Press "Enter" to skip to content

La règle à 24 divisions : planche maçonnique

5/5 (1)

La règle à 24 divisions : quel symbolisme en franc-maçonnerie ? Comment interpréter cet outil ? Voici une planche maçonnique sur la règle ou “jauge de 24 pouces”.

La règle à 24 divisions, autrefois appelée jauge à 24 pouces, est un outil essentiel au travail de l’apprenti et du compagnon.

Représentée sur le tableau de loge, la règle constitue avec le maillet et le ciseau l’un des trois outils de l’apprenti. Selon le rituel d’initiation du 1er degré, elle symbolise “la journée du franc-maçon, dont toutes les heures doivent être utilement employées”.

On retrouve la règle lors de l’initiation au 2ème degré, précisément au cours du deuxième voyage du compagnon. Symbole de rectitude, elle est alors associée au levier, qui représente la force qui a besoin d’être contrôlée, canalisée.

Le symbolisme de la règle à 24 divisions est plus riche qu’il n’y paraît. Il éclaire l’esprit du travail maçonnique. Il renseigne sur les valeurs humaines qui doivent nous animer. Il est aussi une invitation à comprendre les lois cosmiques les plus fondamentales.

Outil tirant sa force de sa simplicité, la règle évoque un idéal qui se fonde sur le symbolisme de la ligne droite (lire aussi notre article sur la géométrie).

Entrons dans le symbolisme de la règle à 24 divisions.

Voir aussi notre liste de planches au 1er degré et au 2nd degré.

La règle à 24 divisions et son symbolisme maçonnique.

La règle à 24 divisions peut faire l’objet d’une lecture symbolique à différents niveaux.

Un outil de vérification.

Dans son travail de taille de la pierre brute (c’est-à-dire de découverte de lui-même), le franc-maçon utilise le maillet et le ciseau. Mais il a besoin de la règle pour procéder régulièrement à la vérification de son œuvre.

La règle permet de mesurer, donc de s’assurer que les arêtes sont de longueur égale ; elle permet aussi de vérifier la linéarité des arêtes : elle est donc outil de régularité.

La règle est un outil certes passif puisqu’elle n’agit pas directement sur la matière. Mais elle peut aussi être vue comme un outil de conception, utilisée pour tracer et élaborer les plans : à ce titre, sa valeur est maximale.

La règle à 24 divisions : un outil de connaissance de soi ?

La règle peut aussi être utilisée comme une jauge, destinée à sonder un contenu. Le contenu à sonder, c’est le fond de nous-même, autrement dit les recoins les plus sombres de notre psychisme. Qu’est-ce qui en nous est droit, honnête, impartial et désintéressé ? Quelle est l’origine de nos passions, de nos illusions, de nos préjugés, de nos peurs et de notre aversion ?

La rectitude et la loi morale.

La règle à 24 divisions évoque bien sûr la “règle” au sens de loi morale.

La loi morale, ce sont les règles éthiques que nous nous imposons en toute liberté et en parfaite conscience. C’est le devoir et la discipline que nous nous fixons.

Car le franc-maçon obéit à sa propre loi, reflet de la Grande Loi : paradoxalement, c’est en s’y soumettant qu’il devient libre. Concrètement, il s’oblige au travail, à l’écoute, à la tolérance, à l’ouverture, à la mesure, à la droiture, à l’humilité, à la constance ou encore à la persévérance.

La règle à 24 divisions : l’égalité, la Justice et la fraternité.

La règle trace une ligne qui relie différents points : on peut y voir l’image de l’égalité et du lien fraternel qui unit les hommes entre eux. Les distinctions s’effacent ; c’est ainsi que se révèle ce qu’il y a de plus universel en chacun de nous.

La règle est indissociable de la ligne droite, qui matérialise la rencontre entre deux plans. Nous avons-là un chemin de crête, une ligne d’équilibre qui évoque la Justice et ses deux plateaux.

On peut aussi y avoir la voie droite ou encore le tao du taoïsme. Le tao (la Grande source, la voie) est équilibre, ordre, juste retour des choses. C’est la Justice éternelle en même temps que le chemin du bonheur.

La règle et ses graduations : une image du cosmos.

La règle comporte 24 divisions, rappelant les 24 heures de la journée. De fait, elle réconcilie temps linéaire et temps cyclique. En effet, elle évoque aussi bien la fuite du temps que l’éternel retour : la nuit succède au jour, et le jour à la nuit.

Le temps est indissociable de la matière. Précisément, sur le plan matériel, la règle évoque la dualité puisque la ligne droite naît de l’existence de deux points, et sépare deux plans.

Mais elle est aussi ce qui permet de réconcilier ce qui semble contradictoire : les oppositions ne sont-elles pas nécessaires et fécondes ? En ce sens, la règle rappelle le symbolisme du chiffre 3.

Lire aussi nos articles sur la dualité et la loi des cycles.

Plus généralement, la “règle” est l’expression de la Grande Règle, celle qui régit l’ordre universel. Comprendre cette Règle nécessite de renoncer à une partie de soi-même : celle qui porte l’illusion de la séparation, générant peur et haine.

La règle à 24 divisions permet donc de rester sur la voie juste, sans jamais risquer de s’égarer.

Lire aussi notre analyse du symbolisme de la règle à travers l’expression “de midi à minuit”.

Pour aller plus loin :

Modif. le 29 septembre 2020

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :