Press "Enter" to skip to content

La grâce : définition religieuse et spirituelle

4.67/5 (3)

La grâce : définition en religion et spiritualité. Qu’est-ce que la grâce dans le christianisme ? En quoi consiste la voie du salut ?

Dans le christianisme, la grâce ou “grâce de Dieu” se vit comme une faveur ou une aide décisive accordée par Dieu à l’Homme, et par laquelle ce dernier accède à la paix, à la joie et au salut.

La grâce (du latin gratia : “remerciement, reconnaissance”) sous-entend que Dieu a donné la capacité à tout homme de percevoir l’Amour du monde.

Pourtant, tout le monde n’est pas touché par la grâce. La grâce comporte donc une ambiguïté ou un paradoxe : donnée à tous, elle n’est pas perçue de tous. Ce qui signifie que l’Homme est déjà sauvé (ses péchés sont pardonnés) mais qu’il ne le sait pas toujours.

De fait, la grâce pose la question du libre-arbitre :

  • d’une part, la grâce semble indiquer que le libre-arbitre n’existe pas : chacun est soumis au destin et à la volonté divine ; nul ne peut commettre le mal volontairement ; par conséquent, tous les péchés sont pardonnés (c’est l’ignorance qui explique les mauvais comportements : Pardonnez-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font),
  • d’autre part, l’Homme est libre de s’ouvrir ou non à cette réalité, donc à la grâce de Dieu : à lui d’accomplir le chemin, à lui de faire l’effort de voir et de cultiver cette grâce.

Quoi qu’il en soit, les conséquences de la grâce sont les suivantes :

  • lucidité,
  • joie,
  • émerveillement,
  • paix,
  • tranquillité d’âme,
  • sérénité,
  • harmonie,
  • désir de rendre grâce (c’est-à-dire de donner en retour la grâce reçue),
  • etc.

La grâce est indissociable de la béatitude au sens de “félicité éternelle” : Dieu se donne, se laisse posséder pour nous donner accès à la vérité et au bonheur.

Au-delà de ces considérations, les questions restent entières : comment être touché par la grâce ? comment reconnaître la grâce et la vivre ?

Entrons dans la définition de la grâce en religion et spiritualité.

La grâce : définition religieuse et spirituelle.

La définition de la grâce pourrait être la suivante : la grâce est le sentiment profond que nous serons sauvés.

C’est aussi le sentiment d’être accepté, aimé de Dieu.

La grâce doit être vue comme un don de Dieu ; malheureusement, ce cadeau n’est pas reçu par tous, car tous n’y croient pas. En effet, l’Amour de Dieu nécessite un saut spirituel pour être perçu et compris : cela nécessite un regard neuf, ouvert, désillusionné et bienveillant sur le monde comme sur soi-même.

Le souvenir du sacrifice de Jésus peut favoriser l’émergence de la grâce : en envoyant son Fils unique sur Terre pour épouser le mal et racheter les péchés, Dieu nous donne l’occasion d’accéder à la vérité (lire aussi notre article sur la kénose).

Comment recevoir et vivre la grâce ?

La grâce est un don gratuit de Dieu, c’est-à-dire qui ne connaît aucune contrepartie. Par conséquent, la grâce ne s’acquiert ni par les pensées, ni par les raisonnements, ni par les actions ou les bonnes œuvres. Elle ne se demande pas, elle ne s’obtient pas par la prière. Elle ne se mérite pas. On ne peut l’exiger ; on ne doit pas non plus l’attendre passivement.

En réalité, la grâce se vit, tout simplement. Elle se dévoile, elle se reconnaît, elle se constate plutôt qu’elle ne se cherche.

On peut considérer que la grâce est présente pour tout le monde, mais de nombreux éléments ou “voiles” nous empêchent de la voir. En effet, nous avons en permanence l’impression d’être la cause de nos propres actions, oubliant le rôle et le pouvoir de Dieu. Nous nous culpabilisons, nous vivons dans le regret, la peur ou le ressentiment. Nous jugeons les autres comme nous-mêmes. Nous nous attachons à nos pensées qui deviennent des certitudes. Bref, nous nous plaçons au centre du monde, qui n’est en fait que “notre” monde.

Cette attitude fait obstacle à la grâce. En cultivant les illusions dues à notre individualité et à notre ego, nous refusons de reconnaître l’omniprésence de Dieu en nous-même comme en toute chose.

Il s’agira donc, pour laisser la grâce apparaître, de nous effacer, de laisser la place à Dieu en nous. Autrement dit, c’est par la déconstruction, le recul et l’acceptation que ce se fait le chemin de la grâce : tel est l’effort à accomplir.

Concrètement, c’est en renonçant à nous-mêmes et en déchirant le voile de notre individualité, en nous livrant à Dieu et au destin que nous pourrons cultiver la grâce.

Autrement dit, la grâce est la conscience de notre juste place dans le monde : nous sommes les enfants de Dieu. Les illusions tombent, la peur disparaît et les faux-espoirs laissent place à l’espérance.

Le chemin de Dieu, la foi.

On l’a compris, la grâce décrit une certaine relation à Dieu. En l’occurrence il s’agit non pas d’une relation à distance, ni d’un pacte d’égal à égal, mais d’une rencontre plus authentique et plus profonde, qui passe aussi par une rencontre avec soi-même.

La reconnaissance de la présence divine en toute chose nous amène à comprendre que tout est en ordre et que nous sommes à notre place. Les choses ne peuvent être que ce qu’elles sont et nous ne pouvons être que ce que nous sommes. A ce titre, la grâce a directement à voir avec la foi, qui peut être définie comme la confiance en la vie.

La foi est le souvenir de Dieu ; c’est aussi le retour à notre authenticité primordiale, à notre véritable nature cosmique. La grâce prend alors la forme d’une réconciliation avec nous-même, avec les autres, avec la Nature et avec Dieu.

La grâce : l’entrée dans le Royaume de Dieu.

La grâce signe notre entrée dans le Royaume de Dieu, espace intérieur de paix, de sérénité et d’immortalité. Cette entrée est rendue possible par l’extinction de nos souffrances et de nos illusions.

Le Royaume de Dieu est directement accessible dans cette vie-ci : Le royaume de Dieu est au-dedans de vous. (Luc 17, 21)

Il peut être décrit comme un paradis sur Terre : un espace de justice, de paix et de joie. Il ne tient qu’à nous d’y entrer, c’est-à-dire d’ouvrir notre coeur pour nous laisser toucher par la grâce.

Conclusion sur la grâce et sa définition.

Au final, la grâce est le constat éclairé que nous faisons partie du projet divin : Dieu est présent en nous.

Dieu et le monde sont Amour : nous nous inscrivons dans cet amour, nous nous ouvrons à lui, nous l’accueillons dans notre vie.

Dieu ne demande qu’à prendre place dans notre coeur : il est déjà là comme un cadeau, sans que nous le sachions. A nous de faire de notre coeur la maison de Dieu, à nous d’accepter sa grâce.

Lire aussi notre article : “Heureux les pauvres en esprit” : interprétation.

Modif. le 29 mai 2021

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :