Press "Enter" to skip to content

Tao Te King 55 : “l’énergie vitale”

5/5 (1)

Tao Te King 55 : commentaire et texte du 55ème verset du Livre de la Voie. Comment incarner l’énergie vitale du tao ?

Ce chapitre du Tao Te King appelle à retrouver l’harmonie en soi. Il faut pour cela imiter la spontanéité du nouveau-né, qui laisse agir le tao en lui, sans même en avoir conscience.

Le nouveau-né agit sans intention : il laisse son énergie vitale le contrôler. Tout ce qu’il fait est naturel, authentique. Il ne se projette pas, c’est la raison pour laquelle il n’a pas peur de mourir.

Voici donc Tao Te King 55, texte complet et signification du verset.

Tao Te King 55 : texte.

Entre parenthèses : traduction alternative.

Qui est en harmonie avec le Tao
est comme un nouveau-né.
(qui ne craint ni la piqûre des animaux venimeux, ni les griffes des bêtes féroces, ni les serres des oiseaux de proie.)
Ses os sont souples, ses muscles sont faibles,
mais sa poigne est puissante.
Il ne sait rien de l’union
de l’homme et de la femme,
mais son pénis peut être en érection,
si intense est son énergie vitale.
Il peut crier à tue-tête toute la journée,
mais sa voix n’en devient jamais rauque,
si complète est son harmonie.

Le pouvoir du Maître est ainsi.
(Connaître l’harmonie s’appelle être constant et immuable.)
Il laisse toutes choses aller et venir
sans effort, sans désir.
Il n’attend jamais de résultats ;
ainsi n’est-il jamais déçu.
Parce qu’il n’est jamais déçu,
son esprit ne vieillit jamais.

Tao Te King 55 : “l’énergie vitale”.

Ce verset offre une nouvelle description du non-agir. Le non-agir n’est pas une absence d’action ni une mise en retrait de la société, c’est au contraire une action naturelle et authentique.

Celui qui pratique le non-agir s’est débarrassé de l’illusion qu’il est le maître de son action. Il laisse couler l’énergie vitale en lui, sans orgueil ni ambition. Il fait confiance à l’ordre des choses, ordre dont il fait partie. C’est ainsi qu’il accepte son destin et s’inscrit dans le tao.

Le nouveau-né n’est pas conscient qu’il est mû par l’énergie vitale du tao. C’est la seule chose qui le distingue du sage, qui lui, est en capacité de se regarder agir. Le sage renonce à contrôler les choses. Son esprit se tient en recul, loin de tout regret, ambition ou culpabilisation.

Le sage n’est jamais déçu car il ne s’attache à rien. Il se laisse porter par les forces cosmiques, dont il n’est qu’une émanation. Bien ancré dans le présent, il n’a pas peur de se perdre, il ne craint pas la mort.

Poursuivez la lecture du Tao Te King : 

Les 3 textes du canon taoïste :

  1. Le Tao Te King, de Lao-tseu.
  2. Les Œuvres de Maître Tchouangde Tchouang-tseu.
  3. Le traité du Vide Parfait, de Lie Tseu.

Modif. le 5 septembre 2020

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :