Press "Enter" to skip to content

La loi des cycles

4/5 (2)

La loi des cycles : définition. Qu’est-ce que la loi des cycles en métaphysique ? Le temps est-il cyclique ? Faut-il croire en l’éternel retour des phénomènes et des événements ? 

La loi des cycles introduit un certain rapport au temps et à l’espace.

Le temps cyclique est caractérisé par la répétition. Dans cette perspective, l’avenir peut être vu comme une recomposition des phénomènes passés. Passé, présent et avenir se confondent alors dans un éternel recommencement.

Plus précisément, la loi des cycles peut être représentée par :

  • une boucle (ou un cercle) : c’est l’éternel retour, la reproduction des événements de façon identique,
  • une ligne ondulée : c’est la répétition d’un même modèle, sans toutefois qu’aucune situation ne soit jamais identique à la précédente,
  • ou encore une spirale.

loi des cycles schéma

La spirale est sans doute la figure qui décrit le mieux la loi des cycles : elle traduit le caractère à la fois cyclique, centré et évolutif du temps. Elle allie stabilité et créativité. Elle est compatible avec l’idée qu’il existerait un centre cosmique (la Grande Source, le tao, l’axe du monde…) assurant l’ordre et la cohérence du Tout, tout en permettant l’évolution dans un sens de progrès.

La loi des cycles pourrait donc exprimer un ordre non pas figé mais évolutif.

Toujours sur le plan symbolique, la loi des cycles évoque la dualité et le chiffre 2 : car chaque cycle contient un passage de l’ombre à la lumière, du positif au négatif, du déclin à l’expansion, du haut vers le bas, etc.

Les cycles peuvent aussi être associés au rythme quaternaire et au chiffre 4. En effet, tout cycle comporte un début et une fin, ainsi qu’un point haut et un point bas, c’est-à-dire 4 étapes :

  • le cycle du soleil comporte deux solstices et deux équinoxes, soit deux opposés et deux équivalents,
  • de même pour les quatre phases de la lune,
  • etc.

Enfin, les cycles évoquent le symbolisme de la croix et celui du taijitu (symbole du yin et du yang).

Entrons dans la loi des cycles et sa signification profonde.

Lire aussi notre article sur les lois cosmiques fondamentales.

La loi des cycles : définition et interprétation métaphysique.

On l’a vu, la loi des cycles est intimement liée à la dualité.

Or cette dualité ne doit pas être comprise comme une opposition irréconciliable, mais comme l’union de termes complémentaires : le cycle est ce qui rassemble, ce qui embrasse, ce qui met en correspondance des choses qui paraissent opposées.

Ainsi, les cycles évoquent la correspondance entre le haut et le bas, ce qui rappelle la célèbre formule de la Table d’Emeraude d’Hermès Trismégiste :

Il est vrai, sans mensonge, certain, et très véritable : Ce qui est en bas, est comme ce qui est en haut ; et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, pour faire les miracles d’une seule chose.

Le cycle est donc la dualité rassemblée dans l’unité.

Nous avons là un équilibre dynamique qui fonde la loi cosmique : tout déclin annonce un relèvement, toute erreur est destinée à être corrigée, tout changement promet une réaction, chaque crise révèle de nouvelles opportunités, etc.

Sur le plan moral, la loi des cycles invite à sortir des jugements tranchés, car le négatif contient en lui-même le positif, le mal annonce le bien.

C’est l’idée que tout est ordre : il faut accepter le monde tel qu’il est ; il faut aussi accepter notre destin car chaque épreuve annonce une situation meilleure.

Ceci permet de porter un autre regard sur la vie et la mort : la déchéance et la mort perdent de leur aspect tragique pour devenir une opportunité. Notons que la vie, en tant que phénomène biologique, se nourrit de la mort pour s’adapter toujours mieux à son environnement : c’est la loi de la sélection naturelle.

Une certaine conception de la causalité.

La loi des cycles introduit une vision particulière de la loi de causalité.

La causalité décrit l’enchaînement des causes et des effets. Traditionnellement, on pense que la cause domine les effets. Mais la loi des cycles remet en question cette perception, puisqu’il semble que chaque événement donne lieu à un “retournement”, c’est-à-dire à une sorte de réaction destinée à contrebalancer l’élément de départ.

Ainsi, les effets pourraient paradoxalement avoir une action sur leur cause.

Mais la loi des cycles ne fait pas que décrire une relation équilibrée, symétrique ou réciproque entre cause et effet. Elle est bien plus qu’un éternel retour, plus qu’une simple re-création de ce qui existe déjà.

En effet, nous avons vu qu’un cycle n’était pas forcément une boucle fermée. Une fin de cycle n’est pas un retour à l’identique, mais une transformation créative, promesse d’un monde nouveau. C’est ce qu’évoque le symbolisme de la spirale, autrement dit la boucle ouverte.

Lire aussi nos articles sur le devenir et la loi de causalité.

La loi des cycles : illustration.

Les cycles sont omniprésents dans l’univers et dans la Nature : rotation des planètes, rythme des saisons, alternance des phases de destruction et de création…

Les cycles de la lune et du soleil rythment la vie des hommes à travers les jours, les mois, les saisons et les années.

Les 4 cycles suivants constituent le support de la vie :

  • le cycle de l’eau (évaporation, pluie, absorption),
  • le cycle de la lumière (aurore, zénith, crépuscule, nuit),
  • le cycle de l’air (oxygène et dioxyde de carbone ; inspiration, expiration),
  • le cycle de la terre (vie et mort de la matière organique).

Les cycles évoquent le souffle, les battements cardiaques, la roue de la vie, mais aussi des valeurs telles que la persévérance, la mesure, la sobriété et l’espérance.

La loi des cycles sur le plan spirituel.

Les cycles sont au coeur des grandes traditions religieuses et spirituelles, par exemple à travers le cycle des existences du bouddhisme et de l’hindouisme (samsara, réincarnation) ou encore le symbolisme de la résurrection.

Dans sa dimension ouverte et progressiste, le cycle évoque un chemin d’élévation qui consiste à traverser les phases de doute, de peur, de souffrance et de malheur pour devenir meilleur.

Il s’agit d’accepter l’épreuve, de lâcher-prise en vue d’abandonner un état ancien pour passer à un état nouveau, plus lumineux et prometteur.

En franc-maçonnerie, la loi des cycles évoque la mort et la renaissance symboliques : le chemin de l’initiation consiste en des morts successives, au cours desquelles l’initié abandonne une partie de lui-même pour se relever grandi, ce qui n’est pas sans évoquer le principe de l’alchimie spirituelle.

Pour votre bibliothèque :

  • La petite voix, d’Eileen Caddy. Un petit trésor de méditation quotidienne : une pensée à lire chaque soir.
  • Le Tao Te King, de Lao-tseu, traduit par Stephen Mitchell. Le Tao Te King est un joyau de l’humanité, un texte qui accompagne le cherchant durant toute sa vie. Cette traduction, moderne, accessible et poétique, et sans doute la meilleure.
  • Pour l’amour du Monde, de Yongey Mingyour Rinpotché. Les pérégrinations d’un moine bouddhiste qui fuit son monastère pour traverser l’Inde. Un témoignage extraordinaire et un enseignement profond.

Modif. le 3 août 2020

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :