Press "Enter" to skip to content

Dualité et dualisme : définitions, différences

5/5 (1)

Quelle est la différence entre dualité et dualisme ? Comment distinguer dualisme et dualité en philosophie, psychologie, religion et spiritualité ?

Les termes dualité et dualisme sont parfois confondus. Pourtant, ils ne recouvrent pas la même idée, et il est facile de commettre un contresens.

Définitions :

  • La dualité est le caractère de ce qui est composé de deux (ou plusieurs) éléments opposés mais inséparables. Par exemple, on peut dire que la création est duale dans le sens où il n’y a pas de blanc sans noir, pas d’ombre sans lumière, pas de plein sans vide.
  • Le dualisme est l’affirmation que cette dualité recouvre des éléments de nature trop différente pour pouvoir être conciliés (à noter que le contraire du dualisme est le monisme).

Ainsi le dualisme affirme le caractère séparé et irréconciliable des éléments, alors que la dualité sous-entend que les éléments formant le Tout sont interdépendants et inséparables.

Dualité et dualisme : une différence fondamentale.

On l’a compris, dualité et dualisme sont deux manières très différentes d’appréhender la Création.

La dualité est sous-tendue par l’idée d’unité des contraires : toutes les choses découlent d’une seule et même source. Ainsi les éléments ne sont séparés qu’en apparence : la différenciation porte en elle même la réconciliation. La Création est unique et l’Amour réunit toute chose.

Au contraire, le dualisme est l’affirmation qu’il existe deux créations de nature distincte, cette idée étant le plus souvent doublée d’un jugement de valeur (bien / mal). Le dualisme oppose ainsi :

  • l’âme au corps,
  • l’esprit à la matière,
  • le spirituel au charnel,
  • le mental au physique,
  • le monde céleste au monde terrestre,
  • Dieu à satan,
  • etc.

Là où la dualité voit dans ces couples deux facettes d’une même réalité, le dualisme a tendance à dévaloriser et rejeter un élément du couple (corps, matière) pour préférer l’autre (âme, esprit). Ainsi, le dualisme n’accorde de valeur qu’à un “spirituel” entièrement pur, séparé du corps et de la matière.

Au contraire de la dualité, le dualisme implique donc l’existence du mal.

Voir aussi notre article : Unité et dualité.

Le dualisme en philosophie.

L’histoire de la pensée dualiste est très ancienne.

Platon et de nombreux auteurs de la Grèce antique affirmaient le caractère irréconciliable de l’âme et du corps. Selon Platon, l’âme provenait du “ciel des idées”, lieu de raison et de vérité, alors que l’incarnation dans notre corps était la cause de nos illusions, dérives et erreurs. Pour lui, l’intelligence humaine ne provenait pas des caractéristiques de notre corps matériel, mais plutôt d’un “don” céleste. Atteindre le Vrai et le Bien revenait donc à apprendre à mourir.

Descartes soutenait aussi la différence de nature entre l’esprit (substance immatérielle sans lien avec le cerveau) et le corps.

Le dualisme en psychologie.

En psychologie, le dualisme présuppose l’existence de deux entités concurrentes : le corps et l’esprit. Le sujet se voit en effet comme un être prisonnier de son propre corps. Le rapport souvent irréconciliable entre les deux a donné naissance aux théories de la perception, de la conscience et de l’identité.

Le dualisme en religion et en spiritualité : un “manichéisme”.

En religion et spiritualité, le dualisme est une doctrine manichéenne qui affirme l’existence de deux principes éternels concurrents, l’un étant le Bien et l’autre le mal :

  • Dieu serait à l’origine de la création du Bien (l’âme, le monde spirituel, le paradis céleste),
  • un être maléfique serait à l’origine de la création du mal (le corps, la matière) et du monde terrestre dans lequel l’être humain se débattrait.

Ce dualisme manichéen se retrouve dans de nombreux courants tels le catharisme. Les cathares considéraient que le bien était séparé du mal : ils croyaient en l’existence d’un dieu-bon, céleste, et d’un dieu-mauvais régnant sur la Terre. Pour eux, le monde aurait été créé par Satan et ne serait que malheur. Le dieu-bon ne se serait penché sur l’humanité que pour lui envoyer son fils Jésus. Ainsi les cathares rejetaient l’Ancien Testament, œuvre du diable décrivant un dieu méchant, pour ne s’intéresser qu’au Nouveau Testament et à la vie du Christ. Par ailleurs, les cathares haïssaient la Croix, qu’ils considéraient comme le signe du supplice et de la souffrance du Fils de Dieu dans notre horrible monde.

Le catharisme est loin d’être le seul courant du dualisme manichéen. Citons aussi le zoroastrisme, le zervanisme ou encore le gnosticisme.

Remarque : La doctrine chrétienne s’est toujours démarquée du dualisme, allant jusqu’à mener croisade contre les cathares. La Trinité (Père, Fils et Saint-Esprit) affirme en effet l’unité de l’esprit et de la matière symbolisée par le corps de Jésus.

La Bible oppose cependant corps et esprit, royaume terrestre et royaume céleste à de nombreuses reprises, mais il s’agit d’un dualisme relatif. En effet, Satan (Lucifer) a d’abord été créé bon par Dieu mais il s’est corrompu lui-même en s’opposant à son créateur.

Le dépassement du dualisme.

Qu’il s’agisse des sciences, de la psychologie ou de la spiritualité, le dualisme est aujourd’hui largement dépassé. La raison invite à ne pas opposer artificiellement l’esprit et la matière, mais plutôt à chercher le lien entre les deux…

Voir aussi notre article Unité et dualité.

Vous pouvez noter cet article !

Mission News Theme by Compete Themes.
%d blogueurs aiment cette page :