Press "Enter" to skip to content

Le pas de côté du compagnon

5/5 (1)

Le pas de côté du compagnon : quelle signification ? Comment l’interpréter au REAA ? En quoi est-il une ouverture sur le monde ? Voici une planche au 2ème degré.

Immédiatement après son initiation, le nouveau compagnon reçoit son instruction et accomplit la marche de son grade.

La marche du compagnon consiste à effectuer les trois pas de l’apprenti, suivis de deux nouveaux pas : un pas en avant vers la droite (c’est le pas de côté), et un dernier pas qui permet de rejoindre l’alignement initial.

Les deux pas du compagnon forment une équerre, dont la forme évoque aussi le niveau.

Dans l’instruction du rituel du deuxième degré du REAA, on peut lire :

Que signifie la marche du Compagnon ?
Une de ses interprétations est solaire. Elle figure alors la marche du soleil, représenté par le Compagnon, ascendante d’abord par les trois premiers pas de l’Apprenti et descendante ensuite dès le solstice d’été par les deux pas suivants qui caractérisent le deuxième degré.
Ces pas peuvent aussi faire allusion à la montée de l’escalier tournant qui, dans le Temple de Salomon, conduisait à la Chambre du Milieu.
Ils peuvent symboliser aussi l’initiative laissée au Compagnon de s’écarter de la ligne de l’Apprenti pour explorer le monde extérieur, à la condition toutefois qu’il sache revenir à la règle et suivre toujours sa marche vers l’Etoile.

Le pas de côté est une invitation à rencontrer, à agir, à découvrir le monde. Alors que la position de l’apprenti est statique (il est concentré sur la taille de sa propre pierre), le compagnon commence à assembler les pierres taillées : il circule, déplace les pierres, les jointe.

Autrement dit, alors que l’apprenti travaille sur le seul plan intérieur (il descend en lui-même pour ôter tout ce qui fait obstacle à l’expression de son être universel), le compagnon est en mesure de se connecter aux autres et au monde.

C’est le travail de l’apprenti qui a permis cela : nous avons fait voler en éclat nos illusions, nos préjugés et tout ce qui pouvait nous faire croire que nous étions des êtres différents, séparés des autres.

Le pas de côté signifie que nous sommes enfin prêts à nous souder aux autres, afin de bâtir le grand édifice de l’humanité.

Voyons la signification du pas de côté du compagnon au REAA.

Lire aussi notre article : liste de planches au Second degré.

Le pas de côté du compagnon : interprétation.

Nous l’avons vu, le travail du compagnon vient couronner les efforts intimes de l’apprenti, de la même manière que les pas du compagnon succèdent à ceux de l’apprenti.

Le travail se fait maintenant sous la lumière directe du soleil, les ténèbres intérieures ayant été dissoutes.

Le pas de côté nous fait passer de la ligne au plan, de la verticalité à l’horizontalité : nous sommes en train de redécouvrir le monde manifesté et les autres, avec un nouveau regard.

Le vrai travail commence, qui consiste à nous assembler aux autres pierres, dans une harmonie parfaite. Car nous sommes tous devenus la même pierre cubique : voilà peut-être la pierre universelle qui était cachée au fond de nous (voir VITRIOL).

Le pas de côté : un pas vers l’autre.

Ce pas de côté est en fait un pas en direction de l’autre ; il symbolise l’égalité.

Nous cultivons à présent l’écoute, le dialogue et la tolérance. Cela parce que nous avons compris qu’au fond, nous sommes tous les mêmes êtres : nous sommes faits de la même matière physique et spirituelle, contrairement à ce que notre ego tente de nous faire croire.

C’est sur cette base que le compagnon est invité à redécouvrir le monde : les différents voyages initiatiques l’invitent à utiliser ses cinq sens, à admirer la beauté des choses, à élargir ses connaissances et à suivre la voie des grands initiés.

Observer, explorer, connaître, agir : tel est le rôle du franc-maçon au quotidien.

Remarque : le pas de côté évoque aussi le droit du compagnon à visiter les autres loges, ou encore le Tour de France des Compagnons du Devoir.

Retrouver notre vraie place dans le cosmos.

Le pas de côté nous invite aussi à prendre conscience de notre place dans le cosmos tout entier.

Nous ne sommes plus des êtres égoïstes, déconnectés, déracinés. Peu à peu, nous prenons conscience que nous sommes, chacun de nous, le carrefour de toutes les forces de l’univers, le réceptacle de toutes les influences cosmiques. Tous les éléments chimiques et symboliques coulent en nous. Notre personnalité et notre caractère sont le résultat de millions de causes issues de la nuit des temps.

Peu à peu, nous nous laissons traverser par cette évidence : nous sommes tout et rien à la fois.

Retourner à la règle.

Au pas de côté succède un inévitable retour à l’alignement initial. Il s’agira de ne pas se perdre dans notre voyage intérieur et extérieur.

La règle est l’outil qui nous rappelle notre devoir et notre idéal : c’est l’impératif de discipline, de mesure et d’humilité, autrement dit la voie droite dont nous ne devons jamais nous écarter, et qui conduit à la Justice et au bonheur de tous.

A présent, c’est l’étoile flamboyante qui nous guide, expression de la vérité ultime, à la fois immanente (en nous) et transcendante (qui nous dépasse).

Pour aller plus loin :

Modif. le 4 octobre 2020

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :