Press "Enter" to skip to content

Le symbolisme de la croix de Saint-André

5/5 (1)

Le symbolisme de la croix de Saint-André : en quoi cette croix est-elle singulière ? Signification et interprétation.

La croix de Saint-André est une croix dont les branches de longueur égale peuvent relier les angles d’un carré ou d’un rectangle. En ce sens, elle se distingue des croix classiques ou “droites”, notamment la croix latine et la croix grecque.

La croix de Saint-André évoque la lettre X ou le signe de la multiplication :

Elle est aussi appelée croix décussée (du latin decussatus : “croisé”).

Son nom vient de Saint-André, premier des apôtres à avoir rencontré Jésus, qui aurait été crucifié sur des poutres en forme de X par le proconsul romain Égée. Selon la Légende dorée de Jacques de Voragine, célèbre écrit du Moyen-Age, Saint-André aurait embrassé la croix avant son supplice.

La croix de Saint-André est largement représentée sur les drapeaux, blasons, signes de reconnaissance et objets de la vie courante. Elle est en outre utilisée en botanique pour les noms d’hybrides, ou en généalogie comme indication d’un mariage.

Entrons dans le symbolisme de la croix de Saint-André.

Lire aussi notre article : Les différents types de croix et leur signification.

Le symbolisme de la croix de Saint-André.

La stabilité.

La croix de Saint-André est utilisée en construction, par particulier pour renforcer les murs ou les charpentes. On pense aux poutres en X des maisons à colombage.

La croix évoque donc la stabilité et l’équilibre. Elle permet une répartition harmonieuse des forces.

Le carré et le chiffre 4.

La croix de Saint-André est indissociable du carré, qui traduit lui-aussi la stabilité :

Croix de Saint-André carré

Le carré évoque le terrestre, la totalité du monde manifesté, révélé, organisé. Le carré est équilibre et perfection : c’est l’ordre géométrique qui surgit du chaos de la matière.

Son symbolisme est en lien avec le chiffre 4 : les quatre directions cardinales, les quatre saisons, les quatre éléments alchimiques (l’air, le feu, la terre, l’eau), ou encore les 4 vertus cardinales.

La croix de Saint-André évoque donc la perfection de la création qui s’exprime dans la matière, le temps et l’espace : c’est l’expression aboutie de l’intention divine.

Mais la croix de Saint-André suggère aussi le chiffre 5 : les forces se conjuguent au centre, ouvrant une nouvelle dimension de l’existence (la vie, la quintessence). Par ailleurs, l’image ci-dessus évoque la pyramide vue d’en-haut, autrement dit le carré qui s’élève vers le ciel.

Le symbolisme de la croix de Saint-André : le sablier.

La croix de Saint-André n’est pas sans rappeler le symbolisme du sablier.

Le sablier évoque deux sphères ou deux mondes : le Très-Haut et ici-bas, le céleste et le terrestre, Ouranos et Gaïa, l’esprit et la matière.

Le sable (la matière, le corps) tombe toujours vers le bas. Mais l’âme peut s’élever : c’est le chemin vers le divin, celui qui consiste à remonter la Création en passant par la “porte étroite”, sorte d’accouchement symbolique. Il faudra en effet mourir et renaître pour entrevoir l’essentiel : telle est la voie de l’éveil.

D’autre part, selon les préceptes alchimiques, ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, autrement dit l’homme a été fait à l’image de Dieu. En effet, le sablier peut être retourné, signe d’une correspondance parfaite entre Dieu et l’homme universel.

sablier extinction rebellion croix de saint-andré

Cette correspondance entre le haut et le bas constitue l’un des passages les plus célèbres de la Table d’Emeraude d’Hermès Trismégiste, texte alchimique fondamental.

Toujours dans une perspective alchimique, la partie haute du sablier peut être vue comme le triangle inversé symbolisant l’Eau. La partie basse (triangle droit) est alors le symbole du Feu. L’Eau et le Feu sont les deux principes alchimiques essentiels : leur rencontre, symbolisée par le sablier (mais aussi le sceau de Salomon) crée un point de correspondance décisif.

La multiplication.

Nous l’avons vu, la croix de Saint-André correspond au signe multiplier.

Or, dans la Bible, Saint-André joue un rôle lors de l’épisode de la multiplication :

Un de ses disciples, André, frère de Simon Pierre, lui dit : “Il y a ici un jeune garçon qui a cinq pains d’orge et deux poissons ; mais qu’est-ce que cela pour tant de gens ?” Jésus prit les pains, rendit grâces, et les distribua à ceux qui étaient assis ; il leur donna de même des poissons, autant qu’ils en voulurent. Jean 6, 8-11

La multiplication symbolise la parole divine qui se partage et se répète à l’infini, nourrissant les hommes et les invitant à ouvrir les yeux.

La victoire finale.

Saint-André ayant été crucifié sur deux poutres en forme de X, ses bras étaient tournés vers le haut, en “V”. C’est le signe de la victoire sur la mort : le sacrifice permet de laver les péchés, de dissoudre le mal et d’accéder à la vie éternelle.

Le chiffre 10.

La croix de Saint-André évoque aussi le chiffre latin X (dix).

10 est l’association du 0 et du 1 : le non-créé (Dieu) et la Création unitaire. Ce chiffre invite là encore à trouver le point de correspondance entre la Source et la matière.

Enfin, en mathématiques, x est la valeur de l’inconnu : le signe de ce qui doit être décodé. Sur le plan ésotérique, c’est l’expression du mystère divin.

Lire aussi notre article : La croix : signification de ce symbole chrétien et universel.

La croix de Saint-André en franc-maçonnerie.

En franc-maçonnerie, le symbolisme de la croix de Saint-André peut évoquer, entre autres :

  • le drapeau de l’Ecosse, nation dont Saint-André est le patron. L’Ecosse est l’origine supposée de la franc-maçonnerie et du Rite écossais ancien et accepté,
  • le 29ème degré du Rite écossais : Grand Écossais de Saint-André d’Écosse,
  • ou encore la rencontre du compas et de l’équerre par leur sommet, avant leur éventuelle superposition.

Pour aller plus loin :

  • Esther Jones et les 7 secrets de la Croix, d’Adrien Choeur. Les différents types de croix forment l’intrigue de ce roman ésotérique, qui évoque aussi l’énigme de la disparition de la croix de Jésus. Le symbolisme de la croix de Saint-André y est évoqué.
  • Dictionnaire des symbolesde Gheerbrant et Chevalier. Avec ses 1600 articles, cet ouvrage est une référence dans l’étude des symboles.
  • La légende dorée, de Jacques de Voragine. Best-seller du Moyen-Age, cet incontournable du catholicisme retrace la légende des saints.

Modif. le 10 juin 2020

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :