Press "Enter" to skip to content

Le symbolisme de la sphère (ésotérisme)

5/5 (1)

Le symbolisme de la sphère : signification. Comment interpréter la sphère sur le plan spirituel et ésotérique ? Quel sens caché ?

Forme géométrique la plus globalisante et la moins différenciée, image la plus évidente du cosmos, la sphère possède un symbolisme ésotérique particulièrement riche.

Le sphère est à mettre en relation :

  • avec le cercle (symbole du divin, du céleste). La sphère exprime mieux encore que le cercle l’unité, l’harmonie, l’infini et le domaine de l’esprit,
  • avec le cube (symbole de la perfection du monde manifesté). La sphère est moins concrète mais plus “dynamique” que le cube.

Appartenant au domaine de l’abstrait, la sphère précède le cube. Elle forme un espace neutre, indifférencié, qui contient toutes les potentialités : elle englobe toutes les autres formes ou figures géométriques.

La sphère est aussi le symbole de l’unité cosmique. Figure sacrée, elle est le reflet du Principe dans son intention créatrice, alors que le cube évoque la réalisation concrète.

Entrons dans le symbolisme de la sphère.

Lire aussi notre article sur la géométrie.

Le symbolisme de la sphère : signification et interprétation.

La sphère est d’abord l’expression du mouvement, par opposition à la stabilité du cube. Elle évoque la rotation, le changement, les cycles, ou encore les énergies qui s’entremêlent (cf. la représentation du taijitu, symbole du yin et du yang).

Mais la sphère paraît instable : rien ne semble pouvoir arrêter son mouvement.

La sphère et son centre.

Comme le tao du taoïsme, la sphère est femelle : féconde, elle donne naissance à toute chose concrète. Elle évoque le ventre maternel, l’œuf, l’embryon, la cellule, le fruit, autant d’éléments qui symbolisent la vie qui ne demande qu’à éclore et à s’épanouir.

A ce titre, la sphère est indissociable de la genèse du monde. Elle est l’œuf cosmique qui porte en lui le potentiel de différenciation.

Dans la droite ligne de cette analyse, la sphère peut être vue comme l’intermédiaire entre le point (le centre) et le cube :

  • le point est la source cachée, sans épaisseur, inexistante, invisible, autrement dit le mystère divin ineffable. Ce peut être l’impulsion initiale (cf la Sephira Keter de l’arbre de vie séphirotique),
  • la sphère est la puissance d’Amour issue du point central, autrement dit une énergie spirituelle brute et non-structurée (cf la Sephira Chochmah de l’arbre de vie séphirotique),
  • le cube est la parole différenciée (le logos). Il évoque la cristallisation, la structure, la forme (cf la Sephira Binah de l’arbre de vie séphirotique).

Ainsi, la sphère est l’intermédiaire (ou le lien) entre l’infini et le fini, le non-être et l’être.

Le déploiement de la sphère évoque une naissance (ici synonyme de vie et de conscience) : celle du cosmos en tant qu’espace unitaire et ordonné.

La sphère peut encore être vue comme une image de Dieu en tant qu’être créateur, reliant ainsi matière et esprit.

La sphère et le symbolisme de l’Amour.

La sphère porte en elle-même tous les objets et toutes les formes sans distinction ni jugement : elle est Amour. Globalisante, elle accueille toute chose en son sein.

De son centre originel rayonne la diversité unie dans l’unité. La sphère nous rappelle que chaque chose (chaque être) est issu de la même racine et s’épanouit dans le même environnement. Nous sommes une part de la chose universelle : toute idée de séparation est mensonge.

Dit autrement, l’espace sphérique symbolise la reconnaissance de la solidarité de toute chose (cf la sympatheia des stoïciens), et de la présence du Principe créateur en toute chose.

La sphère, l’atome et les astres.

La sphère apparaît dans nombre de cosmogonies antiques (Grèce notamment) ou plus tardives (Islam). Selon ces différentes approches, l’univers serait composé de plusieurs sphères concentriques.

Pour Aristote, le cosmos est une sphère composée d’éther ou quintessence :

quintessence cinquième élément aristote

La quintessence, matière cosmique intangible, incorruptible, constituerait le ciment de l’univers. Pour Pythagore, son statut serait supérieur à celui des autres éléments.

Le symbolisme de la sphère est indissociable de celui de l’atome et des astres :

  • la représentation du globe terrestre nous permet de prendre conscience de l’unité de notre monde,
  • les atomes peuvent être vus comme un mini-univers, leurs électrons tournant autour du noyau central. Ainsi, l’infiniment petit rejoindrait l’infiniment grand, le microcosme serait une image du macrocosme.

La sphère chez l’homme.

Chez l’homme, la sphère évoque la tête (le cerveau, l’esprit), qui est d’une part en contact avec le Ciel, et d’autre part en contact avec la Terre (ou le corps) : c’est donc un lieu intermédiaire.

Par ailleurs, la sphère évoque l’œil en tant que symbole de la connaissance, de la conscience et de la spiritualité. C’est le troisième œil, ou encore l’œil qui voit tout.

La sphère et son symbolisme : la beauté.

La sphère est le symbole le plus abouti de la beauté, de la perfection et de l’harmonie, des valeurs qui évoquent la vie dans ce qu’elle a de plus noble.

Sa beauté vient du fait que tous les points qui composent sa surface sont équidistants du centre. Elle comporte en elle une infinité d’axes de symétrie : ici, la symétrie ne sépare pas mais réunit.

Enfin, la sphère évoque la perle, emblème de la femme, de la beauté et de l’amour.

Les sphères séphirotiques.

L’arbre de vie séphirotique est composé de 10 sphères qui décrivent chacune un aspect de la réalité.

Chaque sphère est vue comme une puissance créatrice, un niveau de la manifestation divine, ou un attribut de Dieu. A chaque sphère correspond un “monde” cohérent.

Le symbolisme de la sphère en franc-maçonnerie.

On retrouve en franc-maçonnerie le caractère “double” ou intermédiaire de la sphère, du fait qu’elle relève à la fois de la géométrie et de l’astronomie.

Au grade de compagnon, les colonnes représentées sur le tableau de loge sont surmontées de deux sphères, l’une terrestre et l’autre céleste (représentation du ciel étoilé et du zodiaque).

La sphère est donc représentation de la Terre autant que du Ciel. La correspondance des deux sphères évoque l’équivalence entre le macrocosme et le microcosme.

Remarque : en alchimie, la théorie des Sept planètes ou Sept sphères décrit le cheminement personnel à accomplir pour atteindre la pureté de l’être, autrement dit l’éveil spirituel. A chaque sphère correspond une planète, un métal et un trait de caractère.

Pour aller plus loin :

  • Dictionnaire des symbolesde Gheerbrant et Chevalier. Avec ses 1600 articles, cet ouvrage est une référence dans l’étude des symboles.

Modif. le 12 octobre 2020

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :