Press "Enter" to skip to content

La symétrie et son symbolisme

5/5 (3)

La symétrie et son symbolisme : quelle est sa signification ? Comment interpréter la symétrie dans les êtres, les objets ou les constructions ? Approche philosophique et ésotérique.

La symétrie (du grec summetria, de sun : “avec”, et de metron : “mesure”) est le caractère des objets (constructions, aménagements, créations, ou êtres vivants) qui présentent des correspondances exactes entre leurs moitiés, de part et d’autre d’un axe central.

Symétrie est synonyme de correspondance, d’analogie, mais aussi d’équilibre, de régularité, d’harmonie et de beauté.

La symétrie est le propre de la vie : elle est présente chez les végétaux, les animaux et les humains, dans leur physionomie et dans leurs réalisations.

La symétrie est donc porteuse de sens : elle aligne et ordonne. Elle ouvre la voie du sacré : elle introduit un axe imaginaire qui relie la matière au mystère de l’existence.

Voyons le sens de la symétrie et son symbolisme.

La symétrie dans la nature.

La plupart des êtres vivants sont construits selon une symétrie bilatérale : le mystérieux phénomène de la vie répartit harmonieusement la matière selon un axe central, sorte de ligne invisible mais omniprésente.

Les êtres vivants sont constitués de matière morte (azote, carbone, eau, minéraux…) qu’ils façonnent sur la base de millions d’années d’apprentissage et d’expérience : la symétrie est signe d’intelligence, de force et d’efficacité.

Les animaux aiment la symétrie, phénomène qui constitue l’un des critères de beauté et de reproduction, en particulier chez l’être humain.

Ainsi, en ordonnant le chaos de la matière, la vie exprime ses valeurs à travers la symétrie.

symétrie définition de la vie

Notons que les êtres vivants sont construits selon une symétrie bilatérale, ou bien sphérique (organismes unicellulaires) ou encore radiale (c’est-à-dire circulaire, comme chez les fleurs ou certains animaux de mer).

La symétrie et son symbolisme : interprétation.

Le symbolisme de la symétrie éclaire la structuration du cosmos et le sens de la vie.

La symétrie peut être interprétée comme :

  • l’ordre dans le chaos : expression de la cohérence insufflée dans le chaos de la matière, la symétrie traduit la présence d’une force organisatrice capable de construire, d’édifier et de définir une “loi” conforme aux lois physiques et mathématiques universelles.
  • la réconciliation des contraires : la symétrie symbolise la dualité réconciliée, la synthèse des opposés dans le Tout, la réduction du multiple à l’unité. En ce sens, elle est une image de la structuration du cosmos : la dualité fonde l’unité, et vice-versa.
  • l’axe du monde : l’axe de symétrie, invisible et sans épaisseur, peut être vu comme l’axe du monde ou encore l’arbre de vie. La symétrie évoque aussi la correspondance entre Dieu et l’Homme, entre le macrocosme et le microcosme, exprimée à travers les différentes Sephiroth qui composent l’arbre de vie kabbalistique.
  • la croix : de la même manière, la croix peut être vue comme une image du cosmos :
    • son point central est l’origine de toute chose,
    • son trait horizontal est l’étendue du monde manifesté : la matière inerte et chaotique,
    • son trait vertical, axe de symétrie, est la Lumière spirituelle qui vient ensemencer toute chose créée pour donner ordre, sens et vie. C’est l’axe du monde.
  • le miroir : le miroir évoque la symétrie, mais aussi la réflexion, la logique, ou le raisonnement par analogie,
  • le centre ou la source : la symétrie radiale ou sphérique évoque l’existence d’un point central invisible, origine inconnaissable de toutes les choses : c’est la Grande Source, le tao, ou Dieu. Ce centre fait tourner la roue de la vie.

Enfin, la compréhension de la portée symbolique de la symétrie évoque l’homme debout, éveillé au mystère de la vie, et connecté au Principe transcendantal.

Les limites de la symétrie.

Nous avons vu que les êtres vivants sont presque tous symétriques. Mais cette symétrie n’est jamais parfaite : les organes internes sont parfois décentrés, les deux hémisphères du cerveau n’ont pas la même fonction, les parties symétriques ne le sont souvent qu’approximativement.

En réalité, une symétrie trop parfaite fermerait les possibilités d’évolution en limitant l’émergence de nouveaux chemins de vie. De même, le raisonnement par analogie peut parfois réduire la capacité à comprendre, en s’attachant à des concepts trop abstraits. Quant au miroir, il ne fait que dupliquer l’image de l’original.

Une symétrie trop parfaite peut nuire à la créativité et à la spontanéité. Elle risque d’étouffer la pensée et l’intuition.

Ainsi, la symétrie ne doit pas être une fin en soi, mais plutôt un point d’appui permettant d’aller plus loin, de la même manière que nos certitudes doivent être en permanence dépassées pour élever notre raisonnement.

Pour aller plus loin sur le thème de la symétrie et son symbolisme :

  • Dictionnaire des symbolesde Gheerbrant et Chevalier. Avec ses 1600 articles, cet ouvrage est une référence dans l’étude des symboles.

Vous pouvez noter cet article !

Dernière mise à jour :

%d blogueurs aiment cette page :