Univers, dans la droite ligne des organisations maçonniques historiques nées en Grande-Bretagne, et dans le respect du texte fondateur, la Constitution d’Anderson de 1723.*

* Selon ce texte, “Un Maçon est obligé de par son Titre d’obéir à la Loi Morale et s’il comprend bien l’Art, il ne sera jamais un Athée stupide ni un Libertin irréligieux.” Cette formule est en réalité diversement interprétée.

Malgré ces différences, on trouve des franc-maçons croyants et non-croyants dans toutes les obédiences. Ils se retrouvent tous pour refuser à la fois le nihilisme matérialiste et le dogmatisme religieux.

Les franc-maçons croient-ils en Dieu ? Le Grand Architecte de l’Univers.

La présence dans certaines obédiences d’un principe nommé “Grand Architecte de l’Univers” ne doit pas être vue comme la reconnaissance de l’existence d’un Dieu révélé auquel il faut rendre un culte, mais plutôt comme la volonté de rechercher sans relâche la dynamique des lois qui sous-tendent l’ordre des choses.

La Bible, ou Volume de la loi sacrée.

Dans les obédiences dites “traditionnelles”, la Bible est placée dans la loge au titre de troisième Lumière, accompagnant l’équerre et le compas. Lors des initiations de nouveaux membres, elle peut être complétée du Coran ou de textes sacrés orientaux selon la religion des intéressés.

La présence de la Bible au sein des loges ne signifie pas que leurs membres soient forcément chrétiens. Il s’agit plutôt de la reconnaissance d’une tradition importante, utile pour la recherche de la vérité.

D’autre part, les franc-maçons sont attachés à la libre interprétation des textes sacrés, bien loin de la théologie chrétienne. C’est ce qu’ils appellent l’herméneutique.

Foi et recherche de la vérité.

Les franc-maçons ne se posent aucune limite à la recherche de la vérité. La tradition chrétienne est un point d’appui pour accéder à la vérité, mais ça n’est pas le seul. Les autres outils dont dispose les franc-maçons sont :

  • la philosophie (la raison, mais aussi l’intuition),
  • les sciences naturelles et humaines,
  • les traditions et les religions à mystères de l’Antiquité,
  • les traditions initiatiques anciennes (alchimie, chevalerie, bâtisseurs de cathédrales),
  • l’étude des symboles,
  • etc.

La franc-maçonnerie n’est donc pas une religion ni une confession parmi d’autres, même si les travaux sont organisés selon un rite qui peut parfois rappeler la liturgie catholique.

Par ailleurs elle ne parle pas que de spiritualité, dans le sens où la raison est l’autre voie essentielle utilisée pour rechercher la vérité.

Construire son temple intérieur.

A la question “les franc-maçons croient-ils en Dieu ?”, il a autant de réponses que d’individus.

Cependant, tous les franc-maçons ont pour ambition de s’élever vers l’universel. Ils bâtissent leur “temple intérieur”, c’est-à-dire leur propre manière de se relier au monde et au cosmos.

D’autre part, les franc-maçons croient en l’existence d’un ordre qui unit toutes les choses. Ils recherchent le sens de la vie et sont attachés à des valeurs universelles, qui se confondent d’ailleurs avec nombre de valeurs chrétiennes ou musulmanes.

Foi et lumière.

Si les franc-maçons devaient pratiquer un culte, ce serait celui de la Lumière, vue comme une source de vie éternelle vers laquelle il faut marcher, dans la confiance et l’espérance. Cela pourrait être la définition de la “foi maçonnique”.

Pas d’incompatibilité entre les religions et la franc-maçonnerie.

En conclusion, il est tout à fait possible d’être membre d’une religion, croyant, et franc-maçon : cela relève d’une démarche personnelle, intime. La foi ne se commande pas.

Pourtant, s’il y a beaucoup de croyants franc-maçons, dans les faits, peu révèlent leur double-appartenance. En effet, les Eglises voient d’un mauvais œil la franc-maçonnerie, parce qu’elle se permet de discuter ou de remettre en cause les dogmes religieux qu’elles véhiculent.

Ainsi, de nombreux franc-maçons préfèrent ne pas évoquer leurs convictions religieuses auprès de leurs frères, de la même manière qu’ils ne souhaitent pas évoquer leur appartenance maçonnique au sein de leur église, temple ou mosquée…

Voir aussi notre article : Franc-maçonnerie et religion catholique : une relation houleuse.

Vous pouvez noter cet article !

Mission News Theme by Compete Themes.
%d blogueurs aiment cette page :