Press "Enter" to skip to content

La raison en philosophie : définition

5/5 (3)

La raison en philosophie : définition. Comment aborder la raison ? Quels sont les principes de la raison ? Comment atteindre la vérité ?

La raison (du latin ratio : « mesure », « calcul ») peut se définir comme un mode de pensée qui consiste à ordonner la pensée, à connaître les objets et à tenter d’approcher la vérité.

Qu’elle soit théorique ou empirique, la raison est liée à la logique et à la rationalité. C’est une forme d’intelligence conceptuelle qui peut être reliée à différents types de raisonnements : inductif, déductif, analogique, critique ou encore dialectique.

Intimement liée à la conscience, la raison diffère de l’intuition en ce sens qu’elle est plus réfléchie, plus construite, plus scientifique, plus réflexive, moins spontanée.

La raison s’oppose aux sentiments, aux passions, aux instincts, aux pulsions et aux préjugés : elle tente de s’extraire du piège des apparences du monde sensible. La raison peut donc être vue comme un idéal qui se confond avec le monde des « idées pures » tel que le décrit Platon (cf. l’Allégorie de la Caverne) : un monde qui ne peut être atteint qu’en renonçant aux fausses évidences.

A ce titre, la raison implique un dépassement de soi : il faudra se remettre en cause, mais aussi mieux se connaître et se maîtriser pour espérer accéder à la « connaissance ».

Remarques :

  • durant la Révolution française, le Culte de la Raison était une religion civique à la gloire des idées des Lumières et pônant la liberté, l’égalité et la pratique de la philosophie,
  • la raison peut être symbolisée par le glaive (le discernement, la Justice), la lumière, le delta lumineux, le troisième œil (divin), le cercle ou encore la sphère.

Entrons dans la définition de la raison en philosophie.

La raison en philosophie : définition.

La raison s’attache à la connaissance de ce qui est et à la connaissance des causes de ce qui est.

La raison est une faculté de l’esprit humain… pourtant notre individualité constitue en elle-même un obstacle à la raison, ce qui semble paradoxal.

En réalité, la part raisonnable de nous-mêmes est constamment en lutte contre notre ego, expression de notre animalité. Préférant le confort de nos habitudes et de nos certitudes, nous tentons de donner une apparence raisonnable à nos discours alors même qu’ils ne sont l’expression que de nos intérêts particuliers, bien loin de la raison universelle.

Pour s’imposer, la raison ne pourra donc faire l’économie de la connaissance de soi : il faudra savoir distinguer ce qui, en nous, relève du mensonge et de la vérité, du limité et de l’illimité, du relatif et de l’absolu. Il s’agira avant tout de ne pas être dupe de nos propres pensées, de notre propre fonctionnement.

Lire aussi : Connais-toi toi-même (analyse, explication).

La raison selon les grands philosophes.

Pour Descartes (Le Discours de la méthode), fondateur du rationalisme moderne, la raison est la faculté de discerner : c’est la puissance de bien juger, de distinguer entre le vrai et le faux. La raison se nourrit de la logique, mais pas uniquement : elle fait appel au bon sens que chacun possède au fond de lui. Descartes décrit le chemin droit qui mène la raison, à savoir la méthode cartésienne qui permettra de dépasser toutes les opinions particulières.

Spinoza (L’Ethique) s’intéresse aux causes du conflit entre raison et passions. L’Homme se laisse influencer par ce qui lui est extérieur : il est passif et ignorant, incapable de raisonner par lui-même et donc d’être vraiment. Mais il a cette capacité à développer une connaissance adéquate du monde à partir de son expérience limitée : à lui de la cultiver pour approcher Dieu.

Kant (Critique de la raison pure) analyse les caractéristiques, l’étendue et les limites de la raison. Il s’interroge sur notre capacité à connaître et à raisonner. Selon Kant, c’est par la bonne volonté et la fidélité au devoir que l’on peut approcher la vérité. Par ailleurs, Kant définit l’entendement comme la capacité à faire le lien entre les concepts et l’expérience, condition de possibilité d’une connaissance objective.

La raison : construction ou déconstruction ?

La raison est souvent vue comme une construction logique, une argumentation qui fait sens : c’est la raison discursive, qui démontre et qui calcule.

Mais la raison peut aussi être abordée comme une déconstruction : un démontage systématique des raisonnements et des jugements, notamment ceux qui se présentent comme définitifs, notamment ceux qui viennent de soi-même. Il s’agit alors d’identifier et de retirer un à un les filtres et les voiles qui travestissent la vérité : une démarche qui passe par l’effacement de soi pour tenter de laisser place à l’évidence, pour tenter de comprendre et accepter ce qui est.

Plus qu’avec le scepticisme, la raison se confond alors avec la sagesse.

Conclusion sur la raison.

La raison est un domaine à conquérir, un territoire lumineux dont l’entrée est masquée par notre individualité et tout ce qui l’accompagne : égocentrisme, habitudes, intérêts, peur, haine, envie, orgueil, fanatisme, ambition…

Nos passions et nos pulsions nous barrent le domaine de la raison : seul l’effort de connaissance de soi permettra de vaincre ces obstacles.

Autrement dit, le chemin de la raison est donc celui qui consiste à déconstruire nos pensées, à abandonner nos certitudes, à renoncer à ce qui semble évident.

Ainsi, la raison se nourrit autant de doute que d’acceptation, autant de méfiance que de tolérance, envers soi-même comme envers les autres. La raison interroge plutôt qu’elle n’affirme, elle est un discours ouvert, jamais achevé, une plongée toujours renouvelée dans la matière, à la recherche de sa perfection invisible et pourtant bien présente.

Enfin, la question de la raison interroge le passage de l’individualité à l’universalité : comment peut-on, à partir de notre expérience d’être humain, atteindre ce qui nous dépasse ? Pouvons-nous passer d’un état partiel à un état universel, c’est-à-dire totalement lucide ?

Quoi qu’il en soit, la raison est une promesse de liberté, au prix sans doute de notre individualité. Elle constitue en elle-même une véritable quête.

Citations sur la raison en philosophie.

Voici quelques citations sur la raison en philosophie.

La raison est immortelle, tout le reste est mortel.
Pythagore

La raison est douce, elle est humaine, elle inspire l’indulgence, elle étouffe la discorde, elle affermit la vertu, elle rend aimable l’obéissance aux lois.
Voltaire

La raison, le jugement, viennent lentement, les préjugés accourent en foule.
Jean-Jacques Rousseau

Deux excès : exclure la raison, n’admettre que la raison.
Blaise Pascal

J’appelle raisonnable celui qui accorde sa raison particulière avec la raison universelle, de manière à n’être jamais trop surpris de ce qui arrive et à s’y accommoder tant bien que mal.
Anatole France

Les hommes sont toujours contre la raison quand la raison est contre eux.
Helvétius

La raison se perd par le raisonnement.
Antonio Porchia

Esprit ? Raison qui finement s’exprime.
Marie-Joseph Chénier

Les passions ont appris aux hommes la raison.
Vauvenargues

La raison est un glaive double et dangereux.
Montaigne

Il n’est pire intolérance que celle de la raison.
Miguel de Unamuno

Si la raison dominait sur la terre, il ne s’y passerait rien.
Bernard Le Bovier de Fontenelle

Le véritable courage est dirigé par la raison.
Proverbe chinois

Lire aussi notre article sur la vérité.

Modif. le 23 octobre 2021

Vous pouvez noter cet article !

Cookie Consent with Real Cookie Banner
%d bloggers like this: