Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

Croire en Dieu : qu’est-ce que ça veut dire ?

5/5 (7)

Croire en Dieu : qu’est-ce que ça veut dire ? Faut-il croire en Dieu ? Peut-on croire en Dieu sans religion ? Qu’est-ce que la foi ?

Croire en Dieu, ou croire en l’existence de Dieu implique d’abord de savoir qui est Dieu.

Or il n’y a pas de définition évidente de Dieu. Pour certains, Dieu est le Créateur, l’Être suprême, le Grand horloger ou encore le Grand Architecte de l’Univers. D’autres y verront le Principe unitaire, la Grande Source, le Tao, la Nature, le cosmos ou la Loi universelle.

Dieu peut être envisagé comme un principe extérieur aux choses, ou au contraire présent en toute chose, ou les deux à la fois. Il est parfois abordé comme une personne, ou au contraire comme une énergie diffuse, insaisissable.

Dans tous les cas, Dieu est inconnu et inconnaissable : il est un concept qui dépasse l’entendement humain. Difficile dans ces conditions de savoir s’il faut croire en Dieu ou non…

Certaines personnes croient spontanément en Dieu : elles ont la foi, autrement dit la conviction profonde et intuitive que Dieu existe. D’autres ont besoin de preuves et font appel au raisonnement, qu’il soit scientifique ou philosophique.

Tentons de comprendre qui peut être Dieu et ce que signifie « croire en Dieu ».

Lire aussi notre article : Quel est le sens de la vie ?

Croire en Dieu : qu’est-ce que ça veut dire ?

S’interroger sur Dieu et son existence, c’est se confronter à sa propre vision du monde :

  • celui qui pense que le monde est le fruit du hasard ne lui trouvera aucun sens : dans ce cas, tout n’est que chaos ; le monde n’a été créé par personne et Dieu n’existe pas,
  • au contraire, celui qui perçoit un certain ordre dans l’organisation de l’univers est naturellement conduit à se poser la question de savoir ce qui sous-tend la mécanique cosmique. Car dans ce cas, il faut bien reconnaître que chaque chose, chaque phénomène obéit à un principe unique, en cohérence et en harmonie avec tout le reste.

Croire en Dieu, c’est donc constater qu’il y a un ordre cosmique, des lois physiques et universelles incontestables, et donc un principe commun à toutes les choses. C’est penser que tout fait sens, que tout concourt au grand dessein universel, que tout est parfait et conforme à ce qui doit être.

Or les preuves de l’existence d’un ordre cosmique sont nombreuses. Tous les phénomènes physiques, biologiques ou sociaux sont en effet le fruit d’un enchainement causal et de lois implacables. Qu’il s’agisse de la naissance des astres, du mouvement des planètes, de l’évolution des espèces ou du devenir des sociétés, tout peut s’expliquer de manière rationnelle.

Le phénomène de la vie est une illustration de l’ordre qui anime la matière : la vie naît, croit et s’adapte, décomposant et recomposant sans cesse la matière dans une logique de progrès et de transmission.

Croire en Dieu, c’est donc reconnaître que le hasard et le chaos n’existent pas, que tout est conforme à une intention première, un Principe unique et unitaire inscrit dans toute chose, tout être, tout phénomène. Croire en Dieu est donc tout à fait sensé et rationnel.

Pourtant, nous avons tendance à voir le désordre partout : rien ne va comme nous voudrions, le conflit est permanent, le mal paraît dominer, tout semble voué à disparaître ou à se décomposer.

Notre individualité, principal obstacle à Dieu.

Au quotidien, nous éprouvons les plus grandes difficultés à percevoir l’ordre cosmique, ordre dans lequel nous sommes pourtant pris. Nos instincts, sentiments et passions (regrets, peurs, attentes, attachements, espoirs…) nous maintiennent dans l’illusion que les choses devraient être autrement, et que nous avons un pouvoir sur elles. C’est ainsi que nous nions Dieu ou que nous prenons sa place.

Notre animalité et individualité nous éloignent de Dieu : à chaque instant, nous tentons de maîtriser notre environnement, pensant agir par nous-même. Nous nous voyons comme des êtres autonomes, séparés des autres et du monde, luttant contre les menaces extérieures, faisant le tri entre ce qui nous semble « bon » et « mauvais ». Nous nous croyons libres et pensons avoir raison.

Nous oublions que nous sommes dépendants de la Nature et du cosmos tout entier, de la lumière du Soleil, de la Lune et des nuages, de la pluie et des minéraux, des autres êtres vivants, de nos ancêtres, de nos amis et de nos ennemis.

Nous oublions que nous sommes dépendants de l’oxygène produit par les plantes, ou encore des milliards de micro-organismes présents dans notre estomac. De même, nous oublions que nos pensées et nos comportements sont le résultat, non pas de notre volonté, mais d’un nombre infini d’influences touchant à notre histoire personnelle, à notre éducation, à notre culture, à nos gènes ou à notre psychologie. Nous oublions ainsi que nous sommes liés à tout ; nous ne voyons plus la place que nous occupons dans le grand maillage cosmique.

Croire en Dieu implique d’abord de reconnaître toute chose comme étant constitutive de nous-même. Une attitude qui conduit naturellement à aimer tout être vivant, et à accepter la trajectoire de notre destin.

Croire en Dieu, c’est donc dépasser son individualité. C’est s’effacer devant la grande réalité et se fondre dans le grand Tout pour enfin retrouver notre vraie place dans l’univers. C’est déchirer l’illusion de la séparation pour nous relier à l’univers tout entier.

En réalité, croire en Dieu est un chemin, un chemin difficile car il va à l’encontre de nos perceptions spontanées. Croire en Dieu implique donc de briser nos illusions.

Dieu, sa définition et ses caractéristiques.

On l’a compris, cet article aborde Dieu, non pas comme un personnage extérieur au monde, ni comme un dogme lié à une religion en particulier, mais comme le Tout cosmique.

Ce Tout ordonné et cohérent contient en lui-même l’intention et la manifestation, le Créateur et la création, le début et l’éternité. Parfait et absolu, ce Tout englobe toute chose et son contraire, transformant les différences en complémentarités.

Dieu est alors moins une croyance qu’une évidence pour qui sait voir la réalité. Dieu est présent partout et en tout : s’il en allait autrement, nous ne serions pas là pour en parler.

Il en résulte que l’on peut croire en Dieu sans être adepte d’une religion, sans pratiquer ni même avoir la foi. Croire en Dieu, c’est simplement ouvrir les yeux, libérer son intuition et faire appel à la raison pour accéder à l’évidence que nous faisons partie d’un seul corps cosmique : le corps divin.

On l’a compris, nos outils perceptifs connectés à notre intelligence animale ne nous permettent pas de voir Dieu. Autrement dit, Dieu appartient au monde de l’Esprit : notre âme doit se libérer de ses schémas de pensée habituels pour s’ouvrir à une nouvelle réalité.

Tel est donc le chemin spirituel à emprunter : un chemin de dépouillement, de désillusionnement et d’abandon de ce que nous croyions savoir, de ce qui nous paraissait faussement évident.

Au final, Dieu est la voie de la conscience humaine qui s’ouvre au Tout unitaire. Croire en Dieu, ce n’est pas obéir aveuglément à un dogme, ni écouter une voix inconnue qu’on appellerait « foi ». C’est se placer face à soi-même et mesurer sa propre capacité à accéder au territoire caché qui s’étend au-delà de notre individualité. Ce territoire est fait d’acceptation, de paix, de joie, de sérénité et de communion.

Lire aussi notre article : Quels sont les grands secrets spirituels ?

Modif. le 24 avril 2022

Vous pouvez noter cet article !

Cookie Consent with Real Cookie Banner
%d blogueurs aiment cette page :