Press "Enter" to skip to content

Le symbolisme de la couleur noire

5/5 (1)

Le symbolisme de la couleur noire : quelle signification ? Le noir est-il une couleur ? Quelle interprétation sur le plan symbolique, ésotérique et psychologique ?

Couleur de la nuit et du mystère, le noir est en fait une absence de couleur, alors que le blanc est la somme de toutes les couleurs. Techniquement, le noir nous apparaît lorsque toute lumière est piégée, absorbée par la matière.

L’absence de lumière et de couleur évoque le caché, l’inconnu, l’invisible. Pour l’observateur, le noir est l’absence de direction et de sens : c’est le désespoir, le deuil et la mort. A l’extrême, c’est aussi le néant et le non-être.

Dans le même esprit, le noir peut être associé à la matière chaotique, opaque et amalgamée. Mais cette matière contient en elle-même le feu divin et son potentiel d’ordre. L’être éveillé est alors celui qui ose plonger dans sa propre matière pour y déceler la lumière de la vérité.

En ésotérisme, le noir est avant tout une épreuve à traverser : il représente les limites de notre psychisme, nos illusions, notre désordre mental. Un combat doit donc être mené, selon l’exemple du dieu-soleil Rê de l’Egypte antique qui traverse chaque nuit le monde des ténèbres sur sa barque solaire, pour affronter les démons et renaître plus radieux chaque matin.

Ainsi, le noir ne demande qu’à être exploré, dompté et dissout ; la lumière qu’il contient (qu’on peut assimiler à la conscience) ne demande qu’à être révélée.

Entrons dans le symbolisme de la couleur noire.

Le symbolisme de la couleur noire.

Le symbolisme du noir est particulièrement riche. Il s’exprime d’abord à travers sa comparaison avec le blanc et la lumière.

Le noir et le blanc : quel symbolisme ?

Noir et blanc sont les deux seules couleurs qui forment une paire complémentaire. 

Dans la plupart des traditions spirituelles, le noir représente l’énergie négative alors que le blanc est l’énergie positive. Ces deux énergies contraires mais indissociables font tourner le monde. C’est l’interprétation qu’on peut faire du taijitu taoïste :

symbole yin yang

Ici, le noir (yin) symbolise le féminin, la matière, la nuit, la lune, le froid, l’eau, le passif, l’intérieur, le lourd, le bas, etc, alors que le blanc (yang) représente le masculin, l’esprit, le jour, le soleil, le chaud, le feu, l’actif, l’extérieur, le subtil et le monde d’en haut.

Pourtant, cela ne signifie pas que le blanc soit meilleur que le noir : tout jugement de valeur serait une impasse.

En réalité, noir et blanc ne peuvent aller l’un sans l’autre : rien de ce qui est positif n’existerait sans le négatif. Le noir est le miroir du blanc, sa parfaite correspondance. Le symbole du yin et du yang traduit bien cela, puisqu’on remarque la présence d’un point blanc dans la partie noire, et d’un point noir dans la partie blanche.

Si le noir fonde la dualité, il a vocation à se réconcilier avec le blanc dans l’unité : nous avons là deux forces qui s’imbriquent parfaitement. L’alternance du noir et du blanc évoque aussi la loi des cycles.

Lire aussi nos articles sur le symbolisme du pavé mosaïque et du jeu d’échecs.

Le symbolisme de la couleur noire : lumière et ténèbres, ordre et chaos.

Nous l’avons vu, le noir s’oppose au blanc mais aussi et surtout à la lumière. Dans cette perspective, le noir est synonyme d’obscurité, de ténèbres, que seule une source lumineuse peut percer et dissoudre.

Par conséquent, le noir est ce qui est mystérieux, obscur, énigmatique. Il symbolise ce qui n’a pas été reçu, ce qui n’a pas été compris :

La lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont point reçue. Prologue de l’Evangile de Jean 1, 5.

Recevoir la lumière est possible en renonçant à soi-même (à ses préjugés, à son égoïsme, à ses ambitions) : cette démarche permettra d’ouvrir sa conscience, de sortir de l’erreur pour accéder enfin à la réalité. Nous avons là un chemin de purification intime, de sacrifice et d’acceptation : il s’agit d’accueillir les choses telles qu’elles sont, au-delà du voile de l’ego.

Le noir des ténèbres représente notre chaos mental, fait de peur, de haine et de colère, sentiments eux-mêmes fondés sur l’ignorance. A contrario, la lumière est l’ordre retrouvé : le reconnaissance des lois cosmiques, le constat que tout est conforme à la volonté de Dieu.

Au-delà du noir.

Au-delà du dualisme ténèbres-lumière, le noir peut être vu comme la matière qui contient en elle-même sa propre lumière, mais de façon cachée et inconsciente. La lumière serait donc un principe immanent, c’est-à-dire inclus dans la matière : une force qui ne demanderait qu’à être révélée.

Le noir peut alors être associé au chaos primordial, mais un chaos qui contient en lui-même son propre ordre. L’individu en sommeil ne perçoit pas cet ordre, mais le chemin de l’éveil lui en donnera la capacité.

Ainsi, la lumière surgit des ténèbres, au lieu d’être un principe extérieur et séparé.

Dans le même ordre d’idée, l’artiste Pierre Soulages a inventé le concept d’outrenoir : c’est en peignant pour la première fois des œuvres totalement noires (cf l’exemple en tête de cet article) qu’il a vu la lumière émerger de la matière et se révéler dans toute son évidence.

Le symbolisme de la couleur noire en alchimie et en franc-maçonnerie.

En alchimie spirituelle, le symbolisme de la couleur noire est central. Il évoque l’Oeuvre au noir, qui est la première étape du processus qui mènera à l’élaboration de l’homme nouveau.

L’Oeuvre au noir consiste à séparer le corps (la matière-prison) de l’esprit (le principe supérieur prisonnier de l’individualité égoïste et aveugle). Le corps devra être abandonné, dissout, putréfié, afin que l’esprit retrouve sa liberté et sa pleine conscience.

Ici, le noir symbolise la matière confuse, opaque, amalgamée : c’est l’obstacle à franchir. Pourtant, la matière contient en elle-même son principe supérieur. Un principe qui, en fin de processus, devra réintégrer le corps pour donner naissance à l’être universel, souverain de lui-même (voir notre article sur l’Oeuvre au rouge).

En franc-maçonnerie, le noir évoque la cabinet de réflexion et l’épreuve de la Terre qui ouvre la cérémonie d’initiation. Il s’agit d’un lieu sombre où règne une ambiance de mort. Cet endroit incite le néophyte à plonger dans la matière, c’est-à-dire en lui-même, afin d’y trouver la vérité. C’est l’amorce d’un chemin de compréhension qui ne peut se passer de l’effort de connaissance de soi.

C’est aussi l’idée paradoxale que les ténèbres, la matière opaque et la mort contiennent un immense potentiel de vie et d’élévation.

Ainsi, le noir est une promesse de renaissance, de régénération. Il est une énergie certes passive et latente, mais féconde et porteuse d’espoir. Ventre du monde, réservoir d’opportunités, le noir contient toutes les possibilités.

Le noir en psychologie.

En psychologie, le noir est synonyme de peur, de tristesse, de désespoir, d’inconnu et de mort. C’est une couleur nocturne, qui évoque l’angoisse, le mal et le malheur.

La couleur noire évoque notamment le psychisme obscur et les instincts primitifs.

Tout ce qui est noir est énigmatique, non-maîtrisable, occulte, voire dangereux et sans issue.

Plus rarement, le noir évoque la sobriété et l’humilité. Sur le plan vestimentaire, le noir renvoie à l’autorité, à l’austérité, à la rigueur ou au deuil.

Pour votre bibliothèque :

Lire aussi nos articles :

Modif. le 13 août 2020

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :