Press "Enter" to skip to content

Tao Te King 35 : l’harmonie universelle

5/5 (1)

Tao Te King 35 : texte et interprétation du verset. Comment percevoir l’harmonie universelle ? Comment trouver la paix du coeur ?

Le tao constitue la loi cosmique fondamentale en même temps que la voie de la sérénité.

Se placer sur le chemin du tao, c’est épouser l’ordre des choses, autrement dit aborder la vie comme elle vient ; c’est accepter les événements tels qu’ils se présentent, positifs ou négatifs, heureux ou malheureux.

Ainsi la peur disparaît, les regrets s’estompent, la tristesse recule, la haine s’efface.

Tout devient harmonie : c’est la paix du coeur.

Voici donc Tao Te King 35, texte complet et son analyse.

Tao Te King 35 : texte.

Entre parenthèses : traduction alternative.

Celui qui est centré dans le Tao
peut aller où il le désire, sans danger.

(Et tous les peuples accourent à lui.)
Il perçoit l’harmonie universelle,
même au milieu d’une grande douleur,
car il a trouvé la paix dans son coeur.

Une musique ou le fumet d’un bon plat
peut amener les gens à s’arrêter et à y prendre plaisir.

(La musique et les mets exquis retiennent l’étranger qui passe.)
Mais les mots qui mènent au Tao
semblent monotones et sans saveur.
Quand tu le cherches, il n’y a rien à voir.
Quand tu l’écoutes, il n’y a rien à entendre.
Quand tu l’utilises, il est inépuisable.

Tao Te King 35 : l’harmonie universelle.

La voie du tao est aussi celle de l’équilibre psychique : les émotions positives et négatives s’estompent lorsque l’individu prend conscience du caractère ordonné du monde et harmonieux de la société.

Cette sérénité rappelle en particulier l’ataraxie des stoïciens et des épicuriens, autrement dit la tranquillité d’âme.

Lao-tseu insiste sur le fait que les plaisirs de ce monde sont illusoires et de courte durée : jouir des choses ne peut qu’entraîner envie, souffrance, regret, déception, ennui, frustration ou aversion.

Il en est de même pour les sentiments qui naissent des grands malheurs, tels la maladie ou la mort d’un être cher : il s’agira d’accueillir ces événements comme ils se présentent, afin de dissoudre la tristesse.

Le tao est stable et éternel. Le sage l’épouse. Restant bien ancré au centre, bien au delà du bonheur et du malheur, bien au-delà du bien et du mal, il se laisse porter par son destin.

Poursuivez la lecture du Tao Te King : 

Les trois ouvrages du canon taoïste :

Modif. le 19 novembre 2020

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :