Press "Enter" to skip to content

Concept, notion, théorie, idée : définitions et différence

5/5 (1)

Concept, notion, théorie, idée : quelles définitions et quelles différences ? Quels sont les différents types de représentations mentales ? Quel rapport avec la réalité et la vérité ?

Le langage commun confond souvent les mots de concept, notion, théorie, idée ou encore principe. Pourtant, ils recèlent des nuances qui nous éclairent sur le fonctionnement de notre esprit, sur notre rapport au réel, et sur notre capacité à approcher la vérité.

Voyons la définition et la différence qu’il y a entre un concept, une notion, une théorie, une idée ou encore un principe.

Concept, notion, théorie, idée : définitions et différences.

Définitions :

  • Un concept (du latin cum capio : “saisir ensemble”) est une construction mentale, une représentation abstraite appliquée à un objet dont on peut ainsi résumer et généraliser les caractéristiques. A noter que tout concept est associé à un mot porteur de sens : c’est un outil pour penser. Exemple : une table, une pomme, la liberté, l’unité, la dualité.
  • Une théorie est un raisonnement stable s’appuyant sur un ensemble de concepts appliqués à un domaine particulier.
  • Une idée est aussi une représentation mentale. L’idée est basée sur une perception, une pensée imaginaire ou abstraite. Mais l’idée est souvent éphémère et changeante, elle est beaucoup moins stable que le concept.
  • Une notion est un concept, mais qui a un sens moins précis et plus empirique. Exemple : la notion de temps qui passe.
  • Un principe est une cause première et absolue. Ce peut être une proposition ou un postulat de départ nécessaire pour construire une théorie.

Concept, notion, théorie, idée et principe sont tous issus du phénomène de la pensée et de la conscience.

Mais ils comportent une différence de nature.

Plus précisément :

  • le concept est issu de la pensée raisonnable, consécutivement à un travail d’analyse et de clarification. Les concepts sont des éléments stables, les plus objectifs possibles.
  • la théorie est une pensée conceptuelle d’ensemble, raisonnable et construite à partir de concepts.
  • à l’inverse, l’idée est issue de la pensée spontanée pas toujours maîtrisée, parfois appelée “mental”.
  • la notion, quant à elle, est principalement issue de l’intuition.

Les “concepts” nous rapprochent-ils ou nous éloignent-ils de la réalité et de la vérité ?

Les concepts transforment la réalité, car ce sont des procédés analytiques qui consistent en des assemblages, des associations mentales abstraites. Ainsi, le concept de “lumière” associera la lumière du soleil, la lumière d’un feu de cheminée et la lumière d’une lampe électrique, qui sont pourtant très différentes.

Les concepts sont donc une forme de simplification (les particularités sont oubliées) qui transforme la réalité.

Pourtant, les concepts nous aident aussi à faire le tri, à mieux comprendre le réel, à mieux accéder aux objets. Par exemple, le concept de lumière relie ce qu’il y a de plus universel dans toutes les formes de lumière. De même, le concept d’arbre définit notre rapport à l’arbre, et notre compréhension de ce qu’est ce type d’être vivant. Un chien n’a pas de rapport à l’arbre : l’arbre n’existe pas pour lui comme un “arbre”.

Les concepts forment un réseau de relations stables avec d’autres concepts, créant un monde parallèle à la réalité, mais pas forcément éloigné d’elle. Par ailleurs, les concepts forment des objets de connaissance dont la définition a vocation à évoluer : ce ne sont pas des dogmes.

A l’inverse, les idées issues du mental non maîtrisé peuvent nous plonger dans l’illusion.

Sur le plan de la spiritualité.

Les philosophies orientales nous invitent à nous libérer des représentations mentales non-maîtrisées, par exemple par la méditation.

Dans le taoïsme.

Le taoïsme nous invite à nous détacher de nos pensées et jugements personnels afin de tendre vers une “vision pure” débarrassée de l’ego. L’acceptation du monde tel qu’il est, l’observation désintéressée conduisent à la paix et à la sérénité : tel est le chemin de la vérité.

Peux-tu détourner ton esprit de ses errances
et rester dans l’unicité originelle ?
(…) Peux-tu purifier ta vision intime
jusqu’à ne rien voir d’autre que la lumière ?
(…) Peux-tu te distancier de ton esprit
et ainsi comprendre toutes choses ?
Tao Te King, 10

Les pensées affaiblissent l’esprit.
(…) Le Maître observe le monde
mais fait confiance à sa vision intérieure.
Tao Te King, 12

Vide ton esprit de toute pensée.
Laisse ton coeur être en paix.
Tao Te King, 16

Dans le bouddhisme.

Dans le bouddhisme, les formations mentales sont un des cinq “agrégats” constitutifs de l’ego, avec le corps, les sensations, les perceptions et la conscience. Les phénomènes de le pensée nous plongent dans l’illusion que les objets et individus existent de manière autonome, séparés du reste, et que nous sommes celui qui pense. Or il n’existe pas d’être autonome pouvant penser par lui-même. Il n’existe pas non plus d’objet autonome séparé du monde (cf l’interdépendance).

Dans l’approche bouddhique, les pensées spontanées ou idées nous éloignent de la vérité et de la réalité. C’est précisément la disparition des idées subies qui permet d’atteindre la réalité, la vérité : le nirvana.

Cependant les “concepts” ou “notions” ne sont pas absentes du bouddhisme : c’est même la compréhension des concepts du non-soi et de l’impermanence qui permet d’accéder à la vérité.

Lire aussi nos articles :

Modif. le 26 septembre 2020

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :