Press "Enter" to skip to content

Les 7 vertus théologales et cardinales

5/5 (1)

Quelles sont les 7 vertus théologales et cardinales ? Quelle différence entre vertus théologales et cardinales dans le christianisme ? Définition et explication.

La vertu est une disposition par laquelle l’individu s’oblige à agir en suivant une règle morale qui le porte vers le bien. La vertu est sous-tendue par une force (Dieu, ou la volonté personnelle) qui lui permet d’accomplir son devoir en dépit des obstacles, conformément à l’idéal poursuivi.

On distingue dans la morale chrétienne deux types de vertus : les vertus théologales et les vertus cardinales.

Les vertus théologales sont données par Dieu : elles sont d’ordre divin, surnaturel.

A l’inverse, les vertus cardinales sont d’ordre humain, l’individu devant trouver en lui-même la force d’accomplir son devoir.

En tête de cet article : la fresque Vertus Cardinales et Théologales de Raphaël (1511, palais du Vatican). Les vertus cardinales sont représentées par trois femmes et les vertus théologales par trois anges. La Prudence au double-visage trône au milieu. La Force porte un casque et est accompagnée de l’ange de la Charité. L’ange de l’Espérance porte une torche. A droite, la Tempérance tient une bride, signe de maîtrise des passions mauvaises. L’ange de la Foi est représenté à l’extrême droite. La Justice n’est pas représentée car présente sur une autre partie du bâtiment.

Voyons quelles sont les 7 vertus théologales et cardinales et comment les interpréter.

Les 3 vertus théologales : Foi, Espérance et Charité.

Les 3 vertus théologales trouvent leur source dans la Première épître aux Corinthiens (13, 13) du Nouveau Testament (lettre envoyée par l’apôtre Paul à l’Église de Corinthe) :
Ce qui demeure aujourd’hui, c’est la foi, l’espérance et la charité ; mais la plus grande des trois, c’est la charité.

Les 3 vertus théologales sont donc la Foi, l’Espérance et la Charité :

  • la Foi : c’est le fait de croire, d’adhérer fermement aux vérités révélées. La foi rend possible la rédemption de l’Homme,
  • l’Espérance : donnée à l’Homme par Dieu, c’est une confiance profonde et transcendantale, l’assurance stable de la grâce et de la vie éternelle,
  • la Charité : c’est la plus importante des vertus théologales, qui se confond avec l’Amour. Cet amour désintéressé, donnant grâce et joie, est à la fois :
    • l’amour de l’Homme pour Dieu,
    • l’amour de Dieu pour l’Homme, véritable don scellant l’Alliance,
    • l’amour de l’Homme pour son prochain.

Lire aussi nos articles sur la loi d’Amour et sur l’altruisme.

Symboles et allégories associées aux 3 vertus théologales.

Dans l’art chrétien, les vertus théologales sont souvent représentées par des personnages féminins ou des anges accompagnés d’animaux ou d’objets symboliques :

  • pour la Foi : colombe, Bible, ostensoir, calice, croix tréflée,
  • pour l’Espérance : flamme ou flambeau, ancre (symbolisant la stabilité), barque,
  • pour la Charité : coeur enflammé, femme tenant un enfant, etc.

Les 4 vertus cardinales : Prudence, Tempérance, Force et Justice.

Les vertus cardinales sont issues de l’Antiquité grecque. Platon distinguait déjà quatre vertus principales (la prudence, le courage, la tempérance et la justice), aussi adoptées par Aristote et les stoïciens.

Les 4 vertus cardinales sont aussi citées dans le Livre de la Sagesse (ou Sagesse de Salomon), qui est un Livre tardif de l’Ancien Testament (sans doute rédigé au Ier siècle après J-C) :

Veut-on devenir juste ? Les labeurs de la Sagesse produisent les vertus : elle enseigne la tempérance et la prudence, la justice et la force d’âme, et rien n’est plus utile aux hommes dans l’existence. Livre de la Sagesse, 8, 7

Ces vertus ont été reprises par les Pères de l’Église, ainsi que par Saint-Ambroise et Saint-Augustin pour devenir les vertus cardinales chrétiennes.

Les 4 vertus cardinales sont donc la Prudence, la Tempérance, la Force et la Justice :

  • la Prudence est la réflexion patiente qui permet le discernement. Etre prudent, c’est prendre le temps de réfléchir, de s’interroger. C’est laisser la raison faire son oeuvre. C’est, pour Platon, la première vertu, et la plus importante,
  • la Tempérance est la maîtrise de soi, le contrôle des passions, la modération, la mesure et l’équilibre personnel,
  • la Force (ou Courage) n’est pas la force physique mais la force d’âme, celle qui permet de résister à tous les vices et à toutes les tentations. La Force permet de surmonter la peur, c’est une forme d’abnégation,
  • la Justice est la morale, l’équité, l’impartialité.

Les symboles associés aux 4 vertus cardinales.

Les vertus cardinales sont souvent représentées par des personnages féminins :

  • la Prudence : femme au double-visage (jeunesse-sagesse), tenant un miroir (symbole de réflexion), parfois accompagnée d’un serpent, (Soyez donc prudents comme les serpents, et simples comme les colombes. Matthieu, 10, 16),
  • la Tempérance : femme tenant un mors ou une bride (maîtrise des passions), ou faisant passer un liquide d’un vase à un autre (l’eau dans le vin),
  • la Force : femme tenant du bois chêne (bois résistant), portant un bouclier et un casque (éléments défensifs), et accompagnée d’un lion (le premier des travaux d’Hercule consiste à ramener la peau du lion de Némée). Femme brisant une colonne, en référence à la légende biblique du courageux Samson,
  • la Justice : femme tenant une épée et une balance.

Analyse des vertus.

On pourrait donner l’analyse suivante des vertus théologales et cardinales :

vertus théologales et cardinales

La Charité est donc la vertu première, celle dont les autres découlent. La Charité permet en particulier l’Espérance, cette confiance qui rend possible la maîtrise de soi.

Une interprétation ésotérique des vertus théologales et cardinales.

Les vertus et le symbolisme des chiffres.

  • Les vertus théologales évoquent le chiffre 3 qui rappelle la Trinité chrétienne. Le 3 est la réconciliation de la dualité dans l’unité de l’Amour divin. Il est est union et équilibre, à l’image du triangle. Le chiffre 3 évoque aussi Jésus qui se définit lui-même comme “la Voie, la Vérité et la Vie”. C’est donc la voie juste, celle qui ouvre le Royaume de Dieu.
  • Les vertus cardinales évoquent quant à elles le chiffre 4, image du monde terrestre. Le chiffre 4 est stabilité et symétrie : il évoque le monde manifesté, déployé dans toute sa perfection. Il rappelle les 4 éléments, les 4 directions cardinales et les 4 dimensions. Il invite l’homme à trouver la vérité dans la matière, au fond de lui-même.

Ainsi l’union du 3 et du 4 est celle du Ciel et de la Terre, donnant le chiffre 7, symbole de perfection absolue. C’est la fusion de la matière et de l’esprit, ou encore l’Alliance entre Dieu et l’Homme.

Par ailleurs, en franc-maçonnerie, le 3 évoque le compas et la transcendance, alors que le 4 évoque l’équerre et l’immanence. L’union du compas et de l’équerre évoque un point de rencontre décisif,  l’aboutissement du chemin.

Les vertus dans les autres traditions spirituelles.

Dans le taoïsme.

Dans le taoïsme, les vertus telles que la charité ou la justice ne doivent pas être recherchées, car susceptibles de déranger l’insouciance et la béatitude dont doit faire preuve le sage. En effet, la charité et la justice, si elles sont poursuivies, ne sont plus authentiques : le risque est de se perdre dans des jugements en bien et en mal, en vrai et en faux, autant de concepts qui n’ont pas d’existence réelle dans le tao.

La pratique immodérée de la charité et de la justice n’a rien de sain ni de normal.
Tchouang Tseu

Le taoïsme refuse toute loi morale pour s’ouvrir à l’Amour véritable :

Le Tao ne prend pas parti ;
il donne naissance au mal comme au bien.
Le Maître ne prend pas parti ;
il accueille les pêcheurs comme les saints.
Tao Te King, 5

Laisse tomber la moralité et la justice,
et les gens feront ce qui est juste.
Tao Te King, 19

A l’inverse, la tempérance et la force d’âme sont plus conformes à la vision taoïste, qui se rapproche en ce sens du stoïcisme.

Les vertus maçonniques.

Les vertus maçonniques s’inspirent en partie des vertus chrétiennes. Tout franc-maçon a pour devoir de fuir le vice et de pratiquer la vertu. Pour cela, il doit préférer à toute chose la Justice et la Vérité.

Lire notre article sur les vertus maçonniques.

Modif. le 17 novembre 2020

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :