Press "Enter" to skip to content

Le nirvana : définition (bouddhisme)

4.2/5 (5)

Le nirvana : définition de ce concept central du bouddhisme ? Quelle est la signification du nirvana ? Comment atteindre le nirvana ?

Dans le bouddhisme, tout ce qui existe se trouve soit dans le samsara (cycle des renaissances successives générateur de souffrance), soit dans le nirvana.

Le samsara est notre état d’existence traditionnel. Le nirvana, quant à lui, est atteint lorsqu’on arrive à percevoir la réalité telle qu’elle est. La différence entre les deux est donc la présence ou l’absence des conceptions erronées qui engendrent la souffrance. Mais samsara et nirvana ont une caractéristique commune : la vacuité (shunyata).

A noter que le nirvana est aussi présent dans l’hindouisme, mais le terme moksha lui est souvent préféré.

Tentons de donner une définition du nirvana et de comprendre comment il peut être atteint.

Le nirvana : définition.

Définition : Le nirvana est la fin de l’ignorance et des illusions ; c’est la libération du samsara. C’est l’Eveil, la sagesse pleine et entière.

Le nirvana possède plusieurs caractéristiques :

  • la vacuité,
  • la fin des illusions, des confusions, des conception erronées,
  • la libération de la souffrance.

Le nirvana est aussi la fin du karma, autrement dit la fin du devenir. C’est donc un état permanent, non-composé, non conditionné.

Remarque : Le nirvana est parfois présenté comme le dernier des quatre sceaux du bouddhisme.

Ce que le nirvana est, et ce qu’il n’est pas.

Selon les textes palis originaux, le nirvana est la cessation de la soif : c’est “l’abandonner, y renoncer, s’en libérer, s’en détacher”. C’est l’extinction du désir, de la haine et de l’illusion. C’est “calmer tout ce qui est conditionné, abandonner toutes les souillures”.

Le nirvana est ailleurs défini comme l’Absolu, l’Inconditionné.

Selon les textes traditionnels, le nirvana est au-delà des éléments, des mouvements et des dimensions. Il est au-delà du bien et du mal.

Le nom et la forme n’existent plus. Les mondes n’existent plus. Venir, partir, rester debout, être mort, naître, sentir n’existent plus.

On pourrait penser que le nirvana est néant. Mais il n’est pas l’annihilation du soi, tout simplement parce qu’il n’y a pas de soi à annihiler. S’il y a une annihilation, c’est celle de l’illusion qui donne une fausse idée d’un “soi”.

Le nirvana n’est pas positif ou négatif. Il est la vérité, au-delà de la dualité et de la relativité.

“Vérité” est donc une des définitions du nirvana. Dans le bouddhisme, la Vérité absolue est qu’il n’y a rien d’absolu en ce monde, que tout est relatif, conditionné et impermanent, et qu’il n’y a pas de substance absolue qui ne change pas telle le “soi” ou l’âme.

D’autre part, le nirvana ne peut se construire mentalement. Il n’a pas de continuité ni d’avenir. Il ne s’attache à rien dans ce monde, ce qui détruit toute anxiété et mène à l’apaisement.

Le nirvana est-il le paradis ?

La définition du nirvana est paix, sérénité, quiétude et bonheur, alors que le samsara est souffrance. L’un serait le “paradis”, l’autre l'”enfer”.

En réalité, le samsara et le nirvana ne sont pas des lieux distincts. Le nirvana n’est pas une destination à atteindre, mais simplement un nouveau niveau de conscience et de compréhension.

Le nirvana n’est pas le résultat de quoi que ce soit, car s’il était un résultat, il ne serait que le produit d’une cause, c’est-à-dire un élément conditionné. Le nirvana n’est ni cause ni effet. Il n’est pas produit comme un état mental spirituel. Il EST tout simplement, de la même manière que la Vérité EST. 

S’il y a un sentier qui conduit au nirvana, il serait faux de penser que le nirvana est le résultat du sentier.

Dans le christianisme, le paradis évoque souvent un lieu lointain, accessible seulement après la mort, et seulement si on le mérite. Pourtant, Jésus dit : “le royaume de Dieu est au-dedans de vous”, ce qui suggère que le paradis se trouve au fond de notre cœur, pour peu que nous voulions bien le voir. Cette conception est au final très proche de celle du nirvana bouddhique.

Lire aussi notre article : Comprendre le Royaume de Dieu.

Le nirvana est-il la définition du bonheur ?

L’homme qui atteint le nirvana est libéré de tous ses complexes, obsessions, tracas, difficultés et tourments. Sa santé mentale est parfaite. Il ne regrette pas le passé, il ne se préoccupe pas de l’avenir, il vit dans l’instant présent. Il apprécie les choses et en jouit sans aucune “projection” de son moi.

Il est joyeux, serein et paisible. Il est libre des désirs égoïstes, de la haine, de l’ignorance, de la vanité et de l’orgueil. Il est pur et doux, plein d’amour, de compassion, de bonté, de sympathie, de compréhension et de tolérance. Il rend service, il n’a pas de pensée pour lui-même. Il ne cherche rien, n’accumule rien, pas même les biens spirituels.

Mais le bonheur est un mot trop imparfait pour décrire le nirvana, car le bonheur est une sensation sujette à changement et disparition.

En réalité, le nirvana est absence de sensation : c’est la définition du bonheur bouddhique.

Comment atteindre le nirvana ?

Tout être vivant est en capacité d’atteindre le nirvana, car il est dit que nous possédons tous en nous la “nature de bouddha”. Atteindre la bouddhéité et donc possible pour tous : c’est atteindre sa vraie nature.

Accéder au nirvana, c’est dissiper le nuage épais qui cache la réalité. C’est comprendre. Cela consiste en premier lieu à sortir de nos illusions et de notre ignorance : c’est comprendre la nature réelle des choses, à savoir :

C’est renoncer à l’ego et à l’attachement : en d’autres termes, abandonner ses désirs, ses passions, sa colère, sa haine. C’est donc un travail sur soi et envers les autres, en particulier à travers la volonté de libérer tous les êtres de la souffrance.

Concrètement, on peut atteindre le nirvana en empruntant le Noble Sentier Octuple. Cette voie mène à l’extinction de la souffrance, à travers huit pratiques à respecter au quotidien :

  1. la vision parfaite : c’est la compréhension de la nature réelle des choses,
  2. la pensée parfaite, libérée des Trois poisons,
  3. la parole parfaite,
  4. l’action parfaite,
  5. les moyens d’existence parfaits (vie honnête),
  6. l’effort parfait (travail et persévérance),
  7. la prise de conscience parfaite (prêter attention aux choses, à soi-même, aux gens, à la réalité),
  8. la concentration parfaite (samadhi) : c’est la concentration dans la méditation, mais aussi l’établissement de tout son être dans l’Eveil.

A noter que le Noble Sentier Octuple constitue la quatrième des quatre nobles vérités du bouddhisme.

Ouvrages en rapport avec la définition du nirvana :

Vous pouvez noter cet article !

Dernière mise à jour :

%d blogueurs aiment cette page :