Press "Enter" to skip to content

La Quintessence en alchimie, philosophie et cosmologie

5/5 (4)

La Quintessence : définition et signification en alchimie, philosophie et cosmologie. En quoi ce concept éclaire-t-il la structuration du cosmos et le sens de la vie ?

La Quintessence (littéralement la “quinte essence” ou “cinquième essence”) est un concept philosophique né dans la Grèce antique. C’est une notion qui a longtemps été et qui reste encore aujourd’hui ambiguë.

A l’origine, Empédocle, philosophe grec présocratique, tente d’expliquer la structure du cosmos à travers 4 éléments éternels et immuables : le feu, l’air, l’eau et la terre. Pour Empédocle, il s’agit d’éléments à la fois physiques et métaphysiques, qui s’associent et se dissocient sans cesse. Ces constituants de la matière seraient animés par deux énergies : d’une part l’Amitié et d’autre part la Discorde, tous les éléments se retrouvant au final unis dans l’Amour.

Aristote reprend la théorie d’Empédocle et ajoute un cinquième élément : l’éther, ou Quintessence. Il considère que les 4 premiers éléments font partie du monde sublunaire (situé entre la Terre et la Lune), alors que le cinquième élément serait supralunaire (monde du Soleil et des étoiles) :

quintessence cinquième élément aristote

Pour Aristote, la Quintessence serait donc la matière dont sont faits les corps célestes, et qui compose le milieu dans lequel ils évoluent. Ce serait une matière intangible, incorruptible, non sujette à changement ou à transformation contrairement aux 4 premiers éléments (nous reviendrons sur cette théorie plus loin).

Pythagore poursuit dans cette direction : il considère qu’il existe bel et bien un cinquième élément, plus pur et plus subtil que les 4 premiers. Ce cinquième élément aurait un statut supérieur : les autres éléments découleraient de lui et il constituerait une sorte de ciment de l’univers.

Les alchimistes de l’Antiquité et des siècles suivants ont repris cette idée à leur compte, la Quintessence constituant l’un de leurs principaux sujets d’étude.

Dès le départ, la Quintessence est donc une notion relativement floue et abstraite, qui touche au mystère de la matière et de son origine. Elle interroge la notion de Dieu et de la nature profonde de l’univers, ainsi que sa cohésion.

Ainsi, la Quintessence peut être vue comme la clé de tous les mystères, le Graal des philosophes et des alchimistes.

Remarque : aujourd’hui, la quintessence désigne aussi la théorie scientifique selon laquelle il existerait une énergie sombre expliquant l’accélération de la vitesse d’expansion de l’univers.

Voyons s’il est possible de donner une définition précise de la Quintessence.

La Quintessence : un cinquième élément ou le ciment de l’univers ?

Pour les philosophes de la Grèce antique comme pour les alchimistes, la Quintessence est la substance du ciel. Par ciel, il faut entendre l’univers organisé et cohérent : le cosmos.

Nous l’avons vu, Aristote considère la Quintessence comme un cinquième élément : en l’occurrence celui qui concerne le monde au-delà de la Lune, c’est-à-dire le Soleil et les étoiles. C’est donc un élément fixe, incorruptible, non soumis à changement contrairement aux 4 autres. C’est l’élément cosmique qui dépasse la Terre et son atmosphère, tout en englobant et en liant toute chose.

Cette approche semble indiquer que la Quintessence est plus qu’un cinquième élément : elle serait le ciment de l’Univers, un médiateur universel entre les éléments.

Tentons d’aller plus loin.

La Quintessence : la vie, la conscience, le moteur divin, l’Amour ?

Il faut maintenant se demander ce que peut être ce cinquième élément. Pour tenter d’y voir clair, il faut distinguer la Quintessence en l’homme et la Quintessence dans le cosmos.

La Quintessence en l’homme.

Sur le plan humain (le microcosme), la Quintessence semble être ce qui se situe au-delà de la terre (le corps), de l’eau (l’âme inconsciente), de l’air (la conscience) et du feu (l’intellect), et en même temps ce qui réunit tout cela.

Or ce qui réunit ces éléments pour constituer un individu complet porte un nom : la vie.

En effet, la vie est ce phénomène mystérieux qui anime et modèle la matière. La vie est une force à la fois consciente et inconsciente, une énergie ordonnée et qui ordonne. La vie réunit tous les paradoxes, puisqu’elle est à la fois stabilité et spontanéité, fixation et transformation, unité et différenciation.

Ainsi, l’homme conscient de sa nature, éveillé à ce qu’il est et à ce qui le dépasse, peut être défini comme la Quintessence de lui-même : la force vitale qui l’anime est une synthèse de toutes les énergies, cosmiques et divines, immanentes et transcendantes.

La Quintessence en l’homme peut être associée à l’organe du coeur. Par ses battements, le coeur fait circuler le sang, autrement dit la vie. Le sang est l’Amour qui irrigue le corps, revenant toujours au centre. Lorsqu’il est versé, le sang fertilise la terre pour donner la vie nouvelle, à l’instar de Jésus sur la Croix.

Toujours sur le plan humain, la Quintessence peut évoquer :

  • le chiffre 5 : les 5 sens, les 5 doigts de la main, les 5 parties du corps (voir notre article sur le symbolisme du chiffre 5).
  • le pentagramme : c’est l’étoile à 5 branches, l’Etoile flamboyante des francs-maçons, le symbole de l’homme debout, initié, éveillé. Lire notre article sur le pentagramme.
  • ou encore le Sceau de Salomon : c’est l’union de tous les éléments alchimiques (triangle du feu, triangle inversé de l’eau, ainsi que leurs dérivés l’air et la terre), ou la fusion de la transcendance et de l’immanence, ou bien encore la rencontre du macrocosme et du microcosme.

La Quintessence dans le cosmos.

Sur la plan cosmique (le macrocosme), la Quintessence serait ce qui dépasse, unit et rassemble la terre (la matière), l’eau (la nature vivante), l’air (la conscience) et le feu (le principe supérieur ordonnateur).

Ce serait donc à la fois Dieu et sa création : la volonté divine, le moteur du monde, et le monde lui-même. Ou encore la “substance” (ou le vide) dans laquelle baigne le cosmos.

Quelle peut être cette substance ? C’est peut-être l’Amour, cette puissance englobante. En effet, l’Amour embrasse toute chose : il réconcilie la dualité dans l’unité. L’Amour peut être vu comme un flux qui traverse la matière, l’espace et le temps pour rappeler à chaque chose son appartenance au Tout, ainsi que son identité première.

Ainsi, la Quintessence est peut-être le point commun de toute chose qui existe dans le cosmos. Elle exprime l’unité et la perfection cosmique.

Le centre de la croix.

Dans le même ordre d’idée, la Quintessence peut être définie à travers le symbolisme de la croix.

Il est en effet possible d’interpréter la croix comme une représentation du cosmos :

  • son trait horizontal serait le monde manifesté, la matière déployée, vivante mais chaotique,
  • son trait vertical serait le principe qui vient donner ordre et sens,
  • son point central serait alors la Quintessence : la fusion des deux principes précédents.

croix dans cercle solaire

De même, la Quintessence peut être vue comme la synthèse des quatre points cardinaux : c’est là que se trouve l’arbre de vie, l’axe du monde, la “Source éternelle”.

Dans la Genèse, l’arbre de vie constitue le centre du Jardin d’Eden, là où les quatre fleuves prennent leur source. Symboliquement, la Quintessence forme donc le lien (le pont) entre la Source et la manifestation. Une fois encore, elle est un résumé du cosmos, de sa nature et de sa structure.

La Quintessence en alchimie.

Sans le dire, nous avons déjà abordé dans cet article la Quintessence dans son sens alchimique. Nous avons déjà parlé des 4 éléments qui se lient entre eux grâce à la présence cachée d’un cinquième : l’éther.

L’alchimie spirituelle (hermétisme) considère la Quintessence comme la partie la plus secrète de la matière. En alchimie, la matière (la terre, le corps) est l’élément opaque qui contient, certes de manière agglomérée, tous les autres éléments. Notons que c’est le sel qui et à l’origine de cet aspect amalgamé de la matière.

Le but de l’alchimie est de révéler, par différents processus de séparation, d’affinage et de sublimation, chacun des éléments contenus dans la matière :

  • l’Oeuvre au noir opère la séparation entre le corps (la matière brute) et les forces vivantes qu’il contient (les Eaux, l’âme),
  • l’Oeuvre au blanc consiste en une élévation de l’âme puis à une redescente dans le corps. Ainsi, le corps est spiritualisé : l’individu ressuscité, recomposé, retrouve sa pureté et sa réceptivité originelles,
  • enfin, l’Oeuvre au rouge vient parachever le processus de fixation par le Feu supérieur. C’est alors l’avènement de l’homme complet, corporel mais pleinement éveillé à sa nature divine.

Ainsi, le corps a successivement été lavé par les Eaux et par le Feu (les deux énergies alchimiques fondamentales), afin d’être libéré et recomposé. L’union de ces deux forces permet de triompher de la matière avant de se réinstaller en elle : c’est la Quintessence.

Par conséquent, la Quintessence, plus qu’un cinquième élément, est le processus alchimique lui-même : c’est l’extraction des deux principes contenus dans la matière (l’Eau-vie et le Feu-ordre) et leur réintégration consciente.

Concrètement, cela consiste, pour l’individu en recherche, à s’éveiller d’une part à la vie et d’autre part à Dieu, afin de s’unir au cosmos tout entier. Ce processus lui permet d’atteindre de nouveaux niveaux de conscience : désormais sage et serein, il renonce à son ancienne individualité, prend sa place dans le cosmos et trouve le Graal, autrement dit l’immortalité.

En résumé, l’alchimiste sépare et condense la matière pour en extraire l’essence : cette “abstraction de Quintessence” consiste à pénétrer de nouvelles formes de conscience.

Quintessence et Pierre philosophale.

La Quintessence annonce la formation de la Pierre philosophale, c’est-à-dire l’être finalisé, spiritualisé, éveillé, connecté à sa véritable nature ainsi qu’à l’Esprit-Saint.

Autrefois pierre brute, l’homme éveillé est devenu pierre noble : il s’est libéré de la matière et de ses illusions, avant de retrouver cette même matière, mais dans un nouvel état d’esprit.

Il s’agit d’une véritable transformation, qui n’a pu être réalisée qu’à travers une longue quête de soi.

La Quintessence : un chemin d’élévation.

Dans la parfaite continuité de la tradition hermétique, la Quintessence peut être abordée comme un chemin d’élévation spirituel.

Nous l’avons dit plus haut, la Quintessence évoque une substance mystérieuse. En réalité, le fait qu’elle soit cachée éclaire beaucoup sa nature : la Quintessence constitue précisément l’ultime clé de compréhension de l’univers.

Comprendre la Quintessence, c’est posséder cette clé. C’est accéder à la gnose définie en tant que “connaissance intégrale de la vérité”.

Or, c’est par la connaissance de soi qu’il est possible de comprendre l’univers tout entier, puisque selon la Bible et les différentes traditions spirituelles, l’homme est fait à l’image de Dieu.

Ainsi, l’homme éveillé réalise qu’il est à la fois :

  • pleinement matière : il est intégralement fait de cette matière qui recèle en elle son principe immanent, ainsi que l’énergie vitale potentiellement porteuse de la conscience d’elle-même,
  • pleinement vie : la vie est cette chose qui anime la matière ; sans vie, pas de cosmos, pas de conscience ni d’ordre… seulement le chaos et le néant,
  • pleinement conscience : la conscience est ce qui relie tout être vivant à son principe premier ; c’est ce qui maintient l’univers sous la forme d’un tout cohérent,
  • pleinement Dieu : l’homme porte en lui sa part de l’Universel créateur.

Ainsi, l’homme est à la fois totalement terre, eau, air et feu : il est la conjonction de toutes les forces de l’univers.

Ce point de convergence est de nature universelle, et non individuelle : l’homme éveillé a réussi à fondre son ego dans le Tout. Désillusionné, il s’abandonne au grand mouvement cosmique, renonçant à l’impression qu’il est un individu autonome et séparé, évacuant son orgueil, ce grand péché qui a provoqué le décentrage originel.

Cet homme est désormais conscient de ce qui le détermine : il renonce à sa liberté illusoire et accepte son destin.

Lire aussi notre article : La connaissance de soi rend libre.

Conclusion sur la Quintessence.

Pour conclure, la Quintessence est sans doute l’expression de ce qu’il y a de plus profond et de plus précieux dans le cosmos et en l’homme. C’est la réponse à toutes les questions philosophiques et métaphysiques : l’extraction du sens, la clé de compréhension de l’univers.

L’être humain quintessentiel est celui qui s’est réalisé sur tous les plans, connectant son corps à son âme, son âme à l’esprit divin, et la totalité de sa personne aux autres et au monde. Etant passé du moi égoïste au soi universel, c’est un être aimant, qui ne connaît plus de frontières : là réside sa force.

Au final, la Quintessence exprime la perfection, l’unité et l’ordre du monde (dont nous faisons partie) qui se manifestent à travers notre conscience, conscience qui a pu s’éveiller grâce à un long chemin de quête personnelle.

La Quintessence est la révélation du mystère qui transcende toutes les choses, tous les concepts et tous les paradoxes. C’est l’ineffable substance qui rend la nature parfaite.

Pour aller plus loin :

Modif. le 9 juin 2020

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :