Press "Enter" to skip to content

Les larmes d’argent (4ème degré REAA)

5/5 (1)

Que symbolisent les larmes d’argent au grade de Maître Secret ? Pourquoi ces larmes décorent-elles le temple ? Tentative d’interprétation.

Au 4ème degré du REAA, des larmes d’argent sur fond noir sont représentées sur les écussons qui ornent le temple.

Nous pleurons la mort d’Hiram, ainsi que la perte de la Parole. Nous pleurons en réalité la mort de ce qu’il y avait de plus pur et authentique en nous, disparu à cause de notre ignorance et de nos plus bas instincts.

Nous sommes des êtres imparfaits. Mais les larmes que nous versons nous offrent l’opportunité de puiser dans la matière l’énergie qui nous permettra de nous relever afin d’entamer le chemin du retour vers la Lumière.

Entrons dans le symbolisme des larmes d’argent.

Les larmes d’argent au grade de Maître Secret : interprétation.

La mort d’Hiram est dramatique, mais elle permet une prise de conscience : il existait en nous quelque chose de pur qui a été perdu. Nous nous sommes égarés. Les larmes qui coulent prouvent que nous sommes en train de prendre la mesure de nos défauts et de notre erreur. Notre esprit est en train de s’ouvrir.

Les larmes sont synonymes de tristesse, de regret, mais aussi de repentance et d’espérance. Elles annoncent  notre guérison et notre recentrage futur.

Les larmes : l’eau, le principe féminin, la lune et l’argent.

Les larmes ont une signification alchimique. Elles peuvent évoquer :

  • l’eau, principe féminin, passif, changeant, pouvant être attiré vers le bas ou au contraire s’élever vers le haut sous l’effet des rayons du soleil,
  • la fécondité et la régénération,
  • la lune et ses rayons qui reflètent la lumière solaire. La lune est associée au blanc et à l’argent, lui-même symbole de pureté, de droiture et de fidélité. L’argent est le métal de la nuit et de ses mystères.

La mort d’Hiram masque la Lumière solaire dorée. Les ténèbres se sont réinstallées et il nous faut retourner dans le cabinet de réflexion. Mais les larmes rétablissent, par reflet, un lien indirect avec la Lumière divine : elles font ressortir le souvenir de ce qu’il y avait de pur en nous, et qui constituera la base de notre reconstruction.

Les larmes : une forme de parole retrouvée.

Les larmes expriment d’une certaine manière l’indicible, et à ce titre elles sont une forme de parole. Elles constituent un langage parlé par tous les hommes, un langage universel. Elles traduisent l’état de notre conscience, elles montrent notre capacité à comprendre et à aimer.

Ainsi les larmes nous aident à percer le précieux mystère de l’existence humaine : elles signent la présence du sacré en nous.

Les larmes de la régénération.

Nous l’avons dit, les larmes sont un symbole de purification et de régénération. Elles annoncent un nouveau départ, elles présagent nos victoires futures.

Nos larmes coulent sur le tombeau d’Hiram. Elles s’infiltrent dans la terre comme pour régénérer ce qui a été perdu. L’acacia, symbole de sagesse et de connaissance, arbre de vie et axe du monde, s’en nourrira.

“J’ai vu le tombeau de notre Respectable Maître Hiram et j’ai versé des larmes sur ce tombeau avec mes Frères et le plus puissant des Rois” dit le rituel d’ouverture du 4ème degré du REAA.

Le “plus puissant des Rois” est peut-être notre conscience, qui est en train de se libérer des trois mauvais compagnons. Notre conscience pleure de tristesse, regrettant les errements du passé. Mais elle pleure aussi de joie, sentant le chemin de Lumière se dessiner.

“Heureux ceux qui pleurent”, dit Jésus (Béatitudes, Matthieu 5, 4).

Ainsi la Voie apparaît : il nous faut apprendre à mieux nous connaître, pénétrer l’intimité de notre psychisme, accepter de regarder en face nos mauvais compagnons, c’est-à-dire nos instincts, nos pulsions et nos envies (le “ça” de Freud). Car nous ne sommes pas que “ça”. Il existe en nous un être universel, un “soi” authentique, ouvert, compréhensif, tolérant envers soi-même et envers les autres.

Nous devons donc mourir à nos illusions, faire le deuil de nos ambitions, abandonner nos mensonges à nous-mêmes pour nous laisser pénétrer par l’évidence et accepter le monde tel qu’il est. Alors seulement Hiram revivra en nous.

Lire aussi la planche : J’ai vu le tombeau d’Hiram et j’ai versé des larmes.

Voir aussi la liste des planches au grade de Maître Secret – 4ème degré.

Un livre pour votre bibliothèque :

Modif. le 21 septembre 2020

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :