Press "Enter" to skip to content

L’Art Royal : définition et origine de ce terme maçonnique

4.57/5 (7)

L’Art Royal : qu’est-ce que c’est ? Définition. Quels sont les principes de la méthode maçonnique ? En quoi consistent les mystères de l’Art Royal ?

La démarche maçonnique est parfois appelée “Art Royal”. Cette expression ancienne cache une signification profonde et plusieurs dimensions : traditionnelle, pratique et ésotérique.

Définition Art Royal : Terme d’origine alchimique, l’Art Royal désigne la pratique maçonnique dans sa dimension la plus noble.

L’Art Royal est une expression qui semble être née au Moyen-Age pour désigner l’alchimie. Elle évoque la réalisation du Grand Oeuvre, c’est-à-dire la “transmutation” qui correspond pour les franc-maçons à la transformation de l’homme lui-même.

Dans les Constitutions d’Anderson : la tradition de l’Art Royal.

Texte fondateur de la franc-maçonnerie moderne, les Constitutions d’Anderson (1723) font référence aux arts et aux sciences tels qu’il auraient été inventés par Adam et pratiqués par ses descendants (Seth, Caïn, Tubal-Caïn, etc). Ainsi seraient nés la géométrie, la maçonnerie, l’architecture, l’astronomie, et aussi l’Art Royal pratiqué par les rois et “grands hommes”.

Selon les Constitutions d’Anderson, l’Art Royal, aussi appelé “noble Science” s’est développé en Mésopotamie, puis en Egypte, avant de passer en Assyrie et d’être pratiqué par les Juifs, en particulier par le roi Salomon et Hiram. Il s’est ensuite épanoui en Grèce puis dans l’empire romain, avant de renaître dans le monde chrétien à travers les confréries de bâtisseurs de cathédrales.

La tradition de l’alchimie spéculative.

Nous l’avons vu, l’Art Royal est une expression d’origine alchimique.

En alchimie spéculative, on parle d’Art, d’Art hermétique ou d’Art royal, pour décrire le travail qui vise à transformer l’homme. Il s’agit d’un véritable savoir-faire qui ne peut se transmettre que par voie initiatique.

Pourquoi “Art” ? Contrairement à l’alchimie opérative, l’alchimie spéculative est une pratique abstraite qui touche aux choses de l’esprit. Plus qu’une science ou une technique, il s’agit d’un art, d’une manière de penser et de vivre. Par ailleurs, l’art touche à l’intime : le chemin ne peut être que personnel, c’est celui de l’artisan qui travaille la matière, avec coeur, pour la rendre belle et lui donner du sens.

Pourquoi “royal” ? Plusieurs explications possibles :

  • Le terme royal peut évoquer, dans son acception noble et guerrière, l’idée de conquête d’un nouveau territoire, d’un combat pour la connaissance. Il est nécessaire pour cela de mobiliser certaines qualités, en particulier le courage, la volonté et l’abnégation. Cet héroïsme rappelle les valeurs chevaleresques du Moyen-Age.
  • D’autre part, l’alchimie spéculative vise à atteindre le Royaume de Dieu, à savoir un domaine sacré, “royal”, au sens de “divin”. Il faut emprunter pour cela la voie royale et donner à sa quête une dimension transcendantale.
  • Autrement vu, l’alchimie vise à obtenir la perfection en l’homme : ses principaux symboles sont le Soleil et l’or, tous deux royaux par nature,
  • Enfin, l’adjectif royal peut renvoyer à la naissance du Regulus, petit roi alchimique, fils du Soleil et de la Lune, enfant philosophique porteur de Lumière. En d’autres termes, l’homme nouveau.

L’alchimie spéculative a pour but la transmutation de l’homme. Il s’agit d’extraire la Lumière de la matière, l’esprit du corps pour ensuite les réconcilier : voilà l’Art Royal.

L’Art Royal en franc-maçonnerie : définition.

L’initiation maçonnique est l’équivalent de l’Art Royal alchimique en ce sens qu’elle vise à transformer l’homme par différentes étapes qui sont autant de prises de conscience et de morts symboliques.

Un objectif.

Le but de l’Art Royal est la connaissance, la perfection, la “royauté en esprit”. Mais cet objectif étant difficilement atteignable, c’est avant tout le chemin qui compte.

L’Art Royal est donc d’abord un chemin de vie, qui conduit à la libération, au bonheur et à la sérénité. L’individu délivré de ses passions, de son ego et de son mental, peut alors accéder à la réalité et marcher vers la vérité.

Une méthode.

La méthode initiatique maçonnique vise à aider chacun à bâtir son temple intérieur en dehors de tout dogme : c’est une école de connaissance et de liberté, qui invite en priorité à plonger en soi-même pour mieux se connaître.

Mais ce travail ne peut être que personnel : par son caractère initiatique, la méthode s’adapte à cette difficulté.

La méthode maçonnique comporte plusieurs aspects :

  • L’initiation : elle permet de transmettre les enseignements de manière personnalisée, intériorisée,
  • La pratique rituelle : la répétition de certains gestes et mots vise à mettre l’initié sur la voie droite,
  • Le symbolisme : il suggère des pistes de réflexion et mène à l’adoption de valeurs fondamentales, parmi lesquelles la tolérance, l’écoute, l’humilité ou encore la maîtrise de soi,
  • La fraternité : l’entraide au sein de la loge encourage chacun dans sa propre voie.

L’art de la construction du Temple.

L’Art Royal renvoie aussi à l’art de la construction du Temple de Salomon, symbole du temple intérieur que le franc-maçon doit établir en lui. C’est l’art d’utiliser son esprit, ses mains et les outils à sa disposition pour concevoir et ériger la maison de Dieu de manière stable et harmonieuse.

A noter que l’architecture est le premier de tous les arts. L’Art Royal évoque en particulier l’école d’architecture du 12ème degré du REAA.

Au final, l’Art royal désigne une voie traditionnelle d’élévation spirituelle qui fait autant appel à l’utilisation d’une méthode qu’à la volonté et au savoir-faire de l’artisan lui-même. L’Art Royal est la définition même de la pratique maçonnique, incluant la triple dimension de Beauté, de Force et de Sagesse, sans poser aucune limite à la recherche de la vérité.

Pour votre bibliothèque :

Modif. le 16 septembre 2020

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :