Press "Enter" to skip to content

Le symbolisme du chiffre 1

5/5 (1)

Quel est le symbolisme du chiffre 1 ? Comment interpréter le chiffre 1 en spiritualité, ésotérisme, numérologie ou philosophie ? Quelle signification cachée ?

Le symbolisme du chiffre 1 est sans doute le plus délicat à interpréter, car il est souvent vu comme l’image de Dieu.

Le chiffre 1 renvoie à des approches assez différentes :

  • Il peut évoquer le Principe, à la fois créateur et création, manifesté et non manifesté, fini et infini, limité et illimité : l’Un est le principe actif de l’univers et l’univers lui-même, c’est-à-dire le cosmos. Il ne peut rien y avoir avant le 1, et rien après. Le 1 contient tout, y compris le Créateur. C’est donc l’essence de toute chose.
  • Il peut aussi renvoyer au centre invisible du monde (donc en quelque sorte plus proche du point ou du zéro, alors que la matière déployée serait plus proche du deux) : il serait la Grande Source, l’esprit transcendantal, la Lumière, le Verbe, la conscience absolue, le tao, le coeur de la croix, le centre cosmique et ontologique.
  • Selon le Tao Te King de Lao-Tseu, “le Tao engendre Un, Un engendre Deux.”
  • Selon le prologue de l’Évangile selon Jean : Au commencement était le Verbe, et le Verbe était en Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement en Dieu. Tout par lui a été fait, et sans lui n’a été fait rien de ce qui existe. En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes.” Ce passage peut amener à interpréter le 1 comme le point de départ, le germe de toute chose.

Quoi qu’il en soit, l’homme dans sa quête spirituelle est à la recherche du “1”, ce principe absolu capable de faire naître tout chose, qu’il soit antérieur à toute chose, ou présent en toute chose, ou les deux à fois.

A noter qu’en philosophie, l’étude de l’Un est l’hénologie.

Entrons dans le symbolisme du chiffre 1.

Le symbolisme du chiffre 1 : l’unité.

En premier lieu, le chiffre 1 évoque l’unité par rapport à la division.

Mais unité ne veut pas dire “unicité” ou “uniformité”. Car le chiffre 1 contient en lui-même la variété, la multiplicité, la diversité. Il semble contenir l’univers déployé.

Le 1 est donc paradoxalement fait d’éléments différenciés : il est l’innombrable qui contient les choses nombrables. Car le 1 sans différenciation n’aurait pas de sens ni d’existence : il n’y aurait pas d’espace-temps, pas de liberté, pas de nature, pas de conscience, pas de créativité, pas d’évolution. L’univers n’existerait pas, il serait néant.

Si l’1 existe, il ne peut donc être que multiplicité. Le 1 va de pair avec la dualité du 2. De fait, dans l’univers unitaire, rien n’a été créé sans son contraire : pas de plein sans vide, pas de lumière sans ombre, pas d’été sans hiver. L’unité semble bipolaire…

Ainsi l’1 contient tout l’univers, il est “Un le Tout”, infini, éternel, universel et absolu. Il réunit tout, le début et la fin, l’alpha et l’omega.

Lire aussi notre article : Unité et dualité.

Le chiffre 1 : la création dans l’Amour.

Le 1 est rassemblement permanent du multiple, c’est le chiffre qui assure la cohésion dans le Tout, la cohésion du Tout.

Un est Tout et tout est Un. De là naît une loi fondamentale : la loi d’Amour. Car l’Amour est ce qui englobe, embrasse toute chose, y compris le malheur, la souffrance et le mal.

La loi d’Amour serait ainsi le souvenir de la présence du Créateur en toute chose, la conscience d’une intention primitive et d’un ordre universel éternel.

Le 1 chez les Pythagoriciens.

Pour les Pythagoriciens, l’1 est la Monade, c’est-à-dire l’unité parfaite, principe et cause active de toutes les choses. De la Monade dérive la Dyade, qui joue le rôle de matière sous-jacente à la Monade.

Du 2 au 1.

On considère souvent que l’unité fait naître la dualité : Dieu a créé le monde manifesté.

Mais on pourrait considérer à l’inverse que la dualité précède l’unité. Car sans dualité, l’unité serait vide, néant. Selon ce point de vue, ce qui est antérieur à la création du monde n’est pas imaginable sans la dualité. Par conséquent, la dualité participerait elle aussi de la fondation du monde.

Du 1 au 2 et au 3.

Parce qu’il permet la réconciliation des choses différenciées, le 3 apparaît comme le pendant du 1. Ainsi le 1 serait le Principe créateur, le 2 serait la dualité de la création, et le 3 la réconciliation de toutes les oppositions.

L’Un : lieu symbolique de l’être ?

L’Un peut représenter l’homme debout, doué de raison, conscient : Je pense donc je suis.

De manière plus générale, l’Un est la condition de l’intelligibilité de tout ce qui “est”.

Le chiffre 1 symbolise ainsi l’unité de l’être (être humain et même Etre suprême), en tant que centre de la conscience. Unité et être sont donc intimement liés.

A l’inverse, on pourrait soutenir que l’Un n’est pas l’être, pour la simple et bonne raison que tout être étant une certaine unité particulière, il ne peut pas être l’Un absolu…

Le chiffre 1 en numérologie.

  • En numérologie classique, le nombre 1 est la maîtrise, la confiance en soi, la capacité à se réaliser par soi-même,
  • En gématrie (numérologie kabbalistique), le 1 est le Divin. Il correspond à la première lettre de l’alphabet hébraïque : Aleph.

Le chiffre 1 en franc-maçonnerie et en alchimie.

En franc-maçonnerie, le chiffre 1 se retrouve notamment dans l’œil au centre du Delta lumineux. C’est l’œil de la conscience, l’œil qui voit tout.

En alchimie, Un le Tout apparaît sous la forme d’un symbole formé de trois anneaux concentriques représentant les 3 mondes :

  • le monde archétypal incréé (le Principe non manifesté),
  • le macrocosme (la Nature, le Cosmos, la manifestation),
  • et le microcosme, à savoir l’Homme.

symbole un-le-tout alchimie

Cette trinité évoque aussi la Trinité chrétienne, c’est-à-dire le Dieu unique en trois personnes : le Père, le Fils, et le Saint-Esprit.

Voir aussi nos articles :

Vous pouvez noter cet article !

Mission News Theme by Compete Themes.
%d blogueurs aiment cette page :