Press "Enter" to skip to content

Comprendre le royaume de Dieu (signification, interprétation)

5/5 (2)

Qu’est-ce que le royaume de Dieu ? Comment comprendre le royaume de Dieu ? Quelles sont les caractéristiques du royaume de Dieu ? Quelle est la signification du royaume de Dieu chez les chrétiens et les catholiques ?

Tout au long de son ministère, Jésus livre à ses disciples un enseignement sur le royaume de Dieu. Cet enseignement mystérieux est au cœur de son message.

Dans la Bible, le royaume de Dieu est aussi appelé le « règne de Dieu », ou le « Royaume des Cieux ».

Le royaume de Dieu dans la Bible renvoie à deux choses différentes : d’une part une réalité présente pour qui sait la voir, et d’autre part la promesse du règne prochain de Dieu sur terre. C’est la première idée qui nous intéresse ici.

Voyons comment comprendre et le royaume de Dieu et comment l’interpréter aujourd’hui.

Comprendre le royaume de Dieu : citations, versets.

Pour comprendre le royaume, citons les passages de la Bible concernés :

Cherchez plutôt le royaume de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. Ne crains point, petit troupeau ; car votre Père a trouvé bon de vous donner le royaume. Vendez ce que vous possédez, et donnez-le en aumônes. Faites-vous des bourses qui ne s’usent point, un trésor inépuisable dans les cieux, où le voleur n’approche point, et où la teigne ne détruit point. Car là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur.  Luc 12, 31-34

Ce passage décrit un monde où le mal n’existe pas, un monde fait d’une richesse inépuisable. Enfin il assimile le royaume de Dieu au cœur.

Il dit encore : A quoi comparerai-je le royaume de Dieu ? Il est semblable à du levain qu’une femme a pris et mis dans trois mesures de farine, pour faire lever toute la pâte.   Luc 13, 20-21

Ainsi, le royaume est ce qui donne une autre dimension à la matière (la pâte) : c’est ce qui l’élève.

Il dit encore : Il en est du royaume de Dieu comme quand un homme jette de la semence en terre ; qu’il dorme ou qu’il veille, nuit et jour, la semence germe et croît sans qu’il sache comment.  Marc 4, 26, 27

Le royaume de Dieu semble être une source inépuisable de vie.

Comme les pharisiens demandaient à Jésus quand viendrait le royaume de Dieu, il prit la parole et dit : « Le royaume de Dieu ne vient pas de manière à frapper les regards. On ne dira pas : “Voilà, il est ici !” ou bien : “Il est là !” En effet, voici que le royaume de Dieu est au milieu de vous. »  Puis il dit aux disciples : « Des jours viendront où vous désirerez voir un seul des jours du Fils de l’homme, et vous ne le verrez pas. On vous dira : “Voilà, il est là-bas !” ou bien : “Voici, il est ici !” N’y allez pas, n’y courez pas. En effet, comme l’éclair qui jaillit illumine l’horizon d’un bout à l’autre, ainsi le Fils de l’homme, quand son jour sera là. »  Luc, 17, 20-24

Dans ces derniers versets, il est dit que le royaume de Dieu n’est pas situé géographiquement ; il est partout et nulle part à la fois : il n’est pas visible tout en étant au milieu de nous, parfois traduit par « au-dedans de nous ». Il est facile de passer à côté. Pour sentir la présence du royaume, ou plutôt sa propre présence dans le royaume, il faudra arriver à percevoir l’éclair, comme une étincelle furtive dans notre esprit.

Car le royaume de Dieu, ce n’est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie, par le Saint-Esprit.  Romains, 14, 17

Le royaume de Dieu est nourriture spirituelle par opposition aux nourritures physiques. Il est paix intérieure, sérénité : il est esprit « sain », et Saint-Esprit.

Car le royaume de Dieu ne consiste pas en paroles, mais en puissance.  Corinthiens 4, 20

Après que Jean eut été livré, Jésus alla dans la Galilée, prêchant l’Evangile de Dieu. Il disait : Le temps est accompli, et le royaume de Dieu est proche. Repentez-vous, et croyez à la bonne nouvelle.  Marc 1, 14-15

Le royaume de Dieu est assimilé à la bonne nouvelle à venir.

Guérissez les malades qui s’y trouveront, et dites-leur : Le royaume de Dieu s’est approché de vous.  Luc 10, 9

Et Jésus les appela, et dit : Laissez venir à moi les petits enfants, et ne les en empêchez pas ; car le royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent. Je vous le dis en vérité, quiconque ne recevra pas le royaume de Dieu comme un petit enfant n’y entrera point.  Luc 18, 16-17

Ce dernier passage semble indiquer qu’il faut regarder le royaume de Dieu avec les yeux d’un enfant, avec spontanéité et franchise, avec un cœur pur. Il faudrait donc se dépouiller de tous les masques des adultes.

C’est là qu’il y aura des pleurs et des grincements de dents, quand vous verrez Abraham, Isaac et Jacob, et tous les prophètes, dans le royaume de Dieu, et que vous serez jetés dehors. Il en viendra de l’orient et de l’occident, du nord et du midi ; et ils se mettront à table dans le royaume de Dieu. Et voici, il y en a des derniers qui seront les premiers, et des premiers qui seront les derniers.  Luc 13, 28-30

Les premiers dans le monde terrestre seront donc les derniers dans le royaume de Dieu : les illusions s’effondreront et les masques tomberont.

Citons aussi :

Le royaume des cieux est encore semblable à un trésor caché dans un champ. L’homme qui l’a trouvé le cache; et, dans sa joie, il va vendre tout ce qu’il a, et achète ce champ. Le royaume des cieux est encore semblable à un marchand qui cherche de belles perles. Il a trouvé une perle de grand prix; et il est allé vendre tout ce qu’il avait, et l’a achetée. Le royaume des cieux est encore semblable à un filet jeté dans la mer et ramassant des poissons de toute espèce. Quand il est rempli, les pêcheurs le tirent ; et, après s’être assis sur le rivage, ils mettent dans des vases ce qui est bon, et ils jettent ce qui est mauvais.     Matthieu 13, 44-48

Le champ, c’est le monde ; la bonne semence, ce sont les fils du royaume ; l’ivraie, ce sont les fils du malin.    Matthieu 13, 38

Il leur proposa une autre parabole, et il dit : Le royaume des cieux est semblable à un homme qui a semé une bonne semence dans son champ. Mais, pendant que les gens dormaient, son ennemi vint, sema de l’ivraie parmi le blé, et s’en alla. Lorsque l’herbe eut poussé et donné du fruit, l’ivraie parut aussi. Les serviteurs du maître de la maison vinrent lui dire: Seigneur, n’as-tu pas semé une bonne semence dans ton champ ? D’où vient donc qu’il y a de l’ivraie ? Il leur répondit: C’est un ennemi qui a fait cela. Et les serviteurs lui dirent : Veux-tu que nous allions l’arracher ? Non, dit-il, de peur qu’en arrachant l’ivraie, vous ne déraciniez en même temps le blé. Laissez croître ensemble l’un et l’autre jusqu’à la moisson, et, à l’époque de la moisson, je dirai aux moissonneurs : Arrachez d’abord l’ivraie, et liez-la en gerbes pour la brûler, mais amassez le blé dans mon grenier.    Matthieu 13, 24-30

Ces derniers passages appellent au discernement : toutes les richesses du monde terrestre ne valent pas le royaume de Dieu. Il faut savoir faire le tri : garder les trésors véritables et rejeter les trésors illusoires.

Il dit encore : A quoi comparerons-nous le royaume de Dieu, ou par quelle parabole le représenterons-nous ? Il est semblable à un grain de sénevé, qui, lorsqu’on le sème en terre, est la plus petite de toutes les semences qui sont sur la terre ; mais, lorsqu’il a été semé, il monte, devient plus grand que tous les légumes, et pousse de grandes branches, en sorte que les oiseaux du ciel peuvent habiter sous son ombre.  Marc 4, 30-32

Ce dernier passage décrit le caractère éternel, croissant et inaltérable des trésors du royaume de Dieu, par opposition aux richesses du monde ici-bas.

Jésus évoque aussi le royaume des cieux à travers cette parabole : Dans Matthieu, 22 : « Le royaume des cieux est semblable à un roi qui fit des noces pour son fils. » Dans cette parabole, le roi prépare un festin pour les invités. Mais la plupart des invités déclarent avoir autre chose à faire. Ils font preuve d’ingratitude et de rébellion, s’attirant en retour les foudres du roi. Finalement, les serviteurs du roi réussissent à remplir la salle de noce. Beaucoup d’invités se montrent indignes. Le roi fait jeter dehors, dans les ténèbres, les plus indignes. « Car il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus. » Cette parabole montre que le royaume de Dieu n’attire pas le commun des mortels, qui n’en voient pas l’utilité immédiate.

Enfin, la description la plus intéressante du Royaume de Dieu est sans doute dans Matthieu 5 (Les Béatitudes) :

1 Voyant la foule, Jésus monta sur la montagne ; et, après qu’il se fut assis, ses disciples s’approchèrent de lui.

2 Puis, ayant ouvert la bouche, il les enseigna, et dit :

3 Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux !

4 Heureux les affligés, car ils seront consolés !

5 Heureux les débonnaires, car ils hériteront la terre !

6 Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés !

7 Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde !

8 Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu !

9 Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu !

10 Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des cieux est à eux !

11 Heureux serez-vous, lorsqu’on vous outragera, qu’on vous persécutera et qu’on dira faussement de vous toute sorte de mal, à cause de moi.

12 Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux ; car c’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui ont été avant vous.

13 Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on ? Il ne sert plus qu’à être jeté dehors, et foulé aux pieds par les hommes.

14 Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée ;

15 et on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison.

16 Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu’ils voient vos bonnes œuvres, et qu’ils glorifient votre Père qui est dans les cieux.

Le royaume des Cieux : synthèse et interprétation.

Jésus dit lui-même qu’il prêche le royaume de Dieu, et demande à ses disciples d’aller prêcher ce même royaume.

Le royaume de Dieu est Lumière, Eternité, Justice, c’est le retour auprès de Dieu le père de ceux qui comprennent qu’ils sont les fils de Dieu. Au-dehors se trouvent les ténèbres : monde de souffrance, de pleurs, de remords.

Le royaume est la délivrance, la fin des illusions. C’est la paix (« que la paix soit avec vous ») et le pardon des péchés pratiqué par Jésus. Les fils de Dieu sont les témoins conscients de cela.

Surtout, le royaume de Dieu est assimilé à l’Amour et au Bonheur.

Le royaume de Dieu est ouvert à tous, mais les plus pauvres et les plus humbles y accéderont plus facilement. Car les premiers seront les derniers, et les derniers seront les premiers

Comment entrer dans le royaume de Dieu ?

Pour entrer dans le royaume de Dieu :

  • il faut d’abord le vouloir et s’en montrer digne : cela nécessite un effort pour se détacher du quotidien,
  • il faut renoncer aux choses matérielles, se déposséder de tout ce qui brille d’un éclat trompeur,
  • il faut renoncer à ses illusions et à ses masques (l’orgueil est un obstacle),
  • il faut savoir discerner, être lucide, sans pour autant juger les autres,
  • il faut faire preuve de spontanéité, comme un petit enfant : il ne faut pas juger, il faut lâcher-prise. Inutile de se poser trop de questions (heureux les pauvres en esprit) : il faut vivre l’expérience de Dieu avant tout,
  • il faut reconnaître l’amour de Dieu, et se donner à lui : c’est une alliance.

On peut donc entrer dans le royaume de Dieu en changeant notre regard sur les choses : il faut se détacher de soi, ouvrir sa conscience, accepter toute chose, accueillir le mal et reconnaître l’intention divine. Il faut dépasser le cercle infernal du bien et du mal. Que celui qui a des yeux pour voir voie, et « que celui qui a des oreilles pour entendre entende. »

Ainsi le royaume de Dieu rappelle le Tao de Lao-Tseu.

Voir aussi notre article : Comment distinguer le bien et le mal ?

Où se trouve le royaume ?

On l’a compris, le royaume de Dieu n’est pas hors du monde, ça n’est pas un paradis lointain, perdu dans le ciel, forcément inaccessible. Jésus dit : « le royaume de Dieu est au milieu de vous » (parfois traduit par “au-dedans de vous”).

Le royaume se trouve au fond de notre cœur : c’est l’intelligence du cœur, qui nous permet de voir les choses différemment.

Le royaume de Dieu est la sérénité, la pleine conscience, l’accueil du mal.

Le Royaume de Dieu : le paradis sur terre ?

Jésus ne dit pas qu’il faut nécessairement mourir pour entrer dans le royaume de Dieu. Le royaume n’est donc pas un paradis au-delà de la mort comme on le croit parfois, mais bien un paradis sur Terre, une certaine manière de voir le monde. Mais ce qui est sûr, c’est que pour entrer dans le royaume, il faut mourir à soi-même, à ses mauvais penchants et à ses illusions.

De la même manière que le royaume de Dieu est sur terre « au milieu de nous », l’enfer est aussi sur terre si nous refusons de voir le royaume.

Vous pouvez noter cet article !

Mission News Theme by Compete Themes.
%d blogueurs aiment cette page :