Press "Enter" to skip to content

Pierre brute, cubique, à pointe, plate : comment les interpréter ?

5/5 (1)

Que symbolisent la pierre brute, la pierre cubique, la pierre cubique à pointe et la pierre plate ? Comment interpréter ces symboles en franc-maçonnerie ? Voici une planche au 2ème degré.

La symbolique maçonnique est indissociable des outils et de l’oeuvre des compagnons bâtisseurs. L’édifice se bâtit grâce à des pierres régulières, parfaitement taillées.

Rappelons-le, la démarche maçonnique a pour but la transformation de l’individu. A ce titre :

  • la pierre brute représente l’état de l’initié lors de sa première entrée dans le temple,
  • la pierre cubique représente le résultat du travail de l’apprenti avant son passage au grade de compagnon : il a dégrossi la pierre brute, il s’est affiné lui-même,
  • la pierre cubique à pointe représente le résultat du travail du compagnon avant son passage au grade de maître-maçon. Le maître, quant à lui, n’aura plus à tailler la pierre mais à tracer des plans : l’utilisation de la planche à tracer sera le symbole de son entrée dans un nouveau monde.

Voici une interprétation de la pierre brute, de la pierre cubique et de la pierre cubique à pointe.

Lire aussi nos articles :

Pierre brute, cubique, à pointe : définitions et interprétation.

La pierre brute représente la condition de l’individu avant son entrée en franc-maçonnerie.

Le profane est celui qui n’a pas encore commencé le travail sur lui-même. En effet, il ne se connaît pas lui-même : il ne sait pas ce qui le conditionne. Il n’a pas conscience que ses pensées et ses actes sont déterminés par une multitude de facteurs qu’il ne maîtrise pas : les prédispositions génétiques, l’éducation, la culture, l’héritage familial, les habitudes, les relations, le vécu…

Ainsi, le profane vit dans la prison de l’illusion : il croit être autonome et éclairé. Il croit détenir la vérité et a le sentiment de ne rien devoir aux autres. Il croit être libre alors que sa conscience des choses est très limitée, puisque voilée par son orgueil et son ignorance. Il croit voir la réalité, alors qu’il ne voit le monde qu’à travers ses propres voiles.

En ce sens, “pierre brute” est synonyme de sommeil de la conscience. Mais dans la pierre brute se cache, en puissance, une autre pierre, parfaitement taillée.

L’initié est donc celui qui s’applique à tailler sa pierre, corrigeant ses défauts, abandonnant ses illusions, combattant ses préjugés, remettant en cause ses certitudes. L’apprenti ôte la matière superflue qui empêche la Lumière de passer. Il opère ainsi un recentrage par rapport aux lois de l’univers.

Tailler sa pierre, c’est cultiver ouverture, tolérance et humilité. C’est considérer l’autre comme son égal. C’est tenter de comprendre au lieu de rejeter ou de juger.

L’initié est conscient qu’il ne sait rien de mieux que les autres (tout ce que je sais c’est que je ne sais rien, disait Socrate), et par cette attitude, il approche l’évidence.

La pierre cubique.

La pierre cubique est le résultat du travail de l’apprenti. Pratiquant le silence et l’écoute, l’apprenti a tenté de retirer tout ce qui pouvait faire obstacle à la vérité et à la Lumière. 

Ce travail va continuer au grade de compagnon, afin d’arriver à une pierre parfaitement polie.

Pour parvenir à un résultat satisfaisant, l’apprenti et le compagnon disposent des outils suivants :

  • le maillet (la volonté agissante) et le ciseau (le raisonnement, la méthode, le discernement) permettent de tailler la pierre,
  • la règle permet de vérifier la rectitude des arêtes et la planéité du morceau,
  • l’équerre permet de vérifier la régularité des angles droits,
  • le niveau permet de vérifier la position horizontale de la pierre posée,
  • le fil à plomb permet de superposer convenablement les pierres,
  • le levier permet de retourner les pierres pour les contrôler et les placer.

Lire aussi notre planche sur les outils du compagnon.

La pierre cubique évoque la stabilité, l’achèvement et la perfection. En connexion avec le sol, elle rappelle en outre le symbolisme du carré, et celui du chiffre 8 (les 8 sommets du cube).

Elle rappelle aussi la forme de la Jérusalem céleste, cubique selon le livre de l’Apocalypse.

D’autre part, la pierre cubique est symbole d’union et d’homogénéité : par leur géométrie parfaite, toutes les pierres (tous les hommes) pourront prendre leur place dans l’édifice (la société, le monde, le cosmos).

Au final, la pierre taillée représente la nature profonde de l’être humain. Elle est synonyme d’universalité et d’unité, dans le sens où elle fait ressortir ce qu’il y a de plus universel en chacun de nous, et donc ce qui rend les humains égaux entre eux.

La pierre cubique à pointe.

La pierre cubique à pointe est l’oeuvre finale du compagnon, son “chef d’oeuvre”.

C’est donc une pierre en forme de cube, surmontée d’un pyramidion, lequel peut être vu comme la recherche du lien avec l’au-delà.

Ainsi, la pierre cubique à pointe nourrit un double symbolisme :

  • le cube évoque la perfection terrestre : l’immanence,
  • le pyramidion évoque le lien avec le céleste : la transcendance.

L’union de ces deux principes éclaire sans doute la structuration du cosmos, à l’image des deux triangles inversés du Sceau de Salomon. La pierre cubique à pointe offre aussi l’image du temple achevé : une maison sacrée, connectée au principe supérieur.

D’autre part, la pierre cubique à pointe évoque la Pierre philosophale, symbole alchimique d’un éveil spirituel complet. Contrairement à la croyance populaire, la Pierre philosophale n’est pas une substance hypothétique qui permettrait de transmuer le plomb en or, mais bien l’initié lui-même, transformé après le processus alchimique de l’Oeuvre au noir, au blanc et au rouge.

La Pierre philosophale est donc l’homme en lequel toute chose matérielle a pu être spiritualisée, et toute chose spirituelle a pu être réintégrée au corps. Le corps n’a pas disparu, mais il est désormais l’expression de l’intelligence spirituelle.

Au final, le passage de la pierre brute à la pierre cubique, puis à la pierre cubique à pointe, traduit l’ouverture de la conscience. Ayant réussi à développer un regard lucide sur lui-même, le franc-maçon s’ouvre aussi bien à l’immanence qu’à la transcendance. Il abandonne l’être décentré et illusionné qu’il était, et se laisse désormais traverser par toutes les énergies cosmiques, dont il est lui-même le carrefour vivant.

Qu’est-ce que la pierre plate ?

Reste à évoquer la pierre plate, dont la signification s’écarte un peu des différents types de pierres précédemment évoqués.

La pierre plate est liée au Tronc de la Veuve : elle est la somme des oboles reçues par le Frère Hospitalier.

Pourquoi cette somme d’argent est-elle qualifiée de “plate” ? Sans doute pour symboliser le nécessaire nivellement des frères bien-portants avec ceux qui sont dans le besoin. L’horizontalité est gage d’égalité.

Cette monnaie peut donc être considérée comme noble : elle est l’or de la fraternité.

Mais le caractère plat de cette pierre peut aussi rappeler que la monnaie ne permet jamais de s’élever vers le principe supérieur : on comprend que c’est un effort d’une autre nature qui sera nécessaire.

Voir aussi notre liste de planches pour Compagnons.

Pour aller plus loin :

Modif. le 21 septembre 2020

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :