Press "Enter" to skip to content

Le Saint des saints du Temple de Jérusalem

5/5 (3)

Le Saint des saints du Temple de Jérusalem : définition, description et symbolisme. Qu’évoque le Saint des saints ? Quelle signification dans la Bible et en franc-maçonnerie ?

C’est autour du Xème siècle avant J.-C. que le roi Salomon, fils de David, fait construire le Temple de Jérusalem à l’actuel emplacement du Dôme du Rocher (esplanade des Mosquées).

Edifié à la gloire de Dieu, le Temple est un bâtiment remarquable qui comporte deux pièces principales :

  • le lieu saint (Hekhal) est la pièce qui mène au sanctuaire : c’est le passage obligé pour accéder au Saint des saints,
  • le Saint des saints (Débir) est le sanctuaire lui-même : c’est le lieu le plus sacré, abritant l’Arche d’alliance, coffre qui contient les Tables de la Loi.

La Bible fait une description précise des espaces extérieurs et intérieurs du temple (lire notre article Le Temple de Salomon, plan et orientation).

Le plan est le suivant :

Temple de Salomon plan au sol

Selon la Bible (Premier Livre des Rois, chapitres 6 et 7), le Saint des saints présente les caractéristiques suivantes :

  • il est paré de planches de cèdre couvertes d’or pur,
  • il abrite deux grands chérubins d’or ainsi que l’Arche d’alliance (elle-même décorée de chérubins) et divers accessoires rituels,
  • il est séparé du Saint par un voile ainsi que par une porte à deux battants en bois d’olivier.

Espace mystérieux, mythique, hautement symbolique, le Saint des saints évoque un lieu d’une importance rare : là se situe le point de contact avec YHWH, avec Dieu. C’est un espace physique accessible à l’homme sous certaines conditions, mais aussi le lieu de résidence de Dieu sur Terre.

Remarque : le Saint des saints rappelle le naos des temples égyptiens. Au centre de l’édifice, le naos était la salle qui abritait l’élément divin, au sein de laquelle était disposée une statuette du dieu ou de la déesse vénérée.

Entrons dans la signification symbolique du Saint des saints du Temple de Jérusalem.

Le Saint des saints du Temple de Jérusalem : interprétation symbolique.

Premier élément symbolique important, le Saint des saints du Temple de Jérusalem a la forme d’un cube parfait de vingt coudées de côté (Premier Livre des Rois 6, 20).

Symboliquement, le cube représente la perfection du monde manifesté (tandis que la sphère exprime l’intention créatrice). Le cube est marqué par la dualité et la différenciation, mais sa forme est d’une régularité parfaite : la matière se trouve idéalisée, spiritualisée.

Ainsi, le cube est la forme géométrique qui évoque le mieux la correspondance entre la matière et l’Esprit, entre la terre et le Ciel. C’est là, dans ce cube, que l’Homme a vocation à rencontrer ce qui le dépasse.

D’autre part, le cube rappelle la forme de la Jérusalem céleste : c’est le lieu d’un bonheur éternel, l’entrée dans le paradis terrestre.

Le Saint des saints : un espace hautement sacré.

Le Saint des saints est un espace sacré au sens premier du terme, c’est-à-dire un lieu séparé, protégé, sanctuarisé, interdit, pur et inviolable. Par définition, le sacré s’oppose au profane : c’est un espace bien délimité, qui ne peut être abordé qu’en respectant des règles strictes et un protocole précis.

Rappelons que seul le grand prêtre pouvait pénétrer dans le Saint des saints, une fois par an, lors de la grande cérémonie religieuse du Yom Kippour (Grand Pardon). Le lieu est donc à la fois « sacré » et « secret » : il est obscur, inconnu, pratiquement inconnaissable.

D’autre part, le Saint (ou Hekhal) forme un sas qui empêche de pénétrer directement dans le Saint des saints. Profitons-en pour souligner que le Saint est un espace deux fois plus long que le Saint des Saints : il représente donc la dualité, alors que le Saint des saints représente l’unité. Il faut donc passer par (ou dépasser) la dualité pour aller vers l’unité : tel est le chemin à accomplir pour percer le mystère.

L’Alliance.

Le Saint des saints (ou Débir) constitue le lieu ultime et très sacré où se matérialise la présence de Dieu parmi son peuple. Il symbolise l’Alliance.

Cette Alliance consiste en un double-mouvement vers le haut et vers le bas :

  • l’Homme construit le Temple pour spiritualiser son existence et s’élever vers le divin. Notons que l’Homme respecte scrupuleusement les plans donnés par Dieu, montrant sa capacité à se soumettre à la volonté divine : paradoxalement, l’élévation passe par la soumission,
  • Dieu descend sur Terre pour habiter une maison physique, au centre de la cité.

Le Saint des saints est donc le lieu où se croisent, se rencontrent et fusionnent les deux énergies primordiales, matérielle et spirituelle ; cette fusion évoque les deux triangles entrecroisés du Sceau de Salomon.

Le Saint des saints du Temple de Jérusalem : parallèles symboliques.

Outre le Sceau de Salomon, le Saint des saints évoque :

En réalité, le Saint des saints évoque autant un espace physique (extérieur) qu’un espace intérieur ; il évoque autant le très-Haut que le très profond (le coeur). Il relie les concepts de transcendance et d’immanence.

Le Saint des saints en franc-maçonnerie.

En franc-maçonnerie, le Saint des saints se rencontre dans les degrés de perfection :

  • au 4ème degré REAA, le franc-maçon se trouve devant le Saint des saints. Une balustrade l’en sépare mais il possède la clé qui lui permettra un jour de passer,
  • au 7ème degré, le franc-maçon (Johaben) est introduit dans le Saint des Saints, où se trouve un coffret d’ébène. On lui remet la clé d’or qui permettra un jour d’ouvrir le coffre d’ébène où sont conservés les plans du Temple (c’est-à-dire la loi cosmique),
  • au 8ème degré, la question des modalités de construction du Saint des saints est posée,
  • au 11ème degré, le Saint des saints est précisément décrit,
  • au 12ème degré, la décoration du Saint du saints doit être achevée.

D’autre part, la forme cubique du Saint des saints évoque la pierre cubique obtenue par le travail de taille. La pierre cubique est l’image du franc-maçon accompli, débarrassé de ses illusions et de ses passions par l’effort de connaissance de soi. C’est ainsi que le franc-maçon trouve sa place dans l’édifice, en parfaite harmonie avec ses semblables, avec Dieu et le cosmos.

Nous ne pouvons atteindre le Saint des Saints que par la pureté de nos mœurs, la rectitude de l’intention et le secret qui nous ont été enseignés dans nos premiers grades.
Rituel du 5ème degré REAA

Autrement vu, le Saint des saints symbolise l’entrée en soi-même. Il représente alors le coeur du franc-maçon : c’est la partie la plus profonde, la plus « vraie » mais aussi la moins connue de notre intériorité. Le coeur n’est pas directement accessible ; pour y accéder, il faudra réaliser un long travail de purification nécessitant abandon, recul et lâcher-prise.

Au final, le Saint des saints est avant tout un Graal spirituel : c’est l’aboutissement de la quête, l’atteinte de ce point central par lequel l’individu s’identifie pleinement au Tout, cultivant la conscience de l’omniprésence du principe supérieur en lui-même comme en toute chose.

Ce qui fait dire que l’entrée dans le Saint des saints peut se faire à tout moment, en tout lieu, en toute circonstance, pour peu que nous soyons prêts à nous laisser traverser par l’évidence de ce que nous sommes, et à nous effacer devant le spectacle de la Création éternelle.

Lire aussi notre article : l’Arche d’alliance dans la Bible, description.

Modif. le 1 mai 2021

Vous pouvez noter cet article !

Cookie Consent with Real Cookie Banner
%d blogueurs aiment cette page :