Press "Enter" to skip to content

Le symbolisme du sang

5/5 (1)

Le symbolisme du sang : quelle signification spirituelle et ésotérique ? Comment interpréter le sang ? Quel sens caché ?

Symbole ambivalent, le sang fascine, repousse ou terrorise. Il représente aussi bien la vie que la mort, le sacré que l’impur.

Lorsqu’il est répandu, il traduit la perte de la force vitale et le refroidissement du corps. Coagulé et foncé, il a une connotation négative. Fluide et clair, il est au contraire faste et positif.

Parfois, le sang versé est synonyme de fertilité et d’abondance : il est alors associé au sacrifice.

Presque toujours rouge, le sang est toutefois vert chez certains animaux. C’est aussi le cas, selon la croyance populaire, chez les dragons et les reptiliens.

Le sang peut être associé :

  • à la passion et à la colère (“avoir un coup de sang”, “avoir le sang chaud”),
  • à la violence, au crime, à la vengeance,
  • à la famille (les liens du sang),
  • à la fraternité,
  • à la communion,
  • au serment (le “serment du sang”),
  • au mariage (les sangs mêlés),
  • à la naissance,
  • à la perte,
  • ou encore à l’impureté (par exemple les règles féminines).

Entrons dans le symbolisme du sang et tentons de percer sa signification spirituelle et ésotérique.

Lire aussi nos articles :

Le symbolisme du sang : interprétation.

Dans son aspect noble, le sang peut être assimilé au feu, à la chaleur, à la vie et au soleil. Il a une valeur spirituelle élevée car il traduit la présence du Principe supérieur en nous. Ce Principe, associé à l’eau (la vie, la spontanéité, les cycles ou encore l’âme), résume notre condition d’être à la fois spirituel et terrestre.

Le sang, symbole de la vie.

Le sang est la “sève de la vie”, ou encore le “véhicule de la vie” :

  • il circule, irrigue les organes du corps,
  • il transmet la chose mystérieuse de génération en génération,
  • il est parfois vu comme le divin qui coule en l’homme.

Transmetteur, voire générateur, le sang est bien sûr associé au coeur. Ce dernier est le centre, le tao, la grande source, l’axe du monde. Le coeur, souvenir de la racine commune de toute chose, diffuse le fluide universel dans le corps : il est le point de contact entre la matière et l’esprit, entre l’homme et Dieu.

Le symbolisme du sang : le sacrifice.

De nombreuses civilisations anciennes pratiquaient le sacrifice d’animaux (voire d’humains) afin d’obtenir les faveurs des dieux. Dans certaines cultures, le sang contient un pouvoir surnaturel qu’il convient de libérer et dont il faut se nourrir.

Dans la mythologie, le Dieu iranien Mithra reçoit l’ordre du Dieu Soleil de sacrifier un taureau, dont le sang versé régénère la nature et la féconde : par ce geste, il fait triompher la lumière et le bien.

Ainsi, l’effusion du sang sacrificiel est toujours synonyme de fertilité, de renouveau et de bonheur.

Le sang et la vie éternelle.

Le sang est aussi celui de la vie éternelle, dont l’entrée est donnée par le sacrifice de soi-même.

C’est le sang du Christ, versé par Amour, ou le sang des martyrs qui permet d’accéder au Royaume de Dieu.

A noter que Jésus est l’agneau de Dieu : croire en lui vaut tous les sacrifices.

Renoncer à soi-même, c’est accepter de servir et de verser son sang pour les autres, par Amour. C’est abandonner son orgueil et son ego pour reprendre sa vraie place dans la société et dans le Tout. C’est renoncer à l’illusion de la séparation pour se souvenir que nous sommes l’autre.

Ainsi, la peur de la mort disparaît. La colère et la haine s’estompent, car tout peut être compris et accepté. Un espace de paix et de sérénité s’ouvre : c’est le nirvana, le Royaume, la vie éternelle.

Le sang et la lune rouge.

Le symbolisme du sang est aussi lié à la lune.

La lune rouge ou lune de sang désigne le cercle cuivré qui entoure la lune lors d’une éclipse de lune.

La lune de sang comporte une dimension spirituelle et prophétique importante. Elle faisait l’objet de diverses interprétations par les mages, prêtres et sorciers de l’Antiquité et du Moyen-Age, qui y voyaient une opportunité de communiquer avec l’au-delà.

La lune de sang peut aussi évoquer la bataille entre le jour et la nuit, la fin du monde ou encore l’apocalypse.

Le symbolisme du sang : le Graal.

Le Graal est, selon la légende, la coupe qui aurait servi à recueillir le sang du Christ. Il s’agit, selon les auteurs du Moyen-Age, du calice que Jésus aurait utilisé pour la Cène.

Le Graal évoque donc le sang de l’Eucharistie : Buvez-en tous, car ceci est mon sang, le sang de l’Alliance, versé pour la multitude en rémission des péchés. (Matthieu 26, 27-28)

Ainsi, posséder le Graal, c’est maintenir vivant le souvenir du sacrifice de Jésus. Boire à la coupe, c’est fusionner avec le Christ et devenir, comme lui, immortel.

Mais le Graal est perdu. Tenter de le retrouver passe par une quête personnelle : un chemin qui consiste à plonger au plus profond de soi-même pour accéder peut-être un jour à la vérité.

Remarque : le symbolisme du Graal est à associer à celui de la Sainte lance, ou encore à la lance perlée de sang que Perceval aperçoit dans le palais du Graal (cf. Perceval ou le Conte du Graal de Chrétien de Troyes), qu’il aura tant de mal à retrouver.

Lire notre article complet sur le Graal et son symbolisme.

Le sang en alchimie.

En alchimie, le sang évoque l’union de deux éléments fondamentaux, l’eau et le feu :

  • l’eau est la force vitale spontanée ; elle évoque la nature, l’innocence, l’inconscience et la jeunesse éternelle,
  • le feu est la force active, ordonnatrice et consciente qui vient fixer et maîtriser l’eau. C’est le principe supérieur, divin.

L’eau devient sang lorsqu’elle révèle le principe supérieur contenu en elle. 

Le processus alchimique consiste précisément à identifier et extraire le feu qui dort dans l’eau, au plus profond de notre âme. Sur le plan psychique, cela correspond à l’ouverture de la conscience.

Le symbole alchimique de l’eau est un triangle inversé, alors que le feu est un triangle droit. L’union des deux donne le Sceau de Salomon, qui selon certaines interprétations, est “le sang du monde” :

Sceau de Salomon Eau et Feu

Au final, le sang correspond à la présence du Principe supérieur à l’intérieur de l’être, à distinguer de la Lumière, qui provient d’un souffle extérieur.

Pour aller plus loin sur le symbolisme du sang :

Modif. le 7 octobre 2020

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :