Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

L’Etranger : planche au 9ème degré REAA

5/5 (1)

L’Etranger : qui est l’inconnu qui vient révéler à Salomon le lieu où se cache Abiram ? Que symbolisent l’Etranger et son chien ? Voici une planche au 9ème degré REAA.

Zerbal, chef de la garde, informe Salomon qu’un étranger désire lui confier un secret de la plus haute importance. Salomon quitte la salle d’audience pour se rendre auprès de l’inconnu. L’étranger affirme connaître l’endroit où s’est réfugié l’un des assassins d’Hiram et propose d’y conduire tous ceux qui le souhaitent.

Salomon fait procéder à un tirage au sort et retient neuf noms de maîtres. Il ordonne ensuite aux élus de suivre l’Etranger.

Q. – Qui vous a montré le chemin ?
R. – Une personne inconnue.

Q. – Par quels chemins y êtes-vous parvenu ?
R. – Par des chemins obscurs et difficiles d’accès.

Rituel de Maître Elu des neuf

L’Etranger représente donc l’élément qui déclenche la quête du meurtrier, autrement dit la quête de ce qui fait obstacle à notre élévation spirituelle.

L’Etranger, vecteur de mystère, fait irruption sans prévenir. Il précipite le déroulement des évènements. A ce titre, il peut représenter l’intuition, sorte de fulgurance qui arrive sans qu’on l’attende, apportant une information sans preuve mais incitant à emprunter une voie, un chemin jusque-là inexploré.

L’intuition, souvent excessive, précède le raisonnement et la logique. A ce titre, Zerbal et Salomon permettent de temporiser :

  • Zerbal, chef des gardes, fait l’intermédiaire entre l’Etranger et Salomon, protégeant ainsi son roi. A noter qu’au sixième degré, Zerbal jouait déjà le rôle d’instance modératrice, tempérant le zèle et la curiosité de Johaben,
  • quant à Salomon, incarnation de la sagesse, il prend le temps nécessaire pour désigner les neuf maîtres habilités à suivre l’Etranger : neuf chances de ne pas se tromper.

L’Etranger : voici donc une planche maçonnique au 9ème degré REAA.

En tant qu’élément nouveau, irruptif, l’Etranger représente :

  • la source, la révélation,
  • mais aussi l’inconnu, le flou, le non vérifié.

Le rôle de l’Etranger est ambigu. Son anonymat est inquiétant. Il représente un risque, un danger potentiel, mais aussi un espoir. Il donne la conviction d’un chemin à emprunter, d’une voie à explorer, sensée conduire aux réponses, à la Lumière et peut-être à la vérité.

Sur le plan psychologique, l’Etranger peut représenter l’instinct, la conscience qui s’ouvre ou l’intuition qui jaillit. Mais reste à savoir sur quoi se fonde cette intuition :

  • l’intuition peut être vue comme une forme d’intelligence pure car non-conditionnée : elle mène à la compréhension, à la lucidité, à la Connaissance,
  • mais dans certains cas, l’intuition est aveuglement, car elle est sous-tendue par des éléments inconscients tels que les pulsions ou le désir égoïste d’accéder aux réponses. Dans ce dernier cas, l’Etranger exigera une récompense…

Q. – Que représente le chien que vous avez aperçu sur le chemin, près de la caverne ?
R. – Celui de l’Inconnu qui a conduit les Élus.

Le chien constitue l’indice ultime qui permet d’accéder à la caverne, alors même que le chemin est « obscur et difficile ».

Sur le plan symbolique, le chien est souvent jugé impur, sale, avide voire dangereux. Errant en quête de nourriture, il représente nos plus bas instincts. Mais le chien a du flair, il ressent les choses, possède un caractère fidèle et est parfois en capacité de guider son maître.

Dans le cas présent, le chien peut représenter nos pulsions animales, notre soif d’accéder à la compréhension, mais aussi le côté légitime et spontané de notre quête, tout autant que la force de notre intuition.

En langage policier, l’Etranger serait un « indicateur ». Ici, il est en tous cas une source qui mène à la vérité. L’Inconnu connait la caverne, il sait où elle se trouve, peut-être parce que lui-même en vient, ou parce qu’il l’a habitée, ou encore parce qu’il a fréquenté le traitre Abiram.

En tant que « source », l’Etranger rappelle la fontaine présente dans la caverne, à laquelle Johaben boit. Connaître la source, c’est donc être en capacité de remonter à l’origine, à la cause des choses telles qu’elles sont.

On peut voir dans l’Etranger :

  • nos propres ressources intérieures (perspective immanente) : c’est notre potentiel de compréhension, notre inconscient qui fait surface, notre ego qui se retourne sur lui-même, quitte à dénoncer une partie de lui-même,
  • ou bien la main de Dieu (perspective transcendante) : c’est le cosmos et notre destin qui nous guident implacablement vers les réponses qui nous attendent. L’Etranger est alors la Lumière qui se manifeste à nous. Notons que le fait que l’Etranger soit impossible à nommer renvoie à l’une des caractéristiques essentielles de Dieu.

Au-delà de ces hypothèses, l’Etranger est peut-être tout simplement « l’autre », l’alter ego, et donc le miroir de nous-même, ce qui renvoie directement à la définition commune de ce mot. L’étranger est celui qui vient d’ailleurs, qui est différent de nous, et qui souvent nous fait peur ; c’est pourtant dans son regard que l’on peut trouver nos propres réponses.

L’étranger, l’autre, c’est aussi le frère qui nous montre la voie : voilà le principe-même de la démarche initiatique.

Qu’il soit une instance intérieure ou extérieure à nous, la présence de l’Etranger interroge sur notre nature profonde, nos motivations et le fonctionnement de notre psychisme.

Indissociable de la caverne, l’Etranger est à la fois obscurité et lumière, questions et réponses, mystère et évidence. Il représente l’inconnu et peut-être l’inconnaissable : l’ineffable moteur de notre quête spirituelle.

Voir aussi notre liste de planches du 5ème au 12ème degré

Modif. le 15 mai 2024

Vous pouvez noter cet article !