Press "Enter" to skip to content

Les outils de l’apprenti

5/5 (1)

Les outils de l’apprenti : quels sont-ils ? Que symbolisent la règle, le maillet et le ciseau ? Analyse et interprétation.

Lors de la cérémonie d’initiation, le néophyte se voit présenter les outils de l’apprenti, qui sont décrits de la manière suivante :

“La Règle à 24 divisions symbolise au Premier Degré la journée du Franc-Maçon, dont toutes les heures doivent être utilement employées.
Le Maillet symbolise la volonté de perfectionnement qui doit nous animer.
Le Ciseau, qui vient parfaire l’Œuvre, en rendant la Pierre tout à fait conforme à son emploi, symbolise la méthode maçonnique, grâce à laquelle nous devenons des membres utiles et conscients de la société.”

Rituel d’initiation au 1er degré REAA

Ces outils vont permettre à l’apprenti de commencer à tailler la pierre brute, c’est-à-dire à se découvrir lui-même.

La pierre informe est destinée à devenir cubique afin qu’elle puisse s’insérer dans l’édifice : autrement dit, le franc-maçon œuvre à trouver sa vraie place dans le monde et dans l’humanité.

Chaque coup porté permet de détacher un bout de matière. Ces éclats de pierre représentent tout ce qui occultait jusque-là le caractère universel de notre être, à savoir nos illusions, nos préjugés, nos a priori, nos certitudes, notre orgueil, notre ignorance ou encore nos ambitions.

Nous allons le voir, la règle, le maillet le ciseau sont des outils complémentaires et indissociables :

  • la règle est un outil de tracé mais aussi de vérification de l’ouvrage,
  • le maillet est la volonté agissante,
  • le ciseau entre directement en contact avec la matière : bien que passif, il concrétise l’intention du franc-maçon.

Entrons dans le symbolisme et la signification des outils de l’apprenti.

Voir aussi notre liste de planches au 1er degré.

Les outils de l’apprenti : règle, maillet et ciseau.

La règle est le premier des outils de l’apprenti : son rôle est essentiel puisqu’elle définit, ordonne et encadre le travail du franc-maçon.

Une fois le cadre fixé, le maillet donne la puissance nécessaire à l’accomplissement des objectifs.

Quant au ciseau, il exécute, réalise, parachève.

La règle à 24 divisions : premier des outils de l’apprenti.

La règle à 24 divisions est un outil simple mais fondamental.

La règle permet à l’apprenti de procéder régulièrement à la vérification de son travail : elle permet de s’assurer que les arêtes de la pierre cubique seront de longueur égale, et de vérifier leur linéarité. C’est donc un outil de contrôle et de régularité.

La règle est aussi un outil de conception, utilisé pour tracer et élaborer les plans.

Sur le plan symbolique, la règle symbolise la loi morale. Ce sont les règles éthiques qui guident notre démarche. Respecter la règle, obéir à la loi morale (elle-même calquée sur la Grande Loi cosmique), c’est déjà se libérer de ce qui nous maintenait dans un état d’aveuglement et d’inconscience.

La loi est notre guide, notre chemin, un rappel constant aux valeurs qui doivent nous animer : travail, écoute, tolérance, ouverture, mesure, droiture, humilité, constance, persévérance.

La règle est aussi conscience et discernement : elle nous garantit d’avancer toujours dans la bonne direction, sur le bon chemin.

Le maillet.

Le Maillet symbolise la volonté de perfectionnement qui doit nous animer. 
Rituel du Premier degré REAA

Le maillet symbolise donc la volonté, la force, la vigueur, l’énergie qui sous-tend le travail.

Chaque coup est une impulsion, un pas sur le chemin, un afflux de volonté, une opportunité supplémentaire d’aller plus loin et d’explorer de nouveaux chemins de connaissance.

Car la recherche de la vérité nécessite un véritable effort : ce ne peut être qu’une quête active.

Mais la force du maillet doit être précédée, canalisée et contrôlée par la règle, laquelle prévient tout risque de dérive et toute tendance au fanatisme ou à l’ambition.

Le ciseau.

Le ciseau est le dernier des trois outils de l’apprenti franc-maçon.

Le ciseau vient réaliser et parfaire l’œuvre. Placé entre le maillet et la pierre brute, il transforme la volonté en réalisation concrète, tout en étant conforme et fidèle à la Règle.

Le ciseau opère une séparation au sein de la matière : il détache ce qu’il y a en trop. Symboliquement, nous devons opérer une séparation en nous, c’est-à-dire abandonner ce que nous portons en trop : nos attachements, nos désirs, nos faux espoirs, nos illusions, notre vanité…

Renoncer à ces éléments nous permettra enfin de laisser passer la Lumière, de nous laisser traverser par elle.

Cette séparation n’est pas sans rappeler l’Œuvre au noir alchimique.

Devenir des membres utiles et conscients de notre société.

Le rituel du Premier Degré annonce clairement l’objectif qui doit nous animer : Devenir des membres utiles et conscients de notre société.

Voilà donc le but de notre travail : prendre conscience de notre place dans la société et dans le cosmos, toute notre place mais rien que notre place.

Trouver sa place, c’est nous ôter de l’illusion que nous sommes des êtres supérieurs, séparés ou autonomes, c’est abandonner l’idée que nous avons toujours raison, c’est renoncer à croire que nous sommes le centre de tout.

C’est participer à la construction de l’édifice humain, à égalité avec les autres, tous les autres y compris ceux que nous n’aimons pas. C’est construire une société paisible, sereine, solidaire et joyeuse, un monde qui ne laisse personne sur le bord de la route.

Lire aussi notre article : La pierre brute, le maillet et le ciseau.

Pour aller au-delà des outils de l’apprenti :

Modif. le 22 septembre 2020

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :