Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

Nature naturée et nature naturante : définition et sens

5/5 (1)

Nature naturée et nature naturante : définition et signification en métaphysique. Quelle différence entre ces deux notions ? Cette distinction a-t-elle vraiment un sens ?

Nature naturée et nature naturante sont deux expressions employées dans la philosophie scolastique du Moyen-Age, entre autres chez saint Thomas d’Aquin, pour décrire d’une part la matière et d’autre part sa cause :

  • la nature naturante (natura naturans) est Dieu en tant que cause de toute chose,
  • la nature naturée (natura naturata) est la Création, la manifestation, la matière issue de Dieu.

Spinoza reprendra ces notions dans son ouvrage L’Ethique pour leur donner une autre portée, voire un autre sens.

Voici donc la définition et l’interprétation de nature naturée et nature naturante.

Développée par les philosophes du Moyen-Age, la distinction entre nature naturée et nature naturante vise à distinguer :

  • d’une part, Dieu en tant que cause intelligente, consciente, active : c’est l’Esprit immatériel, le plan divin, la Loi suprême,
  • d’autre part, la Création en tant que résultat : c’est l’ensemble des êtres particuliers et des phénomènes issus de l’intention première.

Par conséquent :

  • la nature naturante est invisible alors que la nature naturée est visible,
  • la nature naturante est stable alors que la nature naturée est changeante,
  • la nature naturante est intention alors que la nature naturée est résultat,
  • la nature naturante est active alors que la nature naturée est passive,
  • la nature naturante est cause alors que la nature naturée est conséquence,
  • la nature naturante est « essence » alors que la nature naturée est « existence »,
  • la nature naturante est spirituelle alors que la nature naturée est matérielle,
  • la nature naturante s’intéresse à l’universel alors que la nature naturée concerne le partiel,
  • la nature naturante est Amour alors que la nature naturée est séparation,
  • etc.

Mais plutôt qu’une dualité, on pourrait voir dans ces termes l’expression d’une unité entre Dieu et le monde. Car on parle bien ici d’une même « nature », certes accessible soit par son Principe, soit par sa manifestation.

C’est la thèse de Spinoza, qui parle d’un Dieu-Nature : Deus sive natura (« Dieu, c’est-à-dire la Nature »). Dans cette perspective, la nature naturante désignerait la substance régie par l’ordre cosmique alors que la nature naturée désignerait l’ensemble des modes et des manières d’être de cette même substance.

Cette vision rappelle aussi celle des stoïciens, pour lesquels Dieu est la Nature elle-même, dans toute son unité ; autrement dit Dieu est immanent.

Lire aussi notre article : L’esprit et la matière : explication de cette dualité métaphysique

Est-il vraiment pertinent d’établir une distinction entre le Principe et la manifestation ? Quel intérêt y a-t-il à séparer la Nature physique de ses Lois ? La matière ne traduit-elle pas l’omniprésence du plan ? En effet, que serait le plan sans sa réalisation ?

Ce questionnement montre que la distinction entre nature naturée et nature naturante n’a pas forcément de sens. Mais elle est peut-être utile pour nous, êtres humains qui avons du mal à percevoir le Principe présent dans toute chose, ce qui peut générer incompréhension, angoisse et souffrance.

Dans cette perspective :

  • la nature naturée pourrait renvoyer aux apparences, autrement dit aux formes et aux manifestations dont on ne perçoit pas le sens. L’existence naturée est spontanée, aveugle, non consciente du Principe qui coule en elle : c’est la condition des choses et des êtres vivants pris dans le temps et les cycles, soumis à la matière, incapables d’accéder à la Cause des causes,
  • la nature naturante traduirait au contraire l’éveil de la conscience, la reconnaissance du Principe, la compréhension des lois cosmiques, et donc l’accès à la vie véritable.

Cette réflexion nous fait entrer dans la champ de la spiritualité au sens premier du terme : l’esprit humain, issu de la matière et auparavant soumis à elle, peut maintenant la comprendre et donc la transcender.

La distinction nature naturée et nature naturante évoque aussi :

Au final, la dualité nature naturante et nature naturée cache en réalité un monisme : le cosmos forme un Tout ; esprit et matière sont indissociables. Ainsi, identité et différence se trouvent réconciliés : la matière étendue s’exprime dans une cohérence absolue.

Modif. le 28 janvier 2024

Vous pouvez noter cet article !