Press "Enter" to skip to content

Le symbolisme du vert : signification

5/5 (1)

Le symbolisme du vert : quel est-il ? Quelle est la signification de la couleur verte en psychologie, spiritualité et ésotérisme ? Comment interpréter le vert ?

couleurs ésotériques

Vert vient du latin viridis (“vert”). Couleur secondaire issue du bleu des profondeurs et du jaune solaire, le vert est de nature à la fois terrestre et céleste.

Le vert évoque la nature, la terre nourricière, l’éveil vital, la jeunesse, la force et la créativité.

C’est une couleur tiède, entre la froideur de la Terre et la chaleur du soleil. C’est la couleur de la vie et de l’espérance. C’est aussi la couleur de la vie extraterrestre.

Le vert est ambivalent :

  • pris dans la matière, il a un côté ténébreux et passif,
  • synonyme de vie, il semble au contraire dynamique et actif.

Entrons dans le symbolisme du vert et la signification profonde de cette couleur.

Le symbolisme du vert : interprétation.

Symbole du règne végétal, le vert a une tendance féminine et passive :

  • Plus il est foncé, plus il est relié aux forces terrestres, chaotiques (la jungle) voire infernales. Il évoque alors la dépendance vis-à-vis de la mère-nature, l’impossibilité de couper ses racines. Tirant vers le bleu, il rappelle aussi l’eau qui coule toujours vers le bas : il symbolise alors l’absorption, l’engloutissement, l’ensevelissement.
  • Plus il est clair, plus il rejoint les forces célestes : c’est l’arbre qui s’élance vers le ciel. Mais s’il devient trop clair, le vert perd sa connexion avec la Nature et la vie.
  • Enfin, le vert équilibré, ni trop foncé ni trop clair, traduit l’harmonie du phénomène vivant, entre Terre et Ciel.

Ainsi, le vert peut être vu comme une image de l’être humain : tantôt attiré vers le bas (l’âme prisonnière du corps), tantôt vers le haut (l’âme connectée à l’esprit divin).

La couleur verte est donc associée à l’âme et à l’eau, élément par définition changeant puisque tantôt solide, liquide ou gazeux.

En outre, sur le plan ésotérique, le vert féminin est souvent opposé au rouge masculin.

Continuons avec le symbolisme du vert, cette fois dans son rapport avec le savoir et la connaissance.

Le vert, le savoir et la connaissance.

Le vert est une couleur traditionnellement attachée au savoir : on pense par exemple à la tenture verte du grand amphithéâtre de la Sorbonne, sur laquelle est représente le Bois sacré de la connaissance (Puvis de Chavannes).

Le bois ou la forêt représentent la nature sauvage (peuplée d’animaux féroces qu’il va falloir dompter par l’art, la science et la culture), ou encore le paradis édénique.

On pense encore à l’habit vert des Académiciens, orné de branches d’olivier. Dans la mythologie grecque, Académos est un repenti et un héros auquel furent dédiés des jardins plantés d’arbres à Athènes, lesquels jardins ont donné leur nom à la célèbre Académie de Platon : c’est là que se promenaient les philosophes tout en enseignant.

Le caractère réflexif du savoir renvoie là encore à l’âme et au côté féminin de la couleur verte. Ici, le savoir évoque en particulier l’art, l’imagination, la nature et la poésie.

Le symbolisme du vert, entre vie et mort.

Nous l’avons dit, le vert évoque l’exubérance de la vie, ce phénomène mystérieux qui peut être vu selon les cas comme issu de la matière (immanence) ou issu de l’esprit divin (transcendance).

La vie est indissociable des cycles : éternellement naissante, elle se nourrit de la matière inerte et de sa propre mort. Le vert est donc à la fois une couleur de mort et de vie. Il évoque aussi bien l’agonie que la renaissance.

Dans la même perspective, on considère parfois que le vert est la couleur de l’immortalité et de l’éternité. C’est aussi la raison pour laquelle le vert est associé à l’espérance (une des trois vertus théologales) ou au paradis (Islam, monde celtique).

Quoi qu’il en soit, le caractère cyclique du vert traduit certes un mouvement, un dynamisme, mais qui reste emprisonné dans la matière, et dans un éternel retour. On a là une force centripète, presque infernale.

Ainsi, le vert évoque à la fois le paradis et l’enfer…

La lumière verte.

L’émeraude est la pierre de la lumière verte, qui véhicule un fort pouvoir ésotérique. C’était pour les Méso-Américains une pierre lunaire, signe de retour du printemps, gage de fertilité.

Pour les alchimistes, l’émeraude est la pierre d’Hermès Trismégiste (cf La Table d’Émeraude), qui permet de percer les ténèbres et de trouver les secrets de l’existence. Le principe vital, sang divin, secret des secrets, peut être contenu dans un récipient vert fait d’Emeraude, tel le Graal. Le vert est donc le symbole de la connaissance ésotérique.

Dans d’autres traditions, l’émeraude (et le vert en général) peuvent aussi avoir un côté fascinant ou terrifiant. Le vert peut alors évoquer les ténèbres, le sang du dragon, le diable ou les mystères du mal.

La couleur verte : signification dans les différentes traditions.

Le symbolisme du vert existe dans nombre de cultures et de traditions :

  • Dans la mythologie grecque, les Néréides sont des nymphes marines de couleur verte.
  • Dans la spiritualité chinoise et taoïste, le vert évoque l’élément bois, le printemps, la capacité de croissance et d’expansion. Il est aussi la colère explosive.
  • Dans l’Islam, le vert est central. Couleur préférée du prophète Mahomet (son manteau était vert), le vert est cité à de nombreuses reprises dans le Coran. C’est un symbole de connaissance, de vie mais aussi de modération, de sagesse et de Salut. Le vert évoque l’espoir de l’oasis de paix au milieu du désert aride. Par ailleurs, Al Khadir est dans l’Islam l’homme vert, un saint devenu immortel après avoir bu de l’eau de jouvence.

A titre anecdotique, le vert peut, selon les différentes cultures, être associé au hasard, à la chance, à la jalousie, à l’envie, à la colère (“vert de rage”), à la maladie (le vert est la couleur de la bile) ou à la peur (“vert de peur”). Accusé de porter malheur, il est tabou au théâtre.

Enfin, dans la légende arthurienne, le chevalier vert est un chevalier marqué par la jeunesse et l’inexpérience, et dont le comportement aventureux provoque le désordre.

Le symbolisme du vert en psychologie.

Le symbolisme du vert est aussi étudié en psychologie. Le vert peut symboliser le retour à la mère.

C’est le retour à des valeurs sûres, à une certaine authenticité. C’est un appel à retrouver la Nature maternelle, enveloppante, rafraîchissante, vivifiante.

En développement personnel, le vert évoque la créativité, l’action, le succès ou encore le destin à accomplir.

Pour votre bibliothèque :

Lire aussi nos articles :

Modif. le 20 septembre 2020

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :