Press "Enter" to skip to content

L’évangile de Thomas : interprétation

5/5 (3)

L’évangile de Thomas : interprétation. Quel est le sens de cet apocryphe ? Quels points communs et quelles différences avec les évangiles canoniques ?

L’évangile de Thomas est un évangile apocryphe, c’est-à-dire non reconnu par l’Eglise. Après que cette dernière l’ait rejeté et ordonné sa destruction au IVème siècle, le texte a totalement disparu. Il a été retrouvé par hasard dans une jarre par des paysans en 1945 à Nag Hammadi (Haute-Égypte) sous sa forme complète.

Le document découvert est en copte et pourrait avoir été écrit au IVème siècle. Mais il s’agit vraisemblablement d’une copie du texte original, qui pourrait avoir été rédigé au Ier ou au IIème siècle, en grec. Certaines tournures sont la marque d’un christianisme très ancien, qui n’a pas subi les corrections des canoniques.

L’évangile de Thomas revêt une importance considérable. Certains de ses passages rappellent directement le canon évangélique (sans qu’on sache quel texte a influencé l’autre), mais sa forme est très particulière : en effet, il ne s’agit pas du récit de la vie de Jésus, mais d’une suite de logia, autrement dit de paroles du Messie prenant la forme de messages spirituels.

Il n’y a donc pas de référence à la naissance de Jésus, ni à ses origines, ni à la Passion, ni à la Résurrection.

Rappelons que Saint Thomas était l’un des douze apôtres de Jésus. Le nom Thomas signifie “jumeau” en araméen. Thomas est parfois considéré comme le frère jumeau de Jésus, au sens figuré.

Voici donc une tentative d’interprétation de l’évangile de Thomas.

Voir aussi notre article : L’évangile de Thomas, texte complet.

L’évangile de Thomas : interprétation.

L’évangile de Thomas comporte une forte connotation mystique et ésotérique : il peut être relié à la gnose (recherche d’une vérité cachée) sans toutefois relever du gnosticisme (mouvement de pensée développé par des sectes chrétiennes entre le Ier et le IIIème siècles).

En réalité, le caractère caché ou secret de l’évangile de Thomas réside surtout dans la formulation énigmatique des logia.

Le texte enchaine les paroles de sagesse christique, le plus souvent sans lien ni ordre particulier. Le premier logion donne la clé de lecture de l’ensemble :

Logion 1 : Il a dit : Celui qui trouvera l’interprétation de ces paroles ne goûtera point la mort.

Ce logion introduit la thèse fondamentale de l’évangile de Thomas : le Royaume de Dieu est là, devant nous, mais nous sommes incapables de le voir. Il faudra faire l’effort de comprendre les paroles de Jésus pour retrouver et réintégrer ce paradis perdu, sans même avoir à attendre la mort physique. Celui qui les comprendra deviendra immortel au sens spirituel, c’est-à-dire qu’il aura réussi à dépasser sa propre personnalité pour entrer en communion avec le Tout éternel : Dieu.

Ce qui rappelle directement Luc 17, 21 : Le royaume de Dieu est au-dedans de vous.

Le Royaume de Dieu : interprétation dans l’évangile de Thomas.

Logion 3 : Jésus a dit : Si ceux qui vous guident vous disent : voici, le Royaume est dans le ciel, alors les oiseaux du ciel vous devanceront. S’ils vous disent : il est dans la mer, alors les poissons vous précéderont ; mais le Royaume est au dedans de vous et il est au dehors de vous. Lorsque vous vous connaîtrez, vous serez connus et vous saurez que vous êtes les fils du Père qui est vivant ; mais si vous ne vous connaissez pas, alors vous êtes dans la pauvreté et vous êtes la pauvreté.

Logion 51 : Ses disciples lui dirent : Quel jour le repos des morts aura-t-il lieu, et quel jour le monde nouveau va-t-il venir ? Il leur dit : Ce que vous attendez est arrivé, mais vous ne le savez pas.

Logion 113 : Ses disciples lui dirent : Le Royaume, quel jour viendra-t-il ? Il ne viendra pas d’une manière attendue ; on ne dira pas : le voilà par ici, ou le voilà par là ; mais le Royaume du Père s’étend sur la terre et les hommes ne le voient pas.

Le Royaume n’est donc pas dans le ciel, mais tout près de nous : en dedans (dans notre tête) et au dehors (sur Terre).

L’auteur insiste sur l’importance de la connaissance de soi, dans une perspective très gnostique. Se connaître, c’est se reconnaître comme enfant du Tout, loin de l’illusion de la séparation due à notre ego.

Il faut donc faire l’effort de chercher pour trouver cet espace de paix et de sérénité en soi (le mot “repos” est plus souvent utilisé dans l’évangile), ce lieu de vie éternelle dénué de toute peur, regret ou attachement :

Logion 2 : Jésus a dit : Celui qui cherche, qu’il ne cesse de chercher jusqu’à ce qu’il trouve ; quand il aura trouvé, il sera troublé ; troublé, il s’étonnera et il régnera sur le Tout.

L’effort doit commencer dès maintenant :

Logion 59 : Jésus a dit : Guettez le vivant pendant que vous êtes vivants de peur que vous ne mourriez et ne cherchiez à le voir, et vous ne pourrez pas le voir.

Le passage suivant évoque aussi l’existence d’un paradis terrestre que nous ne serions pas en mesure de voir :

Logion 5 : Jésus a dit : Connais ce qui est devant ta face et ce qui t’est caché se révèlera à toi, car rien n’est caché qui ne doive être manifesté.

Par ailleurs, Jésus décrit le Royaume comme une graine en nous, prête à germer et à grandir :

Logion 20 : Les disciples dirent à Jésus : Dis-nous à quoi le Royaume des cieux est comparable. Il leur dit : Il est comparable à un grain de moutarde. Il est le plus petit parmi toutes les semences, mais lorsqu’il tombe sur la terre travaillée, elle produit une grande branche et elle devient un abri pour les oiseaux du ciel.

Comment entrer dans le Royaume de Dieu ?

Les disciples questionnent Jésus pour savoir comment entrer dans le Royaume. Jésus incite à réconcilier les contraires pour parvenir à l’unité, dans des formules qui rappellent beaucoup les philosophies orientales :

Logion 22 : Si de deux vous faites un, que vous fassiez le dedans comme le dehors, le dehors comme le dedans, le dessus comme le dessous, en sorte que vous fassiez de l’homme et de la femme un seul être, si bien que l’homme ne soit pas homme et que la femme ne soit pas femme, si vous faites des yeux au lieu d’un œil, une main au lieu d’une main, un pied au lieu d’un pied, une image au lieu d’une image, alors vous entrerez dans le Royaume.

Logion 23 : Jésus a dit : Je vous choisirai un sur mille et deux sur dix mille et ils se tiendront en étant un seul être.

Logion 106 : Jésus a dit : Si de deux vous faites un, vous deviendrez Fils de l’Homme, et si vous dites : montagne, déplace-toi, elle se déplacera.

Jésus invite donc à dépasser toute dualité, en particulier la dualité homme-femme. En parlant “d’un seul être”, il incite à voir l’autre comme un autre soi-même. Cet être unique rappelle beaucoup le mythe de l’androgyne.

S’il y a dualité, elle ne peut être fondée que sur l’égalité :

Logion 61 : Jésus lui dit : C’est moi qui suis issu de celui qui est égal ; il m’a été donné des choses de mon Père. C’est pourquoi je dis : quand il sera égal, il sera plein de lumière, mais quand il sera divisé, il sera plein d’obscurité.

Le sens de la venue de Jésus sur Terre.

Le logion ci-après doit être mis en rapport avec Matthieu 10, 34 (Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre ; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée). Il rappelle le sens de la venue sur Terre de Jésus. L’épée est le symbole la vérité. Une vérité qui est parfois difficile à entendre, qui tranche.

Logion 16 : Jésus a dit : Peut-être les hommes pensent-ils que je suis venu jeter la paix sur le monde, et ils ne savent pas que je suis venu jeter des divisions sur la terre, le feu, l’épée, la guerre.

10ème logion : Jésus a dit : J’ai jeté un feu sur le monde, et voici, je le garde jusqu’à ce qu’il s’enflamme.

Ici le feu symbolise l’esprit divin, voué à conquérir le monde. On retrouve aussi le feu à la fin du logion 13 et dans le passage suivant :

Logion 82 : Jésus a dit : Celui qui est près de moi est près du feu et celui qui est loin de moi est loin du Royaume.

Parallèles évidents avec les évangiles canoniques.

Voici quelques thèmes célèbres abordés dans les évangiles canoniques et qu’on retrouve presque mot pour mot dans l’évangile de Thomas :

  • la pureté du nouveau-né : logion 4 et 22,
  • les premiers seront les derniers : logion 4 (“beaucoup de premiers seront derniers”),
  • le bon grain et l’ivraie, l’heure de la moisson : logion 9 (“et il en tomba d’autres sur la bonne terre, et la semence donna vers le ciel un fruit bon”), logion 57 et 73,
  • l’importance de s’aimer les uns les autres : logion 25 (“Jésus a dit : Aime ton frère comme ton âme, veille sur lui comme sur la prunelle de ton œil”),
  • la parabole de la paille et de la poutre : logion 26,
  • l’impossibilité de mettre du vin nouveau dans les vieilles outres : logion 47,
  • les béatitudes : logion 49, 54, 58, 68, 69 (“Heureux les pauvres, car le Royaume des cieux est à vous”),
  • la nécessité de préférer Dieu à son père et à sa mère, et d’élargir sa famille à la famille des croyants : logion 55, 99, 101, 105,
  • celui qui cherche trouve : logion 92, 94 (lire aussi notre article : frappez et l’on vous ouvrira),
  • la parabole du levain : logion 96,
  • l’invitation à rendre à César ce qui est à César : logion 100,
  • la brebis égarée : logion 107.

Eléments de morale dans l’évangile de Thomas.

L’auteur rapporte des paroles de Jésus touchant au comportement et à la morale au quotidien :

Logion 14. (…) c’est ce qui sortira de votre bouche qui vous souillera.

Logion 36 : Jésus a dit : Ne vous souciez pas du matin au soir et du soir au matin de quoi vous vous vêtirez.

Logion 42 : Jésus a dit : Soyez des passants.

Logion 37. Ses disciples lui dirent : Quel jour te manifesteras-tu à nous et quel jour te verrons-nous ? Jésus a dit : Lorsque vous vous dépouillerez de votre honte, que vous ôterez vos vêtements, les mettrez sous vos pieds comme les petits enfants et que vous les piétinerez, alors vous verrez le Fils du Vivant et vous ne craindrez pas.

Et sur l’importance de rechercher l’harmonie et la paix :

Logion 48 : Jésus a dit : Si deux font la paix entre eux dans cette même maison, ils diront à la montagne : déplace-toi et elle se déplacera.

Eléments de métaphysique : interprétation.

Les deux logia suivants évoquent les rapports entre matière et esprit :

Logion 18. Les disciples dirent à Jésus : Dis-nous comment adviendra notre fin. Jésus dit : avez-vous découvert le commencement pour que vous cherchiez la fin ? Car là où est le commencement, là sera la fin. Heureux celui qui se tiendra dans le commencement : il connaîtra la fin et il ne goûtera pas la mort.

Logion 29. Jésus a dit : Si la chair est advenue à cause de l’esprit, merveille ! Si c’est l’esprit à cause du corps, merveille des merveilles ! Mais moi je m’étonne de ceci : comment cette grande richesse a habité en cette pauvreté.

Sur la lumière.

Les logia suivants évoquent la lumière : 24, 33, 50, 77 et 83.

Citons en particulier :

Logion 77 : Jésus a dit : Je suis la lumière qui est sur tous, je suis le tout ; tout est sorti de moi, tout est arrivé jusqu’à moi. Fendez du bois, je suis là ; levez la pierre, et vous me trouverez là.

Logion 83 : Jésus a dit : Les images sont apparentes pour l’homme et la lumière qui est en elles est cachée. Dans l’image de la lumière du Père, il se révèlera et son image est cachée par sa lumière.

Lire aussi notre article sur le symbolisme de la lumière.

Les paraboles.

L’évangile de Thomas comporte un certain nombre de paraboles (allégories comportant un enseignement moral), qui insistent notamment sur la nécessité de renoncer aux biens matériels pour s’ouvrir à Dieu.

Logion 63 : Jésus a dit : Il y avait un homme riche qui avait beaucoup de capitaux. Il dit : Je vais investir mes capitaux pour semer, moissonner, planter, remplir mes greniers de fruits si bien que je ne manquerai de rien. Voilà ce qu’il pensait en son cœur, et cette nuit-là il mourut. Celui qui a des oreilles, qu’il entende.

Le logion 64 consiste aussi en une parabole qui se termine par : Les acheteurs et les marchands n’entreront pas dans les lieux de mon Père.

Notons aussi les logia 65, 66, 76, 78 et 109.

Le logion 114 de Thomas : interprétation de ce logion particulier.

Logion 114. Simon Pierre leur dit : Que Mariam sorte de parmi nous, car les femmes ne sont pas dignes de la vie. Jésus dit : Voici, moi je vais la guider afin de la faire mâle, en sorte qu’elle devienne elle aussi un esprit vivant semblable à vous les mâles, car toute femme qui se fera mâle entrera dans le Royaume des cieux.

Ce dernier logion de l’évangile de Thomas est pour le moins étonnant. Lorsque Simon-Pierre rejette Marie-Madeleine parce qu’elle est une femme, Jésus intervient pour dire qu’il la fera mâle. Il peut s’agir d’une réponse ironique, ou d’une volonté de dépasser une nouvelle fois la dualité homme-femme pour faire de Marie-Madeleine le symbole de la réconciliation des oppositions, et de la perfection.

Lire aussi :

Modif. le 14 décembre 2020

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :