Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

Les métaux : planche maçonnique

5/5 (1)

Les métaux : planche maçonnique au 1er degré. Que symbolisent les métaux ? Comment interpréter l’abandon des métaux ? Pourquoi laisser ses métaux à la porte du Temple ?

C’est au tout début de la cérémonie d’initiation que le Profane entend parler pour la première fois des « métaux ».

L’Expert s’adresse à lui en ces termes :

Monsieur, c’est ici que vous allez subir votre première épreuve, que les Anciens appelaient : « l’épreuve de la Terre ». A cette fin, il est indispensable que vous vous détachiez de toute illusion trompeuse et, pour vous rendre sensible matériellement à ce qui doit s’accomplir en vous spirituellement, je vous prie de me remettre ce que vous portez sur vous de précieux et, en particulier, tous objets en métal qui symbolisent ce qui brille d’un éclat trompeur.

Rituel d’initiation au 1er degré REAA

Le Profane remet donc à l’Expert son portefeuille, sa montre, ses bijoux et tout autre objet précieux. Ainsi, le dépouillement des métaux est un acte concret autant que symbolique.

Par ailleurs, le Vénérable Maître évoque les métaux au moment de l’ouverture des travaux :

Mes Frères ! Nous ne sommes plus dans le monde profane, nous avons laissé nos métaux à la porte de la Loge. Élevons nos cœurs en fraternité et que nos regards se tournent vers la Lumière !

Rituel d’ouverture des travaux 1er degré REAA

Ici, les métaux s’opposent symboliquement à la Lumière : il représentent la matière, le poids, l’opacité, bref tout ce qui est susceptible de faire obstacle à la Lumière, à la clarté de l’esprit, et donc à l’élévation de l’âme.

Bien sûr, les métaux représentent tous les signes extérieurs de richesse (l’argent, les bijoux, les clés), mais symbolisent aussi la position sociale, les distinctions ou les apparences extérieures. Ils véhiculent l’orgueil, la fierté, la compétition, et donc les inégalités. Ils peuvent s’apparenter aux péchés et aux vices que les hommes portent en eux.

Voici une interprétation des métaux en franc-maçonnerie.

Les métaux en franc-maçonnerie : interprétation.

Le dépouillement des métaux est indissociable de l’épreuve de la Terre.

En demandant au Profane de lui remettre ses objets précieux, l’Expert déclenche en réalité la première étape du processus de transformation alchimique, celle de la séparation, encore appelée Oeuvre au noir.

Le dépouillement des métaux.

L’entrée dans le cabinet de réflexion marque la première étape de la transformation de l’individu, qui consiste à séparer l’âme du corps physique afin qu’elle puisse s’élever vers la Connaissance. C’est un moment essentiel de l’Initiation.

En abandonnant ses métaux, le futur franc-maçon rompt symboliquement tout ce qui le reliait à la matière. Il renonce à ses attachements, il met à distance ses passions et ses instincts, qui le poussaient à accumuler, à se protéger, à se méfier, à se crisper, mais aussi à critiquer, juger et rejeter.

Amené à lâcher prise et à s’ouvrir, le Postulant fait sans le savoir un pas important vers une nouvelle manière d’être, qui se situe au-delà des illusions et de la peur.

De même, en alchimie, l’Oeuvre au noir consiste à libérer l’âme (le Mercure) du Corps (Saturne). L’âme peut ainsi se spiritualiser, elle qui était auparavant soumise à la dictature du corps, des émotions et de l’ego. Il s’agit donc d’une véritable émancipation, d’une libération qui permettra d’entrer dans la « vraie vie », et peut-être d’entrevoir la Vérité.

Car les métaux nous maintenaient dans une vision restrictive et auto-centrée des choses : nous ne voyions le monde qu’à travers nos propres intérêts, nos propres certitudes.

Les métaux brillent toujours d’un éclat trompeur, car ils ne brillent que pour nous, pour notre petit monde : ils nous maintiennent dans l’avoir, dans l’erreur, donc dans la souffrance.

A l’inverse, le dépouillement des métaux nous ouvre l’accès à l’universel. L’ego ayant perdu le contrôle, plus rien ne fait obstacle à la conscience ; nous comprenons alors que nous faisons partie du Tout cosmique et que les autres sont nos égaux, nos Frères.

Mais le dépouillement des métaux est loin d’être naturel, ne serait-ce que parce que l’ego n’accepte jamais de mourir. A chaque instant, l’ego met tout en oeuvre pour revenir dans le jeu, usant de tous les stratagèmes, de toutes les ruses.

C’est la raison pour laquelle l’effort de dépouillement doit être sans cesse renouvelé. A chaque ouverture des travaux, le Vénérable Maître nous rappelle à l’abandon des métaux, qui permettra l’épanouissement de la Lumière, autrement dit l’ouverture de notre conscience.

« Laisser les métaux à la porte du temple ».

On l’a compris, notre destin consiste à vivre en permanence avec nos métaux, c’est-à-dire nos passions, nos pulsions et nos attachements.

Malheureusement, il n’est pas possible de nous débarrasser définitivement de nos métaux, pour la simple et bonne raison qu’il font partie de nous : ils nous constituent, ils sont inscrits dans notre corps, dans notre ADN, dans notre psychisme.

Le franc-maçon n’a pas pour ambition de renier ses métaux ; au contraire, il est lucide sur le fait qu’ils sont présents en lui. C’est précisément parce qu’il sait cela qu’il peut avancer sur le chemin de la Connaissance. Identifier ses métaux, c’est-à-dire la part illusionnée de nous-même, c’est déjà laisser passer la Lumière.

Chaque fois qu’il entre en loge, chaque fois qu’il prend du recul sur lui-même, chaque fois qu’il s’interroge et se remet en question, le franc-maçon progresse. Chaque fois qu’il abandonne ses certitudes, il avance. Chaque fois qu’il se déconstruit, il se construit.

Les métaux au sens alchimique.

Nous l’avons dit, les métaux sont en nous : au sens alchimique, ils correspondent au plomb, au Corps et à Saturne.

L’être non éveillé est celui dont l’âme mercurielle est sous la coupe de Saturne. Le principe de l’alchimie spirituelle consiste à libérer le Mercure, à l’affiner, à le fluidifier, à le spiritualiser.

Le processus alchimique dans son ensemble peut être vu comme un ensemble de purifications successives, révélant différents types de métaux qui étaient auparavant enserrés, agglomérés, amalgamés dans le plomb initial.

La distinction des métaux marque les progrès de la conscience humaine.

Dans le vocabulaire alchimique, on parle des 7 métaux ou des 7 planètes comme autant de portes à franchir, de voiles à déchirer, dans le sens d’un dépouillement progressif et d’une purification jusqu’à approcher l’Or solaire, symbole d’un éveil complet.

7 planètes et métaux alchimie

Lire notre article sur le symbolisme des planètes et des métaux en alchimie.

Modif. le 31 mars 2022

Vous pouvez noter cet article !

Cookie Consent with Real Cookie Banner
%d blogueurs aiment cette page :