Press "Enter" to skip to content

La foi : définition philosophique et spirituelle

5/5 (1)

La foi : définition philosophique et spirituelle. Comment décrire le phénomène de la foi ? Qu’est-ce que la foi religieuse ?

La foi (du latin fides, “confiance”) est l’adhésion ferme et entière à une idée, un concept ou un principe, qui apparaissent donc à l’esprit comme vrais et certains.

La foi la plus courante est la foi religieuse, ou la foi en Dieu, qui implique ferveur et dévotion. Mais il existe d’autres types de foi : politique, philosophique, patriotique…

La foi a à voir avec la vérité, les croyances, les certitudes et les convictions, mais aussi avec le doute.

La foi est un phénomène qui touche à la conscience mais qui reste difficile à décrire et à définir. Est-ce un sentiment ? Une intuition ? D’où vient la foi ? Où se situe-t-elle ? (âme, esprit, coeur ?)

Pour certains, la foi est synonyme d’aveuglement et d’obscurantisme. Pour d’autres, elle est au contraire un chemin de progrès et de libération.

Quoi qu’il en soit, la foi comporte toujours des risques : erreur, illusion, fausses certitudes. Dans des cas extrêmes, la foi peut mener au fanatisme ou à la haine.

Nous allons voir qu’il existe en réalité deux types de foi.

Entrons dans la définition philosophique et spirituelle de la foi.

La foi : définition philosophique et spirituelle.

La foi est une expérience intime. Elle relève du vécu intérieur. Elle ne s’explique pas, elle ne se commande pas : pour preuve, elle surgit et disparaît sans prévenir. C’est donc un phénomène mystérieux.

La foi peut être déclenchée par une prise de conscience, une illumination, ou au contraire par un conditionnement ou un embrigadement.

En réalité, la foi peut avoir deux origines :

  • une origine extérieure : ce sont les influences (éducation, culture, tradition…) qui mènent à une foi suggérée ou inculquée, le plus souvent dogmatique,
  • une origine intérieure : c’est un chemin personnel qui mène à un nouveau rapport au monde et à soi-même.

Il y aurait donc une foi subie et une foi authentique, autrement dit une foi qui enferme et une foi qui libère. Le second type correspond à un chemin de conscience personnel qui passe par la connaissance de soi et le dépouillement.

Tentons d’aller plus loin.

Ce que la foi n’est pas.

Tout d’abord, la foi n’est pas une opinion ou une manière de penser. Elle n’est pas non plus une philosophie ou une idéologie. Elle est encore moins une superstition (tentative d’expliquer les événements par des causes irrationnelles) ; elle n’est donc a priori pas opposée à la science.

La foi est une conviction, mais qui n’est pas forcément figée ou arrêtée. En effet, la foi n’oblige pas à rester indéfiniment ancré dans un dogme ou une certitude.

La foi se vit à un moment donné, mais doit pouvoir être questionnée et remise en cause. Car la foi est de nature active et dynamique.

Les caractéristiques de la foi véritable.

La foi véritable se fonde sur l’intuition : c’est l’émergence spontanée du sens, à la manière d’une évidence, hors de tout conditionnement.

Notons que l’intuition et la foi diffèrent du raisonnement, qui est le retour de la pensée sur elle-même pour comparer ou analyser.

Précisément, la foi se manifeste lorsque l’esprit est capable d’aller au-delà des raisonnements, au-delà des constructions et des idées établies. La foi traverse la matière et trace un chemin nouveau. Elle dépasse la dualité et les jugements : il n’y a plus de tri à faire puisque tout se laisse entourer de la lumière divine.

Pour s’épanouir, la foi nécessite d’abandonner :

  • ses attachements (y compris l’attachement aux dogmes et aux traditions religieuses),
  • ses préjugés,
  • ses attentes,
  • ses habitudes,
  • ses pensées automatiques dues au fonctionnement du mental,
  • et même sa propre individualité ou personnalité.

Il faudra laisser de côté la complexité des idées duales pour que la Lumière divine puisse enfin nous toucher. Il faudra lâcher-prise, renoncer, bref “mourir à soi-même”. C’est ainsi que pourra s’établir la connexion entre l’âme et l’Esprit divin, entre l’homme et le Tout.

Que contient réellement la foi ?

La foi véritable ne contient rien de particulier ; elle est tout sauf une accumulation de savoirs, de “vérités” ou de dogmes.

La foi est simplement la reconnaissance que nous sommes au monde, à notre place, au carrefour de toutes les influences cosmiques. La foi nous permet de nous ressentir comme un enfant de Dieu : nous sommes inclus dans la grande famille universelle.

Ainsi, la foi véritable a à voir avec :

La foi est peut-être le chemin du retour à notre authenticité primordiale, à notre nature cosmique. Elle peut aussi être appelée intelligence du coeur.

La foi au quotidien.

La foi n’est pas qu’un phénomène abstrait ; elle s’expérimente, se vit et peut avoir des conséquences concrètes.

Au quotidien, il peut y avoir des actes de foi. C’est par exemple faire preuve de charité, ou encore se sacrifier pour sauver quelqu’un. La foi repousse la peur, notamment la peur de mourir. Cette dernière est l’oubli du fait que nous sommes éternellement liés au grand Tout.

La foi dans les grandes religions : définition.

Dans le bouddhisme, la foi se fonde sur l’adhésion ferme et consciente aux Trois Joyaux (ou Trois Refuges) qui sont les trois forces qui permettent d’accéder à la libération de la souffrance et du cycle des renaissances, afin de parvenir au nirvana. Ces Trois Joyaux sont le Bouddha, le Dharma (l’enseignement bouddhique) et le Sangha (la communauté des pratiquants).

Dans l’Islam, l’attestation de foi (chahada) est le premier pilier de la religion. Elle consiste à reconnaître “qu’il n’y a de Dieu que Dieu” et que “Mahomet est son prophète”. Cela implique d’accepter le Coran et de croire au destin.

La foi dans la Bible et le christianisme.

La foi chrétienne consiste à croire en Jésus, en la Trinité et en la Bible.

Jésus prit la parole, et leur dit : Ayez foi en Dieu. Je vous le dis en vérité, si quelqu’un dit à cette montagne : Ote-toi de là et jette-toi dans la mer, et s’il ne doute point en son coeur, mais croit que ce qu’il dit arrive, il le verra s’accomplir. C’est pourquoi je vous dis : Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu, et vous le verrez s’accomplir.
Marc 11, 22-24

Notons que Jésus donne la plus grande preuve de foi en Dieu en se sacrifiant sur la croix.

D’autre part, la foi est l’une des trois vertus théologales catholiques, les deux autres étant l’espérance et la charité. C’est la vertu qui rend possible la rédemption de l’Homme.

Cependant, la foi n’est pas la plus importante des vertus théologales selon la Bible :

Ce qui demeure aujourd’hui, c’est la foi, l’espérance et la charité ; mais la plus grande des trois, c’est la charité.
Première épître aux Corinthiens (13, 13)

Conclusion sur la foi et sa définition.

Au final, la foi est peut-être tout simplement la confiance en la vie : c’est la conviction que tout est en ordre. Avoir la foi, c’est donc accepter le cours des choses, ce qui implique de renoncer à vouloir tout contrôler et tout juger.

La foi ne consiste pas à croire aveuglément en quelque chose, mais à accepter le monde tel qu’il est. Car au-delà de notre ignorance et de nos illusions, tout est parfait. On comprend alors que le réel, le vrai, le beau et le divin désignent la même réalité : celle dans laquelle nous sommes constamment baignés.

Citations sur la foi.

Les citations suivantes peuvent aider à clarifier la définition de la foi :

Un homme sans foi : je ne sais ce qu’il faut en faire.
Confucius

La foi, c’est le souvenir de Dieu.
Pierre Emmanuel

L’espérance est un acte de foi.
Marcel Proust

Toute foi nouvelle commence par une hérésie.
Robert Aron

Une foi n’est tolérable que si elle est tolérante.
Gisèle Halimi

La foi illumine avec ses ténèbres les ténèbres de l’âme.
Saint Jean de la Croix

La foi aveugle regarde de travers.
Stanislaw Jerzy Lec

La foi repose toujours sur l’ignorance.
Jérôme Touzalin

Une foi qui ne doute pas est une foi morte.
Miguel de Unamuno

C’est la foi même qui est Dieu.
Alain

La foi, semelle inusable pour qui n’avance pas.
Henri Michaux

Les fanatiques écrasent leurs doutes en sur-affirmant leur foi.
Eric-Emmanuel Schmitt

La foi n’est pas une compensation, mais une plénitude.
Anonyme

Lire aussi notre article sur la foi maçonnique.

Modif. le 7 avril 2021

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :