Press "Enter" to skip to content

Le niveau : planche maçonnique (2ème degré)

5/5 (1)

Le niveau et son symbolisme en franc-maçonnerie : quelle signification ? Comment interpréter le niveau au REAA ?

Le niveau est l’outil qui permet de vérifier l’horizontalité. C’est grâce à lui que l’édifice peut s’élever sur des bases saines.

En franc-maçonnerie, le niveau est parfois appelé libellule (du latin libella : “niveau de maçon”, en référence au vol parfaitement horizontal de la libellule).

Il a la forme d’un triangle dont la base est graduée, et au sommet duquel pend un perpendicule, sorte de petit fil à plomb : lorsque le fil à plomb marque la graduation médiane, cela signifie que la surface est parfaitement horizontale.

Le compagnon découvre véritablement le niveau lors de son troisième voyage initiatique. A cette occasion, le niveau est associé au fil à plomb : nous avons-là deux outils de contrôle qui permettent, l’un de vérifier l’horizontalité, l’autre la verticalité.

Alors que le fil à plomb symbolise la plongée en soi (thème phare du premier degré), le niveau évoque la stabilité et l’équilibre.

A noter que le niveau est aussi le bijou du Premier Surveillant, chargé de l’instruction des compagnons.

Entrons dans le symbolisme du niveau au REAA.

Lire aussi notre article : Les outils du Compagnon : planche au 2ème degré.

Le niveau, outil essentiel du compagnon.

La marche du compagnon consiste à faire un pas de côté : nous passons de la ligne au plan, nous découvrons l’horizontalité. C’est sur ce plan parfaitement stable que nous allons pouvoir commencer à bâtir, c’est-à-dire à assembler les pierres cubiques que nous avons préparées au grade d’apprenti.

Tentons de traduire. L’apprenti a dégrossi la pierre brute : autrement dit, il a plongé dans l’intimité de son psychisme pour y retirer ses illusions, ses préjugés et tous les éléments qui lui donnaient l’impression d’être différent des autres.

La pierre devenue cubique représente notre dimension universelle : nous avons découvert que nous sommes tous la même pierre, que nous avons tous la même valeur. C’est sur cette base que nous allons pouvoir nous unir pour fonder l’édifice humain.

Précisément, le niveau est l’outil qui sonne le début de cette construction.

L’égalité, la fraternité et la Justice.

On l’a compris, le niveau est l’instrument qui met chaque pierre à égalité avec les autres : nous avons découvert que nous sommes faits de la même matière universelle, que nous sommes foncièrement équivalents. Cette prise de conscience ouvre un chemin d’écoute, de dialogue, d’acceptation de l’autre, de tolérance.

C’est ce qui va nous permettre de nous assembler les uns avec les autres : c’est la fraternité, la compassion, la solidarité, l’harmonie sociale.

Chacun trouve sa place dans l’édifice. Chacun est légitime à exister. Chacun a le droit d’être respecté, intégré. Car au final, je suis l’autre. Désormais, je suis en capacité de dépasser mon ego.

Le niveau est donc un instrument d’ouverture horizontale : il parle de notre rapport au monde et aux autres, un rapport fondé sur l’équilibre et la Justice. Il représente la ligne d’égalité entre tous les hommes.

La voie à suivre.

Lorsque le perpendicule du niveau marque l’horizontalité parfaite, c’est que nous sommes sur la bonne voie. Autrement dit, notre rapport aux autres est correct : nous ne nous mettons ni en avant ni en retrait, nous ne nous sentons ni supérieurs ni inférieurs. Nous sommes ouverts et à l’écoute. Notre jugement est éclairé, équilibré comme les deux plateaux de la Justice.

C’est sur cette base que se fonde notre élévation spirituelle. Nous marchons en équilibre, dans le monde et en nous-mêmes, dans la matière et dans l’esprit.

Cette voie juste évoque entre autres le tao du taoïsme (la Voie, la Source, la Grande Mère).

Le niveau : l’angle droit, l’équerre, la croix.

Le niveau est la rencontre de la verticale et de l’horizontale. L’équilibre parfait entre ces deux axes correspond à un angle droit formé par la base du niveau et le perpendicule, ce qui évoque bien sûr l’équerre mais aussi le symbolisme de la croix.

Les deux axes représentent deux plans destinés à se rencontrer, à s’harmoniser :

  • l’axe vertical symbolise le plan intérieur, la connaissance intime, la plongée en soi,
  • l’axe horizontal est le plan extérieur, la connaissance du monde, la découverte des autres.

L’axe vertical peut encore être vu comme la Lumière intérieure (la conscience, l’esprit) alors que l’axe horizontal serait la matière, l’étendue du monde manifesté.

La rencontre de ces deux axes (le point central) symbolise un point de correspondance essentiel, sans doute le lieu de l’ultime vérité : la conscience s’harmonise avec la manifestation, le Ciel rencontre la Terre.

Derrière cela, il y a l’idée qu’on ne peut comprendre les autres si l’on ne s’est pas compris soi-même, de même que l’on ne peut bien se connaître si on ne fait pas l’effort de connaître les autres.

Ainsi, le niveau invite à une réconciliation avec nous-mêmes autant qu’avec les autres.

Le niveau, une image du Grand Architecte de l’Univers ?

Par sa forme, le niveau évoque le delta lumineux, image du Grand Architecte de l’Univers, symbole du plus grand des mystères.

Nous retrouvons là un point de contact décisif : notre conscience fusionne avec la conscience universelle, notre matière fusionne avec toute matière.

Voir aussi notre liste de planches au Second degré.

Pour aller plus loin :

Modif. le 25 septembre 2020

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :