Press "Enter" to skip to content

Le Soleil et la Lune en alchimie (3/10)

4.83/5 (6)

Le Soleil et la Lune en alchimie : quelle signification et quels symboles associés ? Comment interpréter les principes hermétiques mâle et femelle ? Quel sens ésotérique ?

Cet article fait partie de la série alchimique :

En alchimie, le Soleil et la Lune sont les deux énergies fondamentales qui composent le Tout unitaire. C’est la dualité hermétique fondamentale.

Il en est fait état en particulier dans la célèbre Table d’Emeraude d’Hermès Trismégiste, texte fondateur de l’hermétisme :

Il est vrai, sans mensonge, certain, et très véritable : Ce qui est en bas, est comme ce qui est en haut ; et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, pour faire les miracles d’une seule chose. Et comme toutes les choses ont été, et sont venues d’un, par la médiation d’un : ainsi toutes les choses ont été nées de cette chose unique, par adaptation. Le soleil en est le père, la lune est sa mère, le vent l’a porté dans son ventre ; la Terre est sa nourrice. Le père de tout le telesme de tout le monde est ici.

Avant d’aborder le rôle du Soleil et de la Lune dans la création, il faut rappeler le principe qui fonde l’alchimie spirituelle : l’Unité du monde. Cette unité se retrouve dans l’expression Un-le-Tout, qui décrit le caractère indissociable, voire identique, du Créateur et de la Création. En effet, Un-le-Tout dépasse tout dualisme, jusqu’à réconcilier transcendance et immanence.

Lire aussi notre article : Un-le-Tout : définition, signification (alchimie).

Les symboles alchimiques respectifs du Soleil et de la Lune sont les suivants : 

Soleil lune alchimie symboles

Entrons dans la signification du Soleil et de la Lune en alchimie.

Le Soleil et la Lune en alchimie : deux principes issus d’Un-le-Tout.

Un-le-Tout s’auto-crée, s’auto-féconde, s’auto-transforme, s’auto-dissout, se domine lui-même. Il est “le Père et le fils de lui-même”. Il est, selon les textes alchimiques, “la nature qui jouit d’elle-même”. Ainsi Un-le-Tout, mystère des mystères, principe alchimique essentiel et fondamental, contient toutes les forces de la Nature.

Il en ressort deux possibilités, deux chemins :

  • le premier, c’est la Nature qui s’abandonne à elle-même, dans le désir, la spontanéité, la jouissance sans maîtrise,
  • le second, c’est la Nature qui se dit non à elle-même, qui réagit contre elle-même, qui se domine elle-même.

Ici, on voit émerger deux pôles énergétiques : l’un femelle (libre et passif), l’autre mâle (limitant et actif). Le pôle femelle a vocation à être dominé par le pôle mâle. Mais le pôle mâle n’existerait pas sans le pôle femelle.

Autrement dit, Un-le-Tout, bien qu’unifié, se compose de deux pôles ou principes distincts :

  • l’Un, qui se manifeste sous la forme d’un centre, principe organisateur et animateur,
  • le Tout, matière première indifférenciée qui traduit le chaos qu’il convient d’ordonner, la potentialité contenue, en partie inerte mais prometteuse, qui a vocation à s’organiser.

Ainsi, Un-le-Tout a vocation au partage pour se traduire :

  • en l’idéogramme du Soleil (le cercle et son point central), expression du principe actif et dominant, dit “masculin”, organisateur,
  • en l’idéogramme de la Lune (demi-cercle ou croissant), expression du principe passif dit “féminin”, autrement dit la substance originelle indifférenciée et chaotique destinée à être animée et organisée par le principe actif.

Remarque : Ici, les termes masculin et féminin sont utilisés dans une perspective symbolique, sans correspondance avec le supposé caractère des hommes et des femmes.

La nature et les caractéristiques de la Lune.

Une fois Un-le-Tout séparé, la Lune symbolise la partie de la seule énergie chaotique et indéterminée, la nature “visqueuse”.

Voici les caractéristiques de la Lune :

  • elle est devenir et changement : aussi bien créatrice que destructrice (dissolvante), symbolisant aussi bien la force-de-vie que la mort,
  • elle est aveugle et sauvage si elle est séparée du centre. Elle est soif ardente, convoitise, faim, impulsion, jouissance,
  • elle peut prendre n’importe quelle forme, n’importe quelle qualification,
  • elle est en partie matérielle, terrestre ; elle est en ce sens assimilable à la “matière première”,
  • elle peut être associée :
    • à l’élément Eau (triangle dirigé vers le bas),
    • au principe Mercure,
    • au métal Argent,
    • à la couleur blanc, symbole de lumière (qui reflète le Soleil),
    • à la Vierge : la femme primordiale non pénétrée par le principe actif,
  • elle peut être symbolisée par l’Ouroboros (serpent qui se mange ou se génère lui-même par sa gueule) ou le dragon qui tourne sur lui-même.

ouroboros

La vie est un serpent qui sans cesse s’engendre et se dévore. Il faut échapper à ses étreintes et lui mettre le pied sur la tête. Hermès, en le multipliant, l’oppose à lui-même, et dans un équilibre éternel il en fait le talisman de son pouvoir et la gloire de son “caducée”. Eliphas Levi, Histoire de la magie, 1922.

Ici, mettre le pied sur le serpent, le crucifier ou lui planter une flèche équivaut à la fixation par le principe solaire du principe lunaire.

La nature et les caractéristiques du Soleil.

Le Soleil s’affirme comme un principe de fixité qui a vocation à organiser le chaos lunaire.

Remarque : L’idéogramme Soleil correspond au hiéroglyphe soleil de l’Egypte ancienne.

Voici les caractéristiques du Soleil :

  • il est inaltérable et immatériel,
  • il est de nature céleste,
  • il est individualisant : il constitue l’être cohérent, conscient,
  • il est fixe, invariant, éternel,
  • il est stabilisant et coagulateur,
  • il est organisateur, législateur,
  • il peut être associé :
    • à l’élément Feu (triangle dirigé vers le haut),
    • au principe Soufre,
    • aux symboles alchimiques Arsenic (virilité), Nitre ⦶ (feu céleste positif) ou Salpêtre,
    • au métal Or (qu’aucun acide ne peut altérer) : en alchimie, l’Or est en effet le reflet du Soleil dans la terre,
    • à la couleur rouge,
    • aux héros solaires : Mithra, Héraclès, Jason, Apollon, Horus, etc.
  • il est le point central qui fait naître l’Ouroboros, qui le dompte, qui le maîtrise. A noter qu’en géométrie le point fait naître le cercle.

Le Soleil est parfois représenté comme un second dragon qui tourne autour du premier pour tenter de le contrôler.

Le Soleil et la Lune en alchimie : correspondances cosmique et humaine.

Sur le plan cosmique :

  • le Soleil peut être assimilé au divin,
  • la Lune peut être assimilée à la matière chaotique.

Sur le plan de l’être humain :

  • le Soleil peut être assimilé au coeur (cf. la Sephira Tiferet dans l’arbre de vie kabbalistique),
  • la Lune peut être assimilée à l’âme changeante (la Sephira Yesod dans l’arbre de vie kabbalistique),
  • à noter qu’en alchimie, ce que nous appelons l’âme ou psychisme est appelé “Esprit”.

Le Soleil est force de vie unitaire (vertueuse), alors que la Lune est force de vie dévorante (elle convoite et désire). D’autre part, le Soleil semble porter en lui le principe d’Amour : la loi du monde.

Gare au manichéisme.

Il ne faudrait pas tomber dans le manichéisme et penser que le Soleil est bon et la Lune mauvaise.

En effet, la Lune peut tout à fait refléter les qualités solaires. De même, le Soleil peut parfois n’être que le pâle reflet, dans sa forme égoïste, vulgaire et “terrestre”, du véritable Soleil éternel et vivant.

D’autre part, le Soleil, par son aspect limitant, contractant, coagulant, peut serrer trop durement la vitalité des forces de la Nature. Paradoxalement, le Soleil peut alors faire penser à ce qui refroidit, glace, pétrifie…

En réalité, la distinction Lune-Soleil est artificielle : l’alchimiste sépare pour mieux comprendre, mais il sait que tout élément de la création comporte en lui les deux énergies mâle et femelle.

Soleil et Lune en alchimie : parallèle avec le yin et le yang taoïstes.

Dans l’alchimie taoïste, les deux forces énergétiques fondamentales sont le yin et le yang, assimilables à la Lune et au Soleil.

Le yin est l’énergie féminine (Eau), le yang l’énergie masculine (Feu). Ces principes sont parfois symbolisés par le tigre et le dragon qui montent et qui descendent, tournoient, s’enchevêtrent et finissent par s’harmoniser.

yin yang alchimie lune et soleil tigre dragon

Remarque : Dans le taoïsme, le principe féminin est noir, alors que sa couleur en alchimie occidentale est blanche.

Continuez la lecture avec : L’Eau et le Feu en alchimie (4/10)

Deux ouvrages pour aller plus loin :

Modif. le 8 septembre 2020

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :