Press "Enter" to skip to content

Résumé du grade d’Illustre Élu des Quinze (10ème degré REAA)

5/5 (2)

Voici un résumé complet du grade d’Illustre Élu des Quinze, 10ème degré du REAA. Cet article vient après le grade de Maître Élu des Neuf (9ème degré).

Le 10ème degré du REAA est conféré par communication.

Ce grade est le deuxième des grades d’Élu, ou grades de vengeance, qui relatent le châtiment des assassins d’Hiram. Mais cette fois-ci, et contrairement au degré précédent, la justice est donnée de manière collective.

Etes-vous Illustre Élu des Quinze ? Mon travail, mon zèle m’ont mérité ce grade.

Voici l’essentiel du grade d’Illustre Élu des Quinze, 10ème degré du Rite Écossais Ancien et Accepté.

L’Illustre Élu des Quinze et les officiers en loge.

Le Président représente le roi Salomon et prend le titre de Très Illustre Maître.

Le Premier Surveillant représente Hiram de Tyr et porte le titre d’Inspecteur.

Le Second Surveillant représente Adoniram et est appelé Introducteur.

Les décors et le tableau de loge au 10ème degré.

La Loge des Illustres Elus des Quinze se tient dans la salle d’audience du roi Salomon et se nomme Chapitre.

Le temple est tendu de noir semé de larmes rouges et blanches. Trois fois cinq étoiles l’éclairent. Trois squelettes représentent les assassins d’Hiram.

Les participants portent un cordon noir où sont brodées les 3 têtes des meurtriers, et au bout duquel pend le bijou : un poignard (manche en or et lame en argent).

Le tablier est blanc bordé de noir ; 3 portes de la ville de Jérusalem sont représentées, sur lesquelles sont exposées les 3 têtes des meurtriers sur des pieux. Les gants sont noirs.

Le tableau de loge représente :

  • les murailles de Jérusalem avec les 3 têtes aux 3 portes,
  • le croissant de Lune et le soleil,
  • un tombeau avec les lettres JHS (Jehova, Hiram, Stolkin) ainsi qu’une branche d’acacia,
  • neuf lumières représentant les Neuf Elus.

La légende du grade.

Six mois se sont écoulés depuis la mort d’Hiram. Salomon apprend que les deux derniers assassins, Sterkin (Jubella) et Oterfut (Jubello), se cachent au pays de Gath. Cette information lui est donnée par Bengabée, son Intendant au pays de Gath.

Salomon choisit 6 Maîtres zélés en complément des 9 qui avaient retrouvé Abiram et confie aux quinze une lettre à remettre à Ma’akah, roi de Gath. Ce dernier ordonne les recherches, et fournit des guides et une escorte aux quinze. C’est un berger qui leur indique la cachette.

Les maîtres Zerbal et Eleham découvrent les meurtriers dans la carrière de Ben Deker et les attachent à l’aide de chaines en forme de règles et d’équerres. Ils sont ramenés à Salomon qui leur fera subir, 15 jours plus tard, un long supplice (liés par le cou, la ceinture et les pieds à un poteau, leurs ventres sont ouverts par le bourreau), avant que leurs têtes ne soient coupées et leurs corps jetés par-dessus les murailles de la ville.

Leurs têtes et celle d’Abiram sont alors fixées sur des pieux et exposées à la vue du peuple et des ouvriers du Temple, pour servir d’exemple. Abiram à la porte d’Orient, Jubello à la porte d’Occident et Jubella à la porte du Midi.

Détails et rappels sur les 3 meurtriers :

  • Sterkin, de son vrai nom Jubella Guibs, avait frappé Hiram à la porte du midi avec une règle de 24 pouces,
  • Oterfut, de son vrai nom Jubello Gravelot, avait frappé Hiram à la porte d’Occident avec une équerre,
  • Abiram, de son vrai nom Jubulum Akyrop, avait achevé Hiram à la porte d’Orient avec un maillet (c’était donc le coup fatal).

La cérémonie de réception de l’Illustre Élu des Quinze.

Le candidat entre en quinze pas en équerre et avance vers l’autel, tenant une tête de mort dans chaque main. Tous les frères présents lèvent leur poignard comme pour le frapper, puis se ravisent et demandent pardon pour le candidat, étant donné qu’il n’est pas coupable.

Le candidat se met à genoux et prête serment.

Le symbolisme du 10ème degré : le chemin de l’être.

Le fait que ce soit un Intendant de Salomon, Bengabée, qui fournit une information décisive sur la cache des deux derniers meurtriers, montre une volonté personnelle de recherche dans les confins de l’être. Ce n’est plus un étranger qui vient guider les justiciers, mais un envoyé royal, comme un ange de paix et de connaissance. Cette présence devient notre conscience éclairée par l’amour pour les autres, et par le devoir de vigilance pour soi-même.

La décapitation des mauvais compagnons symbolise l’extinction de ce qui occupait autrefois notre psychisme, la disparition des voiles.

A ce degré, la justice est rendue de manière collective : l’autosatisfaction du vengeur solitaire cède la place à une action commanditée par deux rois et menée par quinze hommes accompagnés de soldats, de guides et d’escortes. Tous agissent dans un même objectif, en soutien mutuel et en fraternité.

Lire aussi : L’essentiel du degré de Sublime Chevalier Élu (11ème degré du REAA).

Un livre pour votre bibliothèque :

Modif. le 21 septembre 2020

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :