Press "Enter" to skip to content

Les Trois Poisons du bouddhisme

5/5 (4)

Que sont les Trois Poisons du bouddhisme ? Pourquoi sont-ils au centre de la roue des existences ? En quoi mènent-ils à la souffrance ?

Les Trois Poisons sont un concept-clé du bouddhisme. Ce sont trois notions qui expliquent la souffrance intime, la stagnation et des existences et les malheurs du monde.

Voyons quels sont ces poisons.

Les Trois Poisons du bouddhisme : définition.

Définition : les Trois Poisons, sont, dans le bouddhisme, les racines de l’illusion et de la souffrance. Ce sont :

  • L’ignorance (avidya) : elle est à la source de tous les maux du monde, à l’origine aussi des deux autres poisons. L’ignorance est le moteur du désir, des intentions, de la volonté et du rejet, autant d’éléments qui retiennent les êtres dans le cycle de renaissances du samsara. L’ignorance est en particulier la méconnaissance de la vacuité et des quatre nobles vérités.
  • La soif (raga : avidité, désir, passion, attachement) : elle est directement issue de l’ignorance. Elle est illusion et cause le mauvais karma,
  • L’aversion (dvesa : antipathie, haine, colère) : ce troisième poison est là encore issu de l’ignorance. L’aversion est rendue possible par la non-compréhension du non-soi et de la loi du karma.

Ainsi, l’ignorance est la cause des malheurs du monde. C’est la méconnaissance du fait que toutes les choses sont interdépendantes, éphémères et vides d’existence propre.

Ces Trois Poisons peuvent aussi être interprétés comme trois rapports faussés aux choses et au monde, à savoir :

  • l’indifférence,
  • l’attachement,
  • et le rejet.

On l’a compris, les Trois Poisons mènent tout droit à la souffrance. Lire aussi notre article sur la souffrance dans le bouddhisme.

Les Trois Poisons au centre de la roue des existences.

Les Trois Poisons sont représentés au centre de la roue du karma ou roue des existences et la font tourner. Ils sont la cause du samsara : le cycle des renaissances successives.

Dans le moyeu de la roue des existences, ou “roue de samsara, les Trois Poisons sont représentés par trois animaux :

  • le porc est symbole d’ignorance : il se complaît dans la boue. Il donne naissance aux deux autres animaux, qui représentent alors une dualité,
  • le coq représente la soif et l’attachement : il est fier, orgueilleux, se fait entendre comme s’il était seul au monde,
  • le serpent est symbole de l’aversion et de la haine : il fait le mal, répand son venin. Il est aussi la colère qui rampe en soi-même.

Dans la plupart des représentations, le serpent sort de la bouche du porc, ce qui signifie que la haine provient bien de l’ignorance.

Sortir des illusions.

S’écarter des Trois Poisons consiste avant tout à comprendre les trois caractéristiques de l’existence (impermanence, non-soi et souffrance), ainsi que les quatre nobles vérités :

  • la souffrance,
  • la cause de la souffrance,
  • la cessation de la souffrance comme objectif de libération,
  • le chemin qui mène à la cessation de la souffrance : le Noble Sentier Octuple.

Parallèle avec la franc-maçonnerie.

En franc-maçonnerie, on retrouve d’une certaine manière les Trois Poisons sous l’identité des trois mauvais compagnons qui tuent le maître Hiram Abi dans le but de voler ses secrets (secrets de la construction du Temple symbolisant la Connaissance).

Les trois compagnons sont l’ignorance, le fanatisme et l’ambition.

Ouvrages en rapport avec le bouddhisme :

Modif. le 15 septembre 2020

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :