Press "Enter" to skip to content

Superstition : définition et exemples

5/5 (1)

Qu’est-ce que la superstition ? Qu’est-ce qu’être superstitieux ? Définition et exemples de croyances superstitieuses.

Les événements ont des causes qui ne sont pas toujours connues. Se développent alors des croyances qui offrent des explications irrationnelles ou surnaturelles aux événements et phénomènes.

Entrons dans les détails de ce qu’est la superstition.

Superstition : définition.

Définition : La superstition est le fait d’expliquer certains événements par des causes irrationnelles, souvent fausses ou fantaisistes.

La superstition est souvent qualifiée d’obscurantisme.

La superstition naît de l’ignorance de l’Homme, de son incapacité à trouver les causes rationnelles à ce qui arrive. Elle prospère sur la peur de l’avenir, l’angoisse, la crainte, l’incertitude, le désir et la manipulation. La superstition correspond donc à un certain niveau de conscience de l’humanité, caractérisé par l’ignorance, la méfiance et la survie.

Voir notre article sur les niveaux de conscience.

Le recul de la superstition.

La raison est ce qui fait reculer la superstition : la recherche et la découverte des causes rationnelles détruit les fausses croyances.

D’autre part, la connaissance de soi fait aussi reculer la superstition. Car en prenant conscience des causes qui nous déterminent (génétique, prédispositions, origine, éducation reçue, influences relationnelles, psychologie…), nous n’avons plus besoin de croire en des causes irrationnelles pour expliquer notre destin.

Voir notre article : La connaissance de soi rend libre : schéma.

Croyance en Dieu et superstition. 

La plupart des religions polythéistes sont de nature superstitieuse : les dieux sont censés influencer directement le climat, les comportements, les événements, les catastrophes…

La superstition n’est pas non plus absente des religions monothéistes : la volonté de Dieu est perçue comme la cause directe de certains événements. C’est particulièrement vrai dans l’Ancien Testament : par sa colère ou sa miséricorde, Dieu châtie, pardonne, sauve, etc. Demander les faveurs de Dieu par la prière relève aussi de la superstition.

Pourtant, le culte de Dieu n’est pas incompatible avec le culte de la Raison. Car Dieu peut aussi être vu comme l’Ordre universel, la cause des causes, à l’origine de toute chose.

Percer le mystère divin permettrait donc d’arriver à une connaissance parfaite et rationnelle. C’est cette vision qui conduit certains croyants à considérer la superstition comme un culte idolâtre, un culte des faux dieux. Rappelons que la plupart des philosophes des Lumières croyaient à la fois en la Raison et en Dieu.

Le hasard : une autre forme de superstition ?

La superstition naît de fausses croyances, mais elle peut aussi naître de l’idée d’une absence totale de cause. C’est la croyance dans le hasard.

Pourtant l’existence du hasard n’a jamais pu être démontrée par la science, même en physique quantique. Croire que tout est dû au hasard est donc irrationnel.

A la frontière entre science et superstition.

Certains arts, sciences ou pratiques se situent à la frontière de la superstition, tentant de trouver des explications à des phénomènes impalpables, insaisissables, “surnaturels”, c’est-à-dire touchant aux secrets de la nature.

L’ufologie (étude des ovnis), la graphologie, l’ostéopathie, la naturopathie, le spiritisme ou encore la psychanalyse sont à ce titre considérés comme des quasi-sciences, des pseudo-sciences, ou de l’occultisme.

Exemples de pratiques et croyances superstitieuses.

Voici quelques exemples de superstitions :

  • L’astrologie. Selon Voltaire, “la superstition est à la religion ce que l’astrologie est à l’astronomie : la fille très folle d’une mère très sage.”
  • La divination (prédiction de l’avenir), par exemple la numérologie
  • La magie
  • Les offrandes aux dieux
  • Les croyances populaires, par exemple :
    • Le fer à cheval comme porte-bonheur,
    • Toucher du bois pour contourner le malheur,
    • Voir un chat noir à la tombée de la nuit porterait malheur,
    • De même, passer sous une échelle,
    • Ouvrir un parapluie à l’intérieur,
    • Se lever du pied gauche,
    • Etre 13 à table,
    • etc.

Vous pouvez noter cet article !

Mission News Theme by Compete Themes.
%d blogueurs aiment cette page :