Press "Enter" to skip to content

Ni nu, ni vêtu : la tenue du récipiendaire

5/5 (1)

Ni nu, ni vêtu : quel est le symbolisme de la tenue du récipiendaire en franc-maçonnerie ? Que signifie-t-elle ? Quelques pistes à travers cette planche au grade d’apprenti.

Avant d’être introduit en loge pour y vivre les différentes épreuves de l’Initiation, le récipiendaire se voit retirer ses métaux et invité à adopter une tenue particulière, à savoir :

  • une corde au cou,
  • les yeux bandés,
  • le bras gauche, le sein gauche et le genou droit découverts,
  • le pied gauche en pantoufle.

Cette tenue peut paraître étonnante, déconcertante, voire gênante. Nous allons voir qu’elle véhicule en réalité un symbolisme très riche.

Dans quel état étiez-vous quand on a procédé à votre Initiation ?
Ni nu, ni vêtu, mais dans un état décent ; privé de l’usage de la vue et dépourvu de tous métaux.

Pourquoi dans cet état ?
Dépouillé d’une partie de mes vêtements, pour rappeler l’état de dénuement de l’homme à sa naissance, et aussi que la vertu n’a pas besoin d’ornements. Le cœur à découvert, en signe de sincérité.
Le genou droit mis à nu, pour marquer les sentiments d’humilité qui doivent présider à la recherche de la Vérité.
Le pied gauche déchaussé, à l’imitation d’une coutume ancienne et par respect pour un Lieu Saint.
Privé de l’usage de la vue, afin d’indiquer l’ignorance du Récipiendaire encore privé de la Lumière que lui apportera l’instruction maçonnique.
Dépourvu de tous métaux, comme preuve de désintéressement et de renonciation à tout ce qui brille d’un éclat trompeur.

Instruction 1er degré REAA

Entrons dans le symbolisme de la tenue du récipiendaire : « ni nu, ni vêtu ».

Ni nu, ni vêtu : la tenue du récipiendaire et son symbolisme.

La tenue du néophyte peut d’abord être interprétée comme une volonté de déconstruire l’homme d’avant : la tenue semble en effet décomposée, déstructurée.

C’est le signe qu’une transformation est en cours : l’ancien état semble en voie de décomposition pour laisser place à une nouvelle manière d’être au monde. Ainsi, les anciens habits représentent l’ancienne existence profane, l’ancien « moi ».

D’autre part, cette tenue fait penser à celle d’un bagnard, ce qui évoque la condition de l’être non-éveillé, esclave de lui-même. Autrement dit, un bagnard se cachait sous les apparences sociales de notre ancienne existence. En déchirant nos vieux habits, nous commençons à déchirer les voiles de nos illusions et à réaliser que jusqu’ici, nous vivions dans l’erreur.

Déchirer nos anciens habits, c’est opérer une séparation en nous : c’est précisément l’objet de l’épreuve de la Terre vécue dans le cabinet de réflexion, première étape de la transformation alchimique, l’Oeuvre au noir.

Il s’agit de lâcher prise, de mourir à nous-mêmes, d’abandonner l’ancienne représentation que nous nous faisions de nous-mêmes. Nous nous séparons de notre « moi », de notre ego, nous expérimentons la mort de notre individualité pour laisser émerger la part universelle de notre être.

Le chemin de l’éveil passe donc par la mort et la renaissance. La mort, symbolisée par la corde au cou, est un passage obligé pour pouvoir renaître. L’Initiation n’est rien d’autre que la mort du bagnard : l’exécution de la part illusionnée de nous-mêmes.

L’humilité.

La tenue du néophyte évoque l’humilité, voire l’humiliation, mais dans le sens positif de retour à la terre (humus), au réel.

Concrètement, nous devenons conscients de nos faiblesses, de nos erreurs, de notre aveuglement. Nous comprenons que nous ne savons rien, et c’est de cette manière que nous pourrons progresser sur nous-mêmes : encore une fois, nous devons nous déconstruire, faire l’effort de nous connaître, de savoir de quoi nous sommes faits.

L’image d’un équilibre à trouver.

Ni nu ni vêtu, la tenue du récipiendaire peut faire penser à celle d’Adam et Eve au moment d’entrer dans le monde physique.

La nudité évoque la pureté et l’authenticité primordiale, lesquelles ont été perdues suite au péché originel. A l’inverse, la vêture évoque l’état de l’Homme pris dans la matérialité, dans la dualité, avec le risque de sombrer dans l’illusion, le mensonge, la vanité et la mort.

Les yeux de l’un et de l’autre s’ouvrirent, ils connurent qu’ils étaient nus, et ayant cousu des feuilles de figuier, ils s’en firent des ceintures.
Genèse 3, 6

Dans ce passage de la Genèse, les feuilles de figuier symbolisent la honte, donc l’ego.

Ainsi, la tenue du néophyte peut symboliser le chemin du retour vers la nudité, vers le paradis perdu. Il s’agira de vaincre l’orgueil, la honte et les jugements, de dépasser les mots, les postures, les apparences, les étiquettes, pour rencontrer la matière universelle dont nous sommes tous faits.

Toutefois, le néophyte n’apparaît pas en loge totalement nu. Il garde une partie de ses vêtements (le rituel dit : « dans un état décent »), sans doute pour rappeler que nous vivons une expérience terrestre, matérielle : nous sommes pris dans la dualité, il est impossible de le nier.

Le coeur (le « sein gauche ») est mis à nu : c’est là l’essentiel. Par ailleurs, le genou droit est découvert : c’est ce genou que le néophyte posera à terre pour être adoubé et pour effectuer son premier travail d’Apprenti.

C’est peut-être le signe que l’être éveillé peut évoluer positivement dans le monde matériel, pour peu qu’il ouvre son coeur, qu’il se soumette à la Loi universelle, et qu’il ne s’arrête jamais de tailler sa pierre, c’est-à-dire de travailler sur lui-même.

Il y a donc un équilibre à trouver entre idéal et réalité. Le ni nu ni vêtu exprime une correspondance entre deux état opposés, un dépassement des contraires, sans doute parce que la Vérité est autant spirituelle que matérielle.

Ni nu, ni vêtu : conclusion sur la tenue du récipiendaire.

Au final, les vêtements représentent les ornements vains et superflus dont il faut savoir se défaire. Les vêtements sont un obstacle à la vertu et à la sagesse. Ils représentent les différences entre les hommes, les inégalités de fortune ou encore le pouvoir de l’ego, alors que la nudité exprime l’égalité et l’universalité.

Sans renier notre nature et notre condition, la tenue du récipiendaire nous invite à découvrir notre coeur, c’est-à-dire nous montrer sincères, francs et aimants. Nous devrons aussi faire preuve d’humilité en mettant le genou droit à terre, signe que nous sommes prêts à nous soumettre à la Loi universelle et à accomplir notre Devoir.

A la fin de la cérémonie, le nouvel initié se verra remettre une nouvelle tenue pour sa nouvelle vie, constituée d’un tablier et de gants blancs, symboles de pureté et de travail.

Voir aussi notre liste de planches au grade d’Apprenti ainsi que le rituel d’initiation au 1er degré REAA.

Modif. le 24 octobre 2021

Vous pouvez noter cet article !

Cookie Consent with Real Cookie Banner
%d blogueurs aiment cette page :