Press "Enter" to skip to content

Tao Te King 41 : le chemin qui avance semble reculer

5/5 (1)

Tao Te King 41 : texte et interprétation du 41ème verset du Livre de la Voie. Pourquoi le tao est-il un chemin qui semble reculer ?

Ce chapitre du Tao Te King est rempli de paradoxes. Il insiste sur le fait que pour vivre conformément au tao (défini comme la vertu et la voie), il ne faut rien désirer, rien espérer, rien attendre.

Devenir un homme vertueux ne consiste pas à agir d’une certaine manière, dans un certain but. En effet, l’intention de devenir vertueux, de bien faire, est contraire à la véritable vertu : en tentant de marcher vers la lumière, on s’en éloigne.

La vertu ne se saisit pas, elle s’incarne. Il s’agit de laisser le tao couler en soi.

Voici donc Tao Te King 41, texte complet et signification.

Tao Te King 41 : texte.

Entre parenthèses : traduction alternative.

Quand un homme supérieur entend parler du Tao,
il commence tout de suite à l’incarner.
Quand un homme ordinaire entend parler du Tao,
il y croit à moitié et en doute à moitié.
Quand un homme sot entend parler du Tao,
il en rit à gorge déployée.
S’il n’en riait pas,
ce ne serait pas le Tao.

Ainsi est-il dit :
le chemin vers la lumière paraît sombre,

(Celui qui a l’intelligence du Tao paraît enveloppé de ténèbres)
le chemin qui avance semble reculer,

(Celui qui est avancé dans le Tao ressemble à un homme arriéré)
le chemin direct semble long,
le vrai pouvoir semble faible,
la vraie pureté semble ternie,
la vraie constance semble changeante,

(L’homme d’un mérite immense paraît frappé d’incapacité)
la vraie clarté semble obscure,
le plus grand art semble naïf,
le plus grand amour semble indifférent,
la plus grande sagesse semble puérile.

Le Tao ne se trouve nulle part,
pourtant il nourrit et complète toutes choses.

(Il sait prêter secours aux êtres et les conduire à la perfection.)

Tao Te King 41 : le chemin qui avance semble reculer.

Ce chapitre évoque le tao en tant que grande loi cosmique et énergétique.

Comme vu dans les chapitres précédents, le tao n’a pas d’essence ni d’intention. Il est vacuité, simple réservoir de potentialité. Son caractère est donc plutôt passif, mais c’est précisément ce qui lui confère sa force.

Le tao est à l’origine de tout ; il coule dans toute chose. C’est la raison pour laquelle il est important de l’incarner au quotidien. Pourtant, le tao ne se recherche pas : il n’est pas un objet qu’on peut maîtriser, il n’est pas non plus un but à atteindre.

Incarner le tao consiste avant tout en un lâcher-prise qui consiste à retrouver en soi son authenticité primordiale. L’individualité, l’ego, l’orgueil, l’ambition, les appétits, les aspirations, les passions doivent être abandonnés, car le tao n’est rien de tout cela.

Ainsi, le sage fuit tout ce qui se dit vrai, beau, grand et pur. Humble et bienveillant, il accepte toute chose, même ce qui est faux, petit, terne et impur. Il se tient en retrait. Par son exemple et son authenticité, il peut aider tous les êtres et aider à leur éveil.

Poursuivez la lecture du Tao Te King : 

Les trois livres du canon taoïste :

Modif. le 3 septembre 2020

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :