Press "Enter" to skip to content

Vous n’accepterez aucune idée que vous ne compreniez et ne jugiez vraie (planche 4ème degré REAA)

5/5 (2)

« Vous n’accepterez aucune idée que vous ne compreniez et ne jugiez vraie » : voici une interprétation de cette sentence à travers une planche au 4ème degré REAA.

Les sentences apparaissent avec fermeté au 4ème degré, marquant une rupture dans l’enseignement maçonnique : nous ne sommes plus dans le domaine du symbolique mais dans celui du métaphysique.

Les sentences sont l’expression de la Loi et de la raison, que le franc-maçon est désormais assez avancé pour comprendre et accepter.

La sentence « Vous n’accepterez aucune idée que vous ne compreniez et ne jugiez vraie » apparaît lors du 1er voyage de l’initiation au 4ème degré REAA, juste après deux autres sentences :

  • « Vous ne vous forgerez point d’idoles humaines pour agir aveuglément sous leur impulsion, mais vous déciderez par vous-mêmes de vos opinions et de vos actions ».
  • « Vous ne prendrez pas les mots pour des idées et vous vous efforcerez toujours de découvrir l’idée sous le symbole ».

Entrons dans la signification de la sentence « Vous n’accepterez aucune idée que vous ne compreniez et ne jugiez vraie ».

Lire aussi : Les sentences au grade de Maître Secret (4ème degré REAA).

« Vous n’accepterez aucune idée que vous ne compreniez et ne jugiez vraie » : signification.

Cette sentence invite à nous méfier des idées qui n’auraient pas été validées par notre propre raison. Ces idées peuvent venir des autres ou de nous-mêmes.

Les idées venant de l’extérieur.

Nous avons parfois tendance à accepter telles quelles les idées venant de l’extérieur, parce qu’elles nous semblent évidentes. De même, nous rejetons d’emblée certaines idées qui nous semblent absurdes ou inadmissibles.

Pourtant, ces jugements hâtifs sont le plus souvent fondés sur des a priori, des stéréotypes, des habitudes ou des schémas préconçus. Nous jugeons spontanément, sans réfléchir, en laissant parler nos filtres inconscients, limités et égoïstes.

L’évidence est un piège qui mène à l’intolérance et au fanatisme. Le franc-maçon est au contraire celui qui analyse, décortique et tente de comprendre les idées qui viennent de l’extérieur, étant entendu que comprendre ne veut pas dire tout accepter.

Les idées venant de nous-mêmes.

De même, nous avons tendance à nous laisser embarquer par nos propres idées. Or la plupart de nos raisonnements sont biaisés car influencés par notre vécu, notre éducation, notre culture, nos instincts ou encore notre psychologie. Nous nous auto-illusionnons, pensant détenir la vérité alors que nous ne pouvons développer que des analyses partielles, fragmentaires, relatives, limitées.

Le franc-maçon sait que la vérité absolue lui est inaccessible : sachant cela, il fait preuve de prudence et d’humilité. Il sait analyser et réinterroger ses propres pensées, les replaçant dans leur contexte, les appréciant à l’aune de ses propres caractéristiques.

On l’a compris, c’est la connaissance de soi qui nous permettra d’éviter le piège de l’illusion. Car se connaître, c’est prendre conscience de tous les voiles qui obscurcissent et déforment notre vision du monde. Derrière ces voiles se cache notre être pur, notre Soi universel.

Le Devoir de raison.

La sentence « Vous n’accepterez aucune idée… » nous invite à nous méfier des idées toutes faites, des évidences, des dogmes, et de nous-mêmes.

Nous ne devons pas prendre pour argent comptant les idées qui nous viennent : la facilité doit faire place à l’effort d’analyse.

Tel est donc le devoir du franc-maçon : mettre à distance ses préjugés, cultiver le doute (voire le scepticisme), fuir l’évidence, s’ouvrir aux autres et avoir la ferme intention de les comprendre, chasser ses mauvais compagnons, déconstruire ses propres stéréotypes, pousser toujours plus loin l’analyse, faire appel autant que possible à la raison.

Précisément, la raison est cette faculté qui nous permet de progresser et d’approcher toujours plus de la vérité. La raison interroge plutôt qu’elle n’affirme, elle est un discours ouvert, jamais achevé, une plongée toujours renouvelée dans la matière, à la recherche de sa perfection invisible.

Cette sentence nous invite donc à reprendre le contrôle de nous-mêmes : désormais, notre « Soi universel » doit supplanter notre Moi illusionné. Et c’est en laissant entrer en nous la Lumière pure de la conscience que nous pourrons y parvenir : une démarche qui nécessite effort et lâcher-prise.

Voir aussi notre liste de planches au 4ème degré REAA.

Modif. le 7 octobre 2021

Vous pouvez noter cet article !

Cookie Consent with Real Cookie Banner
%d bloggers like this: