Press "Enter" to skip to content

Débir et Hekhal : les deux lieux saints du Temple de Salomon

5/5 (2)

Débir et Hekhal : définition, signification et symbolisme. A quoi correspondent le Débir et l’Hekhal dans le Temple de Salomon ?

Selon le Premier Livre des Rois de l’Ancien Testament, le roi Salomon fait construire un temple à la gloire de Dieu sur le mont Moriah, à l’actuel emplacement du Dôme du Rocher de Jérusalem.

Le temple est construit en 7 ans, autour du Xème siècle avant J.-C. Il est détruit par les Babyloniens en 587 avant J.-C.

La Bible fait une description précise du temple : voir notre article Le Temple de Salomon, plan et orientation.

Au coeur de l’édifice, l’espace sacré comporte deux pièces principales :

  • le lieu saint est l’espace qui mène au sanctuaire : c’est l’Hekhal,
  • le lieu très saint, ou “Saint des saints”, est le sanctuaire lui-même, encore appelé Débir.
Débir et Hekhal définition

Les termes Débir et Hekhal ont une importance dans le judaïsme mais aussi dans la tradition maçonnique. Le symbolisme de ces deux pièces du temple est particulièrement riche.

Voici une définition et une interprétation du Débir et de l’Hekhal.

Lire aussi notre article : Zénith, nadir, débir, définition et symbolisme.

Débir et Hekhal : définition et description.

Débir et Hekhal forment le coeur du Temple de Salomon. Selon la légende, ces deux pièces étaient entièrement décorées et couvertes d’or.

Entrons dans les détails.

L’Hekhal : le “saint”.

L’Hekhal (du sumérien é-gal : “palais”) est la pièce du temple qui mène au sanctuaire (Saint des saints ou Débir).

Selon la Bible, cette pièce était longue de 40 coudées et large de 20 coudées. Elle était couverte de bois de cèdre sur lequel étaient sculptées des coloquintes, des chérubins, des palmes et des fleurs ouvertes. Le sol était couvert d’or.

Par ailleurs, on trouvait dans cette pièce un autel d’or, une table d’or sur laquelle étaient disposés les 12 pains de proposition, deux rangées de 5 chandeliers d’or ainsi que divers accessoires sacrés.

On entre dans l’Hekhal en passant par le portique du Temple orné des deux célèbres colonnes Jakin et Boaz. A l’opposé de la pièce, une porte à deux battants ouvre sur le Saint des saints. Un voile cache le passage.

Le Débir : le “Saint des saints”.

Le Débir (mot d’origine hébraïque), ou Saint des saints, est donc le lieu le plus sacré du temple, celui qui abrite l’Arche d’alliance.

Il forme un cube parfait de 20 coudées de côté, ce qui évoque aussi la forme de la Jérusalem céleste.

Selon la Bible, le Débir contenait en outre deux chérubins sculptés et couverts d’or, la tente d’assignation (utilisée comme temple portatif durant la traversée du désert) ainsi que divers accessoires rituels.

Le Débir est donc le lieu qui matérialise la présence de Dieu parmi son peuple. Il symbolise l’Alliance. Il évoque le centre du cercle, l’axe du monde, l’arbre de vie ou, dans une perspective plus chrétienne, le centre de la croix. C’est un point d’Amour, de paix et de sérénité.

Seul le grand prêtre pouvait pénétrer dans le Saint des saints, une fois par an, lors d’une grande cérémonie religieuse. Il s’agit donc d’un endroit parfait, pur et inviolable. Dans tous les cas, les élus ne peuvent y entrer directement : ils doivent passer par l’Hekhal.

Remarque : le volume de l’Hekhal correspond à deux fois le volume du Débir. Le passage de l’Hekhal au Débir peut donc être compris comme un passage de la dualité à l’unité.

Notons enfin que le mot naos (d’origine grecque) définit la partie centrale d’un temple. A ce titre, le Débir est un naos.

Le Débir et l’Hekhal en franc-maçonnerie : interprétation.

La franc-maçonnerie reprend et développe le mythe de la construction du Temple de Salomon, vu comme l’édification d’un temple spirituel ou “temple intérieur”.

Aux premiers degrés du REAA (Rite Ecossais Ancien et Accepté), les travaux se déroulent dans la loge, c’est-à-dire à l’extérieur du temple, au niveau du parvis.

Au 4ème degré, le franc-maçon est un lévite chargé du service religieux : il se tient dans le temple (à l’Hekhal), face au Débir.

Notons que les tenues au 3ème degré se déroulent dans la “Chambre du Milieu”, autrement dit l’Hekhal. Dans l’instruction du 3ème degré, on peut lire :

Qu’avez-vous remarqué dans la Chambre du Milieu ?
Le rideau qui sépare le Débir de l’Hekhal.
Que représente ce rideau ?
Il figure le “Voile Cosmique” qui dissimule le “Trône” (“Mercaba”) et le Delta rayonnant, symbolisant le GADLU.

Le Débir ou Saint des saints est donc le lieu du trône divin : c’est là que se manifeste la présence du GADLU. C’est le lieu de la rencontre décisive entre ce que nous sommes et ce qui nous dépasse, entre ce qui est en bas et ce qui est en haut, entre le microcosme et le macrocosme.

Rappelons qu’il faut passer par l’Hekhal pour pénétrer le Débir. Symboliquement, l’Hekhal peut représenter le chemin spirituel que l’on doit accomplir pour accéder à notre Saint des saints, c’est-à-dire le lieu en nous qui permet de fusionner avec le Principe supérieur.

Rappelons aussi que le Saint des saints est cubique : il évoque la pierre cubique que le franc-maçon obtient après avoir taillé la pierre brute. Ce cube représente la part universelle de notre être, destinée à s’insérer parfaitement dans l’édifice humain et dans le Tout cosmique.

Ainsi, le Débir est le lieu de la réconciliation : réconciliation avec nous-mêmes, avec les autres, avec le monde et avec Dieu. Pénétrer en ce lieu, c’est entrer dans un royaume de paix et de bonheur absolu.

Remarque : En franc-maçonnerie, le carré long est un rectangle dont les dimensions correspondent à deux carrés mis côte à côte, ce qui renvoie directement aux dimensions de l’Hekhal.

Lire aussi notre article sur la sagesse du roi Salomon.


Modif. le 11 octobre 2020

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :