Press "Enter" to skip to content

Le cabinet de réflexion et son symbolisme maçonnique

5/5 (2)

Le cabinet de réflexion en franc-maçonnerie : symbolisme. Comment interpréter les objets et les inscriptions présentes dans le cabinet de réflexion ? Quelle est la signification de ce lieu ? Voici une planche au 1er degré.

La cabinet de réflexion est le théâtre de l’épreuve de la Terre, première épreuve que le néophyte doit subir avant d’être introduit en loge pour y être initié franc-maçon.

Le cabinet de réflexion est une petite pièce souterraine, faiblement éclairée, dont les murs noirs laissent apparaître entre autres l’inscription VITRIOL en lettres d’argent.

Le cabinet est meublé d’un siège et d’une petite table sur laquelle sont disposés une bougie allumée, un crâne, un miroir, du pain, une cruche d’eau, ainsi que trois récipients contenant soufre, mercure et sel.

Le futur initié passera un long moment dans ce lieu sombre et inhospitalier, au cours du duquel il rédigera son testament philosophique.

Le rituel du 1er degré du REAA (Rite Écossais Ancien et Accepté) énonce :

“Maintenant, vous allez être abandonné à vous-même, dans la solitude, le silence et avec cette faible lumière. Les objets et images qui s’offrent à vos regards ont un sens symbolique et vous inciteront à la méditation. Vous allez rédiger votre testament, en donnant votre réponse écrite aux questions qui sont posées sur la feuille que voici et en formulant à la suite vos dernières volontés.”

Une fois son testament rédigé, le néophyte sera préparé pour être conduit en loge : yeux bandés, une corde au cou (symbolisant l’attachement à la matière), le bras gauche, le sein gauche et le genou droit découverts, le pied gauche en pantoufle.

Cette tenue évoque celle du bagnard à l’approche de son exécution. Cette mort symbolique annonce une transformation, une renaissance rendue possible par l’épreuve elle-même.

Entrons dans le symbolisme du cabinet de réflexion en franc-maçonnerie.

Remarque : le cabinet de réflexion évoque aussi l’allégorie de la caverne de Platon.

Le cabinet de réflexion maçonnique : les objets et leur signification.

Le cabinet de réflexion est avant tout un lieu de réflexion et de méditation. Les différents objets symboliques qui s’y trouvent doivent amener le néophyte à s’interroger sur lui-même et sur la raison de sa présence au monde. Il s’agit d’un véritable questionnement métaphysique.

Au Rite Écossais Ancien et Accepté, le testament consiste à répondre à quatre questions :

  • Quel est votre but en entrant en franc-maçonnerie ?
  • Quels sont les devoirs de l’homme envers l’Humanité et la Patrie ?
  • Quels sont les devoirs de l’homme envers lui-même ?
  • Si vous étiez à l’heure de la mort, quel serait votre testament philosophique ?

D’autre part, les objets présents dans le cabinet de réflexion sont les suivants :

  • objets représentant la nature physique : la cruche d’eau et le pain,
  • objets représentant le temps : le sablier, la faux, le crâne,
  • objets représentant la connaissance de soi : le miroir, le testament à compléter,
  • objets représentant la lumière : la bougie, le coq, ce dernier étant accompagné des mots “Vigilance et Persévérance”,
  • objets de nature alchimique : sel, soufre et mercure.

Tentons d’approcher le symbolisme de ces différents objets.

La cruche d’eau et le pain.

L’eau et le pain constituent la nourriture des ascètes et des prisonniers.

  • Le pain évoque la vie à travers le symbolisme du grain de blé, dont la mort en terre annonce un relèvement futur sous les effets combinés de l’eau, de l’air et du feu solaire. Le pain est aussi le corps du Christ : un corps pur, livré aux hommes mais délivré du mal,
  • L’eau évoque elle-aussi la vie. Elle alchimie, l’eau représente l’âme changeante, tantôt attirée vers le bas (la terre) ou vers le haut (le feu).

Le sablier, la faux et le crâne.

Nous avons ici les symboles du temps qui passe et de la mort physique, invitant à l’humilité mais aussi à la transformation spirituelle.

Ces objets peuvent provoquer l’effroi, ou au contraire le rappel conscient et apaisé de notre condition profonde : nous ne sommes rien.

Paradoxalement, l’acceptation de la mort est ce qui peut nous donner l’immortalité, ce lâcher-prise nous amenant à réaliser que nous sommes toute chose.

Quant au sablier, il évoque un point de correspondance entre le haut et le bas, le terrestre et le céleste, selon la célèbre formule alchimique de la Table d’Emeraude.

Le miroir et le testament philosophique.

Le miroir évoque le rapport à soi-même. Objet ambigu, le miroir peut être source d’illusion (égoïsme, narcissisme) ou au contraire révélation de la vérité. Il invite alors à abandonner ses croyances vaines et à ouvrir les yeux sur le réel.

Le testament philosophique, quant à lui, est une invitation à plonger en soi-même pour y trouver l’essentiel. Il s’agit de faire émerger la partie la plus profonde de son être, la plus universelle aussi.

La bougie et le coq.

Seule source de lumière au sein du cabinet de réflexion, la bougie est l’unique élément auquel le néophyte peut se raccrocher au cours de cette épreuve de la Terre.

Frêle, vacillante, la lueur de la bougie réussit pourtant à percer les ténèbres de l’ignorance. Elle symbolise la vie, l’âme qui s’élève, le feu divin, ou encore la persévérance et l’espérance.

Quant au coq, il annonce par son cri le retour de la grande Lumière, le réveil, l’éveil : l’avènement d’une nouvelle ère.

Les inscriptions sur les murs du cabinet de réflexion.

Des sentences sont inscrites sur les murs du cabinet de réflexion, qui incitent le néophyte à tester sa morale :

  • Si une vaine curiosité t’a conduit ici, va-t-en !
  • Si ton âme a senti l’effroi, ne va pas plus loin.
  • Si tu persévères, tu seras purifié par les éléments, tu sortiras de l’abîme des ténèbres, tu verras la lumière.
  • etc.

C’est aussi et surtout la formule VITRIOL qui attirera l’attention du néophyte. VITRIOL est un acronyme latin qui signifie Visita Interiora Terrae Rectificando Invenies Occultum Lapidem, c’est-à-dire en français : “Visite l’intérieur de la terre et en rectifiant tu trouveras la pierre cachée”.

C’est là encore une invitation à plonger en soi-même pour y trouver la perfection universelle. La “pierre cachée” peut être vue comme une allusion à la pierre philosophale.

Lire notre article complet sur la formule VITRIOL et sa signification.

Le symbolisme du cabinet de réflexion : résumé.

Nous l’avons vu, l’épreuve du cabinet de réflexion invite à une plongée en soi-même. Introspection, descente intérieure, visite du centre de la Terre, exploration de la matière sont autant d’expressions pour décrire un seul et même objectif : la connaissance de soi.

Il s’agira avant tout d’identifier les causes qui nous déterminent, ce qui nous libérera de l’illusion de ce que nous croyons être. Peu à peu, le moi égoïste s’effacera devant le soi universel.

En réalité, la connaissance de soi est un long chemin. Renoncer à nos habitudes sera long et difficile. L’épreuve du cabinet de réflexion n’est rien d’autre que le point d’entrée de cette voie, le début de la démarche de transformation. Le travail ne pourra s’accomplir qu’à grand renfort de patience, de volonté et de persévérance.

Abandonner ce que nous croyons savoir, fuir nos certitudes, oublier nos préjugés, prendre du recul sur nos pensées, arrêter de nous prendre au sérieux, renoncer à nous voir comme le centre du monde : voilà donc le but de la démarche. Il s’agit d’opérer un recentrage qui permettra de retrouver notre vraie place au monde.

On retrouve ici le symbolisme de l’abandon des métaux :

“Il est indispensable que vous vous détachiez de toute illusion trompeuse et, pour vous rendre sensible matériellement à ce qui doit s’accomplir en vous spirituellement, je vous prie de me remettre ce que vous portez sur vous de précieux et, en particulier, tous objets en métal qui symbolisent ce qui brille d’un éclat trompeur.”

Cabinet de réflexion et alchimie.

Le symbolisme du cabinet de réflexion est fortement teinté de tradition alchimique.

Le “Visite l’intérieur de la Terre” peut être vu comme la première étape du processus alchimique : l’Oeuvre au noir, qui consiste à explorer sa propre matière (le corps, la Terre) afin d’opérer une séparation en son sein.

En effet, chez l’être non éveillé, l’âme est prisonnière du corps : c’est l’ego-roi. Il s’agira de briser les chaines de l’âme afin qu’elle puisse s’élever vers le principe supérieur.

En alchimie, le corps représente la matière opaque, agglomérée, amalgamée : c’est l’individu égocentré, illusionné, prisonnier de lui-même sans même qu’il en ait conscience. En effet, à travers l’ego, le corps crée l’illusion de la liberté, empêchant la conscience véritable de se manifester.

L’Oeuvre au noir consiste donc en une dissolution, une putréfaction : le néophyte devra lâcher-prise et abandonner sa propre personnalité (son “corps”) pour accéder à son “or intérieur”.

En alchimie, le corps est associé au plomb et à Saturne : c’est la prison. Mais une prison dans laquelle résident les principes supérieurs qui ne demandent qu’à être révélés : l’âme (humaine) et l’esprit (divin).

Les métaux épais du “moi” devront donc être progressivement affinés, transformés. Il s’agit bien de trouver la perfection en soi : la pierre cachée au sein de la masse informe.

Le cabinet de réflexion évoque aussi l’Athanor alchimique : le lieu fermé de la transformation, le four dans lequel les opérations se déroulent.

Par ailleurs, notons que les principaux symboles hermétiques sont présents au sein du cabinet de réflexion, notamment l’eau, le feu (la bougie), le sel, le soufre et le mercure.

Enfin, le coq peut évoquer le retour de la lumière suite à la funeste épreuve de la Terre : c’est l’annonce de l’oeuvre au blanc alchimique.

Conclusion.

Lieu de recueillement, de tristesse voire de peur, le cabinet de réflexion prépare le néophyte aux épreuves qui vont suivre, marquées par la mort et la renaissance symboliques. Le testament philosophique constitue le témoignage écrit de ce passage vers un nouveau monde, qui se fera non sans danger.

Le cabinet de réflexion est le lieu dans lequel le néophyte va pouvoir abandonner son corps, c’est-à-dire son égoïsme et ses illusions. C’est donc le lieu de la mort physique symbolique (la putréfaction alchimique) mais aussi de renaissance de l’âme. La lumière commence enfin à pénétrer la matière…

Voir aussi nos articles :

Ouvrages pour aller plus loin :

Modif. le 21 septembre 2020

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :