Press "Enter" to skip to content

Le symbolisme des cheveux

5/5 (5)

Le symbolisme des cheveux : quelle signification spirituelle ? Comment interpréter les cheveux chez l’homme et la femme ?

Les cheveux sont un symbole universel de beauté, de force et de santé. Dans la plupart des cultures, ils expriment le pouvoir, la fertilité ou la virilité, souvent en lien avec la séduction et la sexualité.

Les cheveux sont, comme les ongles et les poils, des phanères, c’est-à-dire des productions fibreuses à base de kératine. Ils forment un des rares éléments de notre corps que nous pouvons modeler.

Ainsi, les cheveux sont l’expression de la personnalité : ils renseignent sur l’individu, sa position sociale, sa fonction spirituelle, son âge… Par exemple, dans certaines sociétés traditionnelles, les femmes adoptent une coiffure différente selon qu’elles sont vierges ou mariées.

Garder une mèche de cheveux, c’est tenter de prolonger la vie de la personne aimée. Notons que les cheveux, comme les dents, peuvent être conservés très longtemps ; on les retrouve dans les reliques de certains saints.

Par ailleurs, les cheveux évoquent la puissance des éléments (le soleil, le vent, les eaux qui ondulent), ce qui renvoie au mouvement ou à l’énergie vitale.

Les cheveux sont très souvent comparés au rayons solaires, disposés autour d’un centre à savoir le crâne, siège de l’âme.

Mais le symbolisme des cheveux comporte aussi un aspect plus sombre et ambigu. Dans la mythologie grecque, la Méduse (une des trois Gorgones) avait une chevelure faite de serpents et un regard pétrifiant. A la Renaissance, ce pouvoir est associé à celui de la femme fatale : les cheveux ont un pouvoir envoûtant, presque dangereux.

Carlos Schwabe, Méduse, 1895

Ainsi, les cheveux peuvent évoquer les ténèbres, l’inconnu ou encore la partie la plus animale de l’être humain.

Entrons dans le symbolisme des cheveux.

Le symbolisme des cheveux : interprétation.

La signification symbolique des cheveux varie selon leur aspect, leur longueur, leur amplitude et leur couleur.

La couleur des cheveux : symbolisme.

De manière générale :

  • les cheveux blonds évoquent la beauté solaire,
  • le roux (ou le blond vénitien) a une connotation sensuelle,
  • les cheveux bruns ou noirs évoquent l’animalité, l’aventure, les ténèbres ou le mystère,
  • les cheveux poivre et sel traduisent un âge charnière, un certain équilibre, ou encore la dualité réconciliée,
  • enfin, les cheveux blancs évoquent le déclin physique mais aussi la sagesse.

Dans l’imaginaire occidental, la femme mariée est blonde, alors que la maîtresse est plutôt brune. Le blond est associé à la pureté : c’est aussi la couleur des cheveux du Christ dans l’art sacré.

Les cheveux et leur aspect.

La chevelure est liée à la personnalité et à l’identité :

  • les cheveux longs expriment la force : cf. le mythe de Samson, personnage de l’Ancien Testament dont la vigueur se rapporte à la longueur de ses cheveux,
  • en outre, les cheveux longs sont signe de noblesse et de puissance, par exemple chez les rois, les princes, les aristocrates et les chevaliers (les écuyers, quant à eux, gardent les cheveux courts). Rappelons qu’aux XVIIème et XVIIIème siècles, des perruques étaient utilisées pour rehausser le pouvoir de la chevelure,
  • les cheveux détachés expriment l’indépendance, la liberté ou la disponibilité féminine,
  • les cheveux noués ou dissimulés sous un voile sont signe de réserve,
  • les cheveux volumineux traduisent la bonne santé alors que les cheveux plats ou qui tombent sont signe de faiblesse ou de maladie,
  • les cheveux ondulés traduisent le naturel et l’authenticité,
  • les cheveux défrisés ou lissés sont synonymes de sophistication voire de vulgarité,
  • les cheveux épars (c’est-à-dire en désordre) peuvent être un signe d’excentricité, de jeunesse, de révolte ou, chez les philosophes et les sages, de liberté de pensée, de renonciation aux conventions sociales,
  • les cheveux ébouriffés expriment la folie.

Par ailleurs, couper ses cheveux revient à effacer une part de soi : c’est par exemple le cas de celui qui intègre l’armée ou qui s’engage dans la vie monastique.

De même, se voir imposer une coiffure particulière (natte imposée aux Chinois par les conquérants mandchous au XVIIème siècle, chignon imposé dans certaines professions) évoque la soumission.

Pire, se faire raser la tête de force est une humiliation : on pense aux condamnés, aux “tondues” de la Libération ou aux prisonniers des camps de concentration.

A l’inverse, se laisser coiffer est un signe de confiance ou d’amour.

Cheveux, féminité et virilité.

Les cheveux sont indissociables de la sensualité. Ils évoquent le charme et la séduction féminine, mais aussi la part sombre du féminin : nous parlons ici d’une énergie instable, chaotique, aveugle et sauvage, qui renvoie au symbolisme de l’eau ou de la lune.

Par ailleurs, les cheveux féminins peuvent évoquer la vanité, l’attachement aux apparences ou au côté éphémère des choses.

Les cheveux évoquent aussi le changement, les effets de mode, ou tout simplement le temps qui passe (la pousse).

Se couper les cheveux peut signifier l’entrée dans une nouvelle vie ou niveau de conscience, par exemple à l’occasion d’un deuil, d’une initiation ou d’une révélation spirituelle.

Dans un sens plus général, les cheveux évoquent la force vitale, la fertilité et la fécondité de la nature : les cheveux poussent comme les cultures ou comme les arbres qui peuplent la forêt.

Chez l’homme, les cheveux longs ont longtemps été signe d’influence, de virilité voire de sauvagerie (cf. les barbares, les conquérants, les chevaliers, mais aussi certains personnages de fiction tels Tarzan, Rahan, Conan…).

De nos jours, la virilité est cependant régulièrement associée à la calvitie ou au crâne rasé.

Le symbolisme des cheveux en alchimie.

L’alchimie est une voie d’élévation spirituelle qui se fonde sur le constat que l’univers est mu par deux énergies fondamentales, l’une passive (féminine, lunaire et aqueuse), l’autre active (masculine, solaire et ignée) :

  • la première forme d’énergie (naturelle, spontanée, inconsciente, mystérieuse…) peut être associée à des cheveux longs, sombres et ondulés : nous avons ici l’élément EAU,
  • la deuxième forme d’énergie (droite, ordonnée, lumineuse…) peut être associée à des cheveux raides et blonds : nous avons ici l’élément FEU.

Par ailleurs, des cheveux sombres mais raides peuvent être associés à l’élément TERRE (l’âme prisonnière du corps). Les cheveux blonds mais ondulés peuvent quant à eux renvoyer à l’élément AIR (l’âme qui s’élève).

Lire aussi notre article sur les 4 éléments alchimiques.

Abandonner ses cheveux.

Chez les moines, la tonsure a longtemps été un signe d’humilité et de pénitence, aussi bien en Orient qu’en Occident.

Aujourd’hui encore, les moines bouddhistes se rasent la tête après leur ordination, ce qui marque l’entrée dans une nouvelle vie. Ce geste se fait aussi en souvenir du Bouddha qui s’était lui-même rasé la tête après s’être enfui du palais où il était prince. A cette époque, en Inde, les cheveux étaient symbole de noblesse et de pouvoir.

Se raser la tête est donc le signe d’un effort de détachement, nécessaire pour pouvoir progresser sur le chemin spirituel.

La chevelure de Marie-Madeleine.

Marie-Madeleine est un personnage composite né de la réunion de plusieurs femmes évoquées dans le Nouveau Testament. Dans Luc 7-44, elle lave les pieds de Jésus avec ses larmes avant de les essuyer avec ses cheveux.

Dans l’art sacré, Marie-Madeleine est toujours représentée les cheveux longs et dénoués.

Ancienne prostituée devenue sainte, Marie-Madeleine évoque les deux stades spirituels ou les deux visages de la femme :

  • la beauté, les bijoux et la vanité sont symbolisés par une coiffure élaborée,
  • l’humilité et la pénitence sont symbolisés par des cheveux détachés, sans apprêt, sans parure, parfois hirsutes et jamais coupés. On peut y voir le signe de l’abandon à Dieu.

Rappelons que Marie-Madeleine passera les trente dernières années de sa vie à vivre en ermite dans une grotte du massif de la Sainte-Baume, en Provence. Dans les représentations artistiques, les longs cheveux de la sainte n’arrivent toutefois pas à masquer sa beauté naturelle.

La sculpture suivante de Gregor Erhart (vers 1520) est restée célèbre. Exposée au musée du Louvre, elle représente Marie-Madeleine en ascète mystique. Sa pose extatique révèle sa grande beauté et l’éclat de ses cheveux dorés, qui représentent la pureté spirituelle.

Voici une autre représentation de Marie-Madeleine vêtue de ses longs cheveux :

Au final, les cheveux sont l’expression la plus parfaite de notre personnalité. Ils trahissent l’état de notre psychisme et délivrent un message à notre entourage, un signal souvent plus clair qu’on ne croit.

Lire aussi notre article sur le symbolisme du corps humain.

Pour aller plus loin :

  • Le dictionnaire des symbolesde Gheerbrant et Chevalier. Avec ses 1600 articles, cet ouvrage est une référence dans l’étude des symboles et des chiffres.

Modif. le 13 mars 2021

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :