Press "Enter" to skip to content

La maxime du Taciturne : interprétation

4.6/5 (15)

Quelle est la signification de la maxime du Taciturne ? Comment interpréter la célèbre maxime de Guillaume d’Orange : il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer ?

La célèbre maxime du Taciturne permet d’approcher et de mieux comprendre les notions d’espoir, d’espérance, de persévérance et de Devoir.

Elle tend à montrer qu’il n’est pas nécessaire de croire en sa réussite pour accomplir son Devoir.

Taciturne signifie : qui reste silencieux, renfermé ; qui se tait. Le Taciturne est de nature pessimiste, il doute. Il est sceptique et se garde de tout triomphalisme. Mais cela ne veut pas dire qu’il renonce à agir.

Voyons ce que signifie exactement la maxime du Taciturne.

Lire aussi notre article : La différence entre espoir et espérance.

Qui était Guillaume d’Orange ?

Guillaume Ier de Nassau (1533-1584), dit Guillaume d’Orange ou “Guillaume le Taciturne”, est connu pour avoir initié la révolte des Pays-Bas contre le roi d’Espagne Philippe II, fils de Charles Quint. Cette révolte conduisit à l’indépendance des Pays-Bas du Nord : les Provinces-Unies.

Guillaume d’Orange est considéré comme le père fondateur des Pays-Bas. Il est devenu stathouder de Hollande (1573-1584), une fonction politique et militaire élevée, équivalente à celle de gouverneur.

La devise de Guillaume d’Orange est toujours celle des Pays-Bas : “Je maintiendrai”, prononcée en français. Elle est aussi celle de la ville d’Orange, en France. Cette devise signifie, selon Guillaume lui-même : “Je maintiendrai la vertu et la noblesse, Je maintiendrai de mon nom la haultesse, Je maintiendrai l’honneur, la foi, la loi de Dieu, du Roi, de mes amis et moi.”

Guillaume d’Orange finira assassiné par un royaliste favorable au Roi d’Espagne.

La maxime du Taciturne : origine.

Guillaume d’Orange semble s’être inspiré du proverbe latin Audaces fortuna juvat : La fortune favorise les audacieux.

Guillaume affichait certes sa nature sceptique et taciturne, ce qui ne l’empêchait pas de continuer à faire ce qu’il considérait être son Devoir. Sa persévérance finira par payer, puisque son opposition aux Espagnols ouvrira la voie à la l’indépendance des Provinces-Unies.

Signification et interprétation de la maxime du Taciturne.

L’espoir et l’espérance.

La maxime nous parle d’abord d’espoir : il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre (…)

Cette affirmation sous-entend que nos actes ne doivent pas être mus par l’espoir. L’espoir est en effet l’attente d’une récompense personnelle : c’est un égoïsme et un excès de confiance. Les espoirs sont souvent déçus. L’échec est démotivant et risque de conduire à l’extinction de l’action juste. Cette idée est exprimée de la même manière par Lao-Tseu : Le succès est aussi dangereux que l’échec. L’espoir est aussi vain que la peur. (Tao Te King, 13)

L’espoir est à de pas confondre avec l’espérance, qui elle, ne s’éteint jamais. L’espérance perdure au-delà des moments difficiles. Elle est un acte de foi, une certitude au-delà de tout. L’espérance conduit à la sérénité, elle porte en elle une dimension transcendantale.

A noter que l’espérance est, avec la foi et la charité, une des trois vertus théologales.

La persévérance.

La maxime nous parle ensuite de persévérance : il n’est pas nécessaire (…) de réussir pour persévérer.

Là encore, la persévérance dépasse le seul objectif de réussite personnelle. L’action est l’accomplissement du Devoir pour lui-même, et non pour soi-même. La persévérance contient en elle la vertu et la force de la volonté.

Au final, la maxime du Taciturne est une véritable philosophie du comportement. Elle invite à :

  • rester constant,
  • être patient,
  • faire preuve d’humilité,
  • maîtriser son ego,
  • agir de manière désintéressée.

Le Devoir et la vertu.

La maxime du Taciturne invite à maintenir son action, à accomplir son Devoir sans s’arrêter aux obstacles ou aux échecs. C’est une forme de stoïcisme. Pour Guillaume d’Orange, ce comportement est la définition même de la vertu : c’est agir en conformité avec la loi divine, à son service, sans optimisme ni pessimisme.

Ainsi, le Devoir devient une évidence : il est intériorisé (cf. le non-agir taoïste). L’échec est accepté, il rend même possible la réussite. La cause dépasse l’individu, qui est alors prêt au sacrifice.

A noter que Guillaume d’Orange a lui-même accompli son devoir jusqu’au sacrifice, puisqu’il a été assassiné par un fanatique royaliste.

La maxime du taciturne en franc-maçonnerie.

La maxime se retrouve au grade de Maître Secret, premier des grades de perfection et 4ème degré du REAA.

Le président de la loge, après avoir rappelé que l’idéal de la franc-maçonnerie est l’accomplissement du Devoir porté jusqu’au sacrifice, met en garde sur le fait que “celui qui sème ne récolte pas toujours”.

Etes-vous prêt à accomplir votre devoir parce qu’il est le Devoir, sans songer à la récompense, et à être satisfait de l’approbation de votre seule conscience ?

Le Devoir est la quête de la parole perdue. Or cette dernière semble difficilement accessible, et nécessite un sacrifice permanent pour s’extirper de ses passions aveuglantes.

Remarque : en alchimie, “taciturne” est le trait de personnalité associé au métal plomb et à la planète Saturne. Le plomb est le métal le plus grossier, le plus amalgamé ; mais il contient en lui toutes les potentialités, y compris les plus nobles.

Pour votre bibliothèque :

  • Dictionnaire maçonnique, de Roger Richard. Ce dictionnaire comporte 29 biographies et près de 2000 définitions de mots puisés dans les rituels.

Modif. le 11 octobre 2020

Vous pouvez noter cet article !

%d blogueurs aiment cette page :